•   
  •   

Monde Irak : une dizaine de manifestants tués, un consulat iranien incendié

16:15  28 novembre  2019
16:15  28 novembre  2019 Source:   lexpress.fr

Irak : des manifestants incendient un consulat d'Iran à Najaf

  Irak : des manifestants incendient un consulat d'Iran à Najaf Des manifestants ont incendié, mercredi soir, le consulat d'Iran dans la très symbolique ville sainte chiite de Najaf, dans le sud de l'Irak, en proie depuis deux mois à sa plus grave crise sociale depuis des décennies. La contestation en Irak, qui a déjà fait 350 morts en deux mois, a atteint, mercredi 27 novembre, un palier inédit. Des manifestants ont incendié le consulat d'Iran à Najaf, au terme d'une nouvelle journée meurtrière d'unLa contestation en Irak, qui a déjà fait 350 morts en deux mois, a atteint, mercredi 27 novembre, un palier inédit. Des manifestants ont incendié le consulat d'Iran à Najaf, au terme d'une nouvelle journée meurtrière d'un mouvement rejetant le pouvoir à Bagdad et son parrain, Téhéran.

Des manifestants ont incendié , mercredi soir, le consulat d'Iran dans la très symbolique ville sainte chiite de Des manifestants mettent le feu devant l'extérieur du consulat iranien à Kerbala, en Irak , le 3 novembre 2019. Des manifestants ont incendié le consulat d'Iran à Najaf, au terme d'une

Le bâtiment du consulat iranien situé dans la ville de Nadjaf, dans le sud de l’Iran, a été incendié ce mercredi 27 novembre par des manifestants au cours de leurs affrontements avec les forces de l’ordre, rapporte Associated Press.

Une nouvelle nuit de violences a agité l'Irak, poussant Bagdad à envoyer des commandants militaires pour superviser les opérations de maintien de l'ordre.

Des Irakiens ont incendié le consulat iranien de Najaf, le 28 novembre 2019, pour dénoncer l'emprise de Téhéran sur Bagdad. © REUTERS/Alaa Al-Marjani Des Irakiens ont incendié le consulat iranien de Najaf, le 28 novembre 2019, pour dénoncer l'emprise de Téhéran sur Bagdad.

Un consulat iranien incendié, un couvre-feu instauré... La colère sociale ne faiblit pas en Irak. Au moins 15 manifestants ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans une ville du sud du pays encerclée et sous couvre-feu, après l'incendie du consulat du grand voisin iranien dans la ville sainte chiite de Najaf, qui marque une nouvelle escalade dans le mouvement inédit de contestation du pouvoir.

Crise dans le sud de l'Irak: Bagdad dépêche les militaires auprès des gouverneurs

  Crise dans le sud de l'Irak: Bagdad dépêche les militaires auprès des gouverneurs L'armée irakienne a annoncé ce jeudi 28 novembre 2019 avoir dépêché des militaires dans plusieurs province du sud du pays, pour appuyer les gouverneurs face aux manifestations, qui ont franchi un nouveau palier la veille. Le commandement militaire irakien a dépêché des militaires pour épauler les gouverneurs dans plusieurs provinces du sud de l'Irak. « Une cellule de crise a été mise en place sous la supervision des gouverneurs », explique le communiqué de l'armée, et ce afin d'« imposer la sécurité et restaurer l'ordre ».

La contestation en Irak , qui a déjà fait 350 morts en deux mois, a atteint mercredi un palier inédit avec l’ incendie par des manifestants du consulat Cet incendie dans la très symbolique ville sainte chiite de Najaf qui accueille chaque années des millions de pèlerins chiites, principalement iraniens

La contestation en Irak , qui a déjà fait 350 morts en deux mois, a atteint mercredi un palier inédit avec l' incendie par des manifestants du consulat Cet incendie dans la très symbolique ville sainte chiite de Najaf qui accueille chaque années des millions de pèlerins chiites, principalement iraniens

LIRE AUSSI>> Irak: face aux manifestants, les politiciens s'accrochent à leurs privilèges

Les centaines de manifestants qui ont crié "Iran dehors !" et "victoire à l'Irak !" au beau milieu du consulat en feu de la très symbolique ville sainte où viennent chaque année des millions de pèlerins notamment iraniens, ont lancé une nouvelle étape dans le premier mouvement social spontané en Irak depuis des décennies.

Les militaires aux commandes

Quelques heures plus tard, alors que Najaf sous couvre-feu était calme, c'est la ville de Nassiriya qui s'est enflammée. Là, au moins 15 manifestants ont été tués par balles quand les forces de l'ordre ont avancé pour reprendre deux ponts de la ville, un foyer historique de la révolte dans le pays.

