•   
  •   

Monde Bolivie: la police disperse au gaz lacrymogène un cortège funéraire anti-gouvernemental

00:05  22 novembre  2019
00:05  22 novembre  2019 Source:   lexpress.fr

[Reportage] Bagdad: funérailles d’un jeune Irakien, mort durant les manifestations

  [Reportage] Bagdad: funérailles d’un jeune Irakien, mort durant les manifestations Plus de 300 personnes sont décédées durant les manifestations en Irak. Et même si les violences ont baissé d’intensité ces dernières 48 heures, le nombre de victimes continue d’augmenter. Avec nos envoyés spéciaux à Bagdad, Sami Boukhelifa et Boris Vichith Les Irakiens enterrent les morts causés par la répression sanglante des manifestations par les autorités. Plus de 300 personnes sont mortes durant la mobilisation contre le pouvoir en Irak. Atteint d’un tir il y a une dizaine de jours, un jeune Irakien a finalement succombé à ses blessures.

Un agent lacrymogène est un composé chimique qui provoque une irritation ou un écoulement lacrymal (larmes). N'importe quelle substance ayant cet effet peut être appelée « lacrymogène ». Cependant, un gaz lacrymogène est une substance chimique choisie pour sa faible toxicité et qui est

Toute la zone située en face du Parlement a été complètement vidée des manifestants. Après quelques avertissements, la police anti -émeute a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour disperser les protestataires.

Des milliers de personnes, qui portaient les cercueils de cinq personnes tuées mardi dans des heurts, étaient descendues de El Alto.

  Bolivie: la police disperse au gaz lacrymogène un cortège funéraire anti-gouvernemental © REUTERS/Marco Bello

La police bolivienne a dispersé ce jeudi un imposant cortège funéraire qui a tourné à la manifestation antigouvernementale dans le centre de La Paz, en faisant usage de gaz lacrymogène.

Des milliers de personnes, qui portaient les cercueils de cinq personnes tuées mardi dans des heurts, étaient descendues de El Alto, ville-jumelle de la capitale administrative et considérée comme acquise à l'ex-président Evo Morales, parti en exil au Mexique.

Bolivie: les pro-Morales empêchés de manifester à Cochabamba

  Bolivie: les pro-Morales empêchés de manifester à Cochabamba La tension est toujours vive entre pro et anti-Evo Morales, le président poussé à la démission dimanche dernier et aujourd’hui en exil au Mexique. Dans le centre du pays, les partisans de l’ancien chef de l’État n’ont finalement pas pu entrer dans la ville de Cochabamba ce jeudi. Ils entendaient, entre autres, y contester la légitimité de la nouvelle présidente par intérim Jeanine Añez. Avec notre envoyée spéciale à Cochabamba, Marie Normand IlsAvec notre envoyée spéciale à Cochabamba, Marie Normand

Dans la capitale du Kenya, la police a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui sont descendus dans les rues pour demander des

La police a utilisé du gaz lacrymogène contre des manifestants, affiliés en majorité au parti d'extrême droite Aube dorée, pendant une démonstration contre la création d'un centre de sélection de réfugiés dans l'île grecque de Kos.

LIRE AUSSI>> Bolivie : après la démission du président Evo Morales, que peut-il se passer ?

"Justice!", "Justice!", clamaient les manifestants qui accusent les autorités d'avoir tiré, deux jours auparavant, sur les protestataires qui entouraient la raffinerie de Senkata, à quelques kilomètres de La Paz. Le gouvernement décline toute responsabilité dans ces décès pour le moment. "On nous a criblés de balles. C'était sanguinaire", a déclaré Rufino Copa, un agriculteur de 42 ans qui participait à ce défilé contre la présidente par intérim Jeanine Añez.

"Nous demandons justice, nous ne voulons pas que cette dame soit présidente", a ajouté une femme indigène portant son bébé de huit mois sur le dos et demandant à rester anonyme par peur des représailles.

[Reportage] Venezuela: mobilisation en demi-teinte pour l’opposant Juan Guaido

  [Reportage] Venezuela: mobilisation en demi-teinte pour l’opposant Juan Guaido Plusieurs milliers de Vénézuéliens ont répondu à l’appel de Juan Guaido à Caracas et dans plusieurs autres grandes villes du pays samedi 16 novembre. On est encore loin des grandes manifestations du début de l’année, mais ce n’est pas un échec total pour l’opposant qui a bénéficié d’un léger regain d’espoir lié à la démission d’Evo Morales en Bolivie. Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille « Après Evo, au tour de Maduro », peut lire sur les banderoles de la place José Curti, au centre de Caracas. Manuel, 35 ans, agite un drapeau bolivien. Il avoue que sans la crise en Bolivie, il n’aurait pas manifesté.

Des membres du syndicat des professionnels de santé et de la sphère sociale ont organisé un sitting près de l’enceinte du parlement à Ankara, capitale de la

Pour la première fois depuis le début du mouvement pacifique de contestation, la police a tenté de disperser les étudiants par des tirs de grenades lacrymogènes et de canons à eau. « Pacifiques, pacifiques », ont alors scandé les jeunes en levant les bras en l’air, encerclés par les forces de l’ordre.

32 morts depuis le début de la crise

Les échauffourées ont éclaté alors que l'armée et la police dégageaient l'usine de combustible située à El Alto, que des manifestants occupaient depuis la semaine dernière pour réclamer la démission de Jeanine Añez.

En tout, huit personnes sont décédées dans ces affrontements, portant le bilan global de la crise post-électorales qui secoue le pays depuis un mois à 32 morts.

Evo Morales, président indigène de Bolivie, a démissionné le 10 novembre sous la pression de la rue et après avoir été lâché par l'armée. Il est ensuite parti en exil au Mexique.

Depuis sa démission, ses partisans manifestent quotidiennement dans les rues de La Paz et dans certaines villes de province.

Géorgie: la tension monte contre Bidzina Ivanichvili .
Journée sous haute tension en Géorgie, ce lundi 25 novembre. L’opposition appelle ses partisans à se mobiliser massivement, devant les murs du Parlement pour exiger l’adoption d’une réforme électorale rejetée par celui-ci. Le dernier rassemblement a entraîné l’intervention des forces de police et l’arrestation de plusieurs dizaines de militants. L’opposition espère mobiliser plusieurs dizaines de milliers de personnes afin d’accroître la pression sur le gouvernement et sur le parti Rêve géorgien, au pouvoir depuis 2012.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!