•   
  •   

Monde En RD Congo, trois membres d'une équipe anti-Ébola tués dans une attaque armée

16:15  28 novembre  2019
16:15  28 novembre  2019 Source:   france24.com

Mali: les blessés sont la priorité de l’armée après la nouvelle attaque au Nord

  Mali: les blessés sont la priorité de l’armée après la nouvelle attaque au Nord Au Mali, l’armée a de nouveau été attaquée par de présumés terroristes, ce lundi, dans le nord du pays. L’opération était, semble-t-il, minutieusement préparée. Selon un communiqué de l’armée malienne, 24 militaires et 17 terroristes ont été tués et du matériel a également été détruit chez l’ennemi. « L’une des priorités ce mardi, ce sont nos blessés », a expliqué à RFI une source militaire malienne contactée dans le Nord. Certains d’entre eux« L’une des priorités ce mardi, ce sont nos blessés », a expliqué à RFI une source militaire malienne contactée dans le Nord. Certains d’entre eux ont été évacués vers la localité nigérienne de Tiloua, d’autres vers la localité malienne de Gao, après un passage par la ville de Ménaka.

Un membre de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a été tué vendredi lors de l' attaque d ' un hôpital à Butembo, actuel épicentre de De source congolaise, la victime est un médecin camerounais qui participait à la réunion d ’ une équipe anti - Ebola prise pour cible par un groupe rebelle.

Un membre de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a été tué vendredi lors de l' attaque Le maire de Butembo, Sylvain Kanyamanda attribue l' attaque à la milice armée des Maï Maï qui A lire aussi. Ebola fait 500 morts en RDC. Une vingtaine d'agents de santé tués par Ebola en RD Congo .

Des habitants près d'un centre de vaccination de Médecins sans Frontières (MSF), le 14 novembre 2019, dans le quartier de Majengo, à Goma. © Fiston Mahamba, Reuters Des habitants près d'un centre de vaccination de Médecins sans Frontières (MSF), le 14 novembre 2019, dans le quartier de Majengo, à Goma.

Trois membres d'une équipe anti-Ebola ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans une attaque armée dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Une personne est portée disparue et cinq autres ont été blessées.

Une personne travaillant pour le ministère congolais de la Santé, et deux chauffeurs ont été tués, dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 novembre, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), selon une source onusienne. Ces trois membres d'une équipe anti-Ébola ont été tués dans l'attaque d'une base où vivent des personnels de la riposte anti-Ébola, à Biakato, dans la province de l'Ituri.

Au Mali, les corps de 13 soldats découverts après une attaque jihadiste

  Au Mali, les corps de 13 soldats découverts après une attaque jihadiste Les corps de treize soldats maliens portés disparus ont été découverts jeudi, après l'attaque d'une patrouille par des jihadistes en début de semaine, près de la frontière nigérienne. Le bilan de l'opération s'établit désormais à 43 morts. Le bilan s'alourdit au Mali. L'armée a découvert, jeudi 21—novembre, les corps de treize de ses soldats, portés disparus après l'attaque de lundi à Tabankort, près de la frontière nigérienne, ce qui porte à 43 le nombre de victimes de cette opération attribuée à des jihadistes, selon des sources sécuritaires maliennes.

Les agences d’application des lois en RD Congo devraient veiller à réagir rapidement, de manière adéquate et proportionnée si de telles attaques venaient à être perpétrées. Au cours des trois dernières années, le gouvernement congolais s’est lancé dans une répression brutale contre la

L’enrôlement des électeurs en RD Congo entravé par l’insécurité et des difficultés logistiques. Attaque contre la maison d ' un dirigeant de l'opposition en RD Congo . Sombres mises en garde sur L’ équipe RD Congo de Human Rights Watch fera usage de ce blog pour fournir des mises à jour en

Cinq autres personnes ont été blessées dans l'attaque, et une personne est portée disparue, a-t-on précisé, ajoutant qu'une autre attaque a été repoussée à Mangina, dans la même province.

"Des attaques de groupes armés à Biakato et à Mangina en RDC ont provoqué des morts et des blessés parmi les agents anti-Ébola", a tweeté le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, sans fournir de bilan plus précis.

"L'OMS et ses partenaires soignent les blessés et mettent d'autres membres du personnel en sécurité", a ajouté le site twitter de l'OMS en RDC.

L'OMS est le partenaire du ministère congolais de la Santé dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola qui a tué 2 199 personnes depuis août 2018.

Avec AFP

Manifestations anti-ONU en RD Congo : Beni s’enfonce dans la violence .
Les habitants de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, ont de nouveau manifesté lundi 2 décembre. Bilan : un civil et un policier ont été tués. Ils accusent la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) d’inaction face aux massacres de civils attribués aux Forces démocratiques alliées. La colère des manifestants anti-ONU reste vive à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo. Lundi 2 décembre, des dizaines de jeunes se sont rassemblés et ont scandé des slogans hostiles à la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). Au moins un manifestant et un policier ont été tués, selon le parquet militaire.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!