Irak : plusieurs manifestants tués, des commandants militaires en renfort dans chaque province

  Irak : plusieurs manifestants tués, des commandants militaires en renfort dans chaque province Au lendemain de l'incendie du consulat iranien à Najaf, plusieurs manifestants ont été tués dans une autre ville située plus au sud, Nassiriya. Pour contrer l'escalade du mouvement de contestation, le pouvoir a envoyé des responsables militaires pour gérer les forces de l'ordre dans chaque province. Au moins treize manifestants ont été tués, jeudi 28 novembre, dans le sud de l'Irak, après l'incendie du consulat du grand voisin iranien dans la ville sainte chiite de Najaf qui marque une escalade dans le mouvement inédit de contestation du pouvoir.

La contestation en Irak , qui a déjà fait 350 morts en deux mois, a atteint mercredi un palier inédit avec l' incendie par des manifestants du consulat d'Iran à Des manifestants irakiens se rassemblent devant le consulat iranien dans la ville sainte chiite de Najaf, dans le sud de l' Irak , le 27 novembre

Des manifestants ont incendié mercredi soir le consulat d'Iran dans la ville sainte chiite de Najaf, dans le sud de l' Irak , en proie depuis deux mois à sa crise sociale la plus grave depuis des décennies, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'Iran a demandé jeudi à l' Irak de prendre des mesures

Plus de 150 manifestants bloquant ces ponts dans le cadre d'un large mouvement de désobéissance civile ont également été blessés par des tirs et plusieurs sont dans un état critique.

Les autorités de la ville, d'où sont nés la plupart des mouvements politiques d'Irak et des révoltes contre les occupants successifs, ont alors décrété un couvre-feu. Des renforts des forces de sécurité ont été déployés aux abords de la ville, fouillant chaque personne ou véhicule souhaitant y entrer.

Cette vaste opération de maintien de l'ordre a été lancée après la nomination d'un nouveau commandant militaire dans la province, comme dans d'autres, les autorités s'en remettant à des militaires pour appuyer les gouverneurs face au mouvement social qui, depuis le 1er octobre, a fait plus de 370 morts et 15 000 blessés, selon un bilan de l'AFP - les autorités ne communiquant plus sur les morts.

Plus de 30 morts en une journée: en Irak, la violence franchit un nouveau palier

  Plus de 30 morts en une journée: en Irak, la violence franchit un nouveau palier Plus de 30 manifestants sont morts ce jeudi 28 novembre dans le sud de l'Irak, dans des affrontements avec les forces de l'ordre. Les violences ont franchi un nouveau palier ces derniers jours, y compris à Bagdad. Des tirs de balles résonnent régulièrement dans la rue Al Rasheed, dans le centre-ville de Bagdad. Depuis plusieurs jours, cette rue historique de la capitale irakienne prend des airs de ligne de front. « Les forces de sécurité nous tirent dessus, à balles réelles ! Et ils utilisent des grenades lacrymogènes, normalement interdites ! », se révolte Ali, 28 ans, le visage dissimulé sous une cagoule noire.

La contestation en Irak , qui a déjà fait 350 morts en deux mois, a atteint mercredi un palier inédit avec Des manifestants irakiens se rassemblent devant le consulat iranien dans la ville sainte chiite de Le consulat d'Iran dans l'autre ville sainte du pays, Kerbala, avait déjà concentré la colère des

À Bassora, en Irak , des centaines de manifestants ont mis le feu vendredi au consulat iranien , lors d'une nouvelle soirée de protestations. L'attaque contre la représentation diplomatique du grand voisin iranien , puissance agissante en Irak et plus particulièrement dans la province méridionale de

L'Iran cible de la colère

À propos de l'incendie du consulat iranien à Najaf, Bagdad a dénoncé des personnes "étrangères aux manifestations légitimes" qui veulent "clairement saper les relations historiques entre les deux pays". À Téhéran, qui depuis le début voit dans le mouvement irakien un "complot" contre lui, le ministère des Affaires étrangères iranien a réclamé "une action décisive, efficace et responsable contre les agents destructeurs et les agresseurs".

Car en deux mois de manifestations, les Irakiens crient désormais leur colère contre leur grand voisin. Pour eux, dans l'un des pays les plus riches en pétrole du monde - mais aussi l'un des plus corrompus -, le système politique conçu par les Américains qui ont renversé Saddam Hussein en 2003 est à bout de souffle. Et surtout, il est tombé entre les mains de l'Iran et de son puissant "émissaire pour les affaires irakiennes". Les manifestants réclament désormais une refonte du système politique et le renouvellement de la classe dirigeante qu'ils jugent corrompue.

Irak: le Parlement accepte la démission du Premier ministre Adel Abdel Mahdi .
La démission d'Adel Abdel Mahdi et de son gouvernement a été acceptée par le Parlement irakien, ce dimanche 1er décembre 2019 à Bagdad. Les manifestants anti-régime exigeaient depuis de nombreuses semaines le départ du Premier ministre. Cette session parlementaire était attendue depuis deux jours. Elle a permis d’officialiser la démission du Premier ministre qui n’est donc plus à la tête de l’Etat irakien, rapporte notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!