•   
  •   

Monde Bangladesh: sept islamistes condamnés à mort pour le meurtre d'étrangers en 2016

12:10  27 novembre  2019
12:10  27 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Libye : au moins sept civils tués après un raid aérien au sud de Tripoli

  Libye : au moins sept civils tués après un raid aérien au sud de Tripoli Deux Libyens et cinq travailleurs étrangers ont péri, lundi, dans une usine frappée par un raid aérien en banlieue sud de Tripoli. Le gouvernement d'union nationale a accusé les Émirats arabes unis d'avoir mené la frappe. La Libye à nouveau frappée par un raid aérien. Au moins sept civils ont été tués, dont cinq travailleurs étrangers, et 30 autres blessés dans un raid, lundi 18 novembre, contre une usine en banlieue sud de Tripoli, a indiqué un porte-parole du ministère de la Santé.

Au Bangladesh , deux étudiants ont été condamnés à mort pour le meurtre d 'un blogueur athée qu'ils accusaient Ahmed Rajib Haider avait 35 ans quand il a été tué à coups de machette par un groupe islamiste en D'autres ont fui à l' étranger . Le gouvernement est sous le feu des critiques, accusé

Il est condamné à mort pour crimes de guerre et la Cour suprême du Bangladesh vient de rejeter son recours. Ultime épisode judiciaire pour Mir Quasem Ali

Des policiers devant le Holey Artisan Bakery à Dacca, après la prise d'otages sanglante, le 3 juillet 2016. © REUTERS/Adnan Abidi Des policiers devant le Holey Artisan Bakery à Dacca, après la prise d'otages sanglante, le 3 juillet 2016.

Ce mercredi, sept islamistes extrémistes ont été condamnés à la mort par pendaison pour avoir tué à coups de machette 22 personnes, dont 18 étrangers, en 2016 dans un café de Dacca.

En juillet 2016, des hommes armés de fusils d'assaut et de machettes avaient assiégé le Holey Artisan Bakery, un café fréquenté par des étrangers, dans un quartier huppé de la capitale du Bangladesh. Après une opération de deux heures, les forces de l'ordre avaient libéré une vingtaine d'otages. Neuf Italiens et sept Japonais figuraient parmi les 18 étrangers tués.

Argentine: deux prêtres condamnés à 40 ans de prison pour avoir violé des enfants sourds

  Argentine: deux prêtres condamnés à 40 ans de prison pour avoir violé des enfants sourds L'Argentin Horacio Corbacho a été condamné à 45 ans de prison et Nicola Corradi, un prêtre italien qui vit en Argentine depuis 1970, à 42 ans pour avoir abusé d'enfants sourds.Accusés de viols, corruption de mineurs et mauvais traitements, ils encouraient jusqu'à 50 ans de prison. Au cours de ce procès, qui s'est ouvert début août à Mendoza (ouest de l'Argentine) et s'est tenu depuis à huis clos, 43 dossiers ont été examinés et 13 victimes entendues, dont certaines ont été violées entre l'âge de 4 ans et 17 ans. M. Corbacho, 59 ans, et M. Corradi, 83 ans, se trouvaient en détention provisoire.

Hassan Hanafi, journaliste somalien rallié aux insurgés islamistes Al-Shabaab, a écopé de la peine de mort jeudi à Mogadiscio. Il était impliqué dans

La justice thaïlandaise a rendu son verdict. A l'issue d'un procès controversé de cinq mois, elle a jugé deux jeunes Birmans coupables du meurtre d 'un

« Sept des accusés ont été condamnés à mort. Un accusé a été acquitté », a déclaré à la presse Abdullah Abu, procureur en chef de Dacca.

Cet attentat, revendiqué par le groupe Etat islamique, avait pour objectif de déstabiliser ce pays musulman de 165 millions d'habitants, a estimé le tribunal spécial chargé de la lutte antiterroriste.

Huit terroristes tués

Huit assaillants, dont le cerveau Tamim Ahmed Chowdhury, un Canadien d'origine bangladaise, avaient été tués pendant des raids à Dacca et ses environs dans les mois qui ont suivi l'attaque du café.

Parmi eux, figuraient les commandants d'une nouvelle faction du groupe extrémiste bangladais Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB), auquel la police a attribué l'attaque.

(avec AFP)

Rohingyas : au Bangladesh, des clôtures ceinturent désormais le plus grand camp de réfugiés du monde .
La clôture des camps de réfugiés Rohingya a débuté dans le district de Cox’s Bazar, au Bangladesh. Nos Observateurs ont constaté début décembre l’installation de pylônes destinés à faire tenir des barbelés autour des camps, les coupant de l’extérieur. Ce processus de fermeture des camps a été annoncé le 24 novembre par le chef d’état-major de l’armée bangladaise, le général Aziz Ahmed, faisant suite à la recommandation émise en septembre par le parlement de mettre en place une “clôture de sécurité” afin que “personne ne puisse sortir des camps ni que personne ne puisse y entrer”.En 2017, plus de 740 000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour le Bangladesh voisin.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!