•   
  •   

Monde Mali: le groupe EI affirme avoir provoqué la collision des hélicoptères français

02:10  29 novembre  2019
02:10  29 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Mali : 24 soldats et 17 djihadistes tués après une embuscade imputée aux terroristes

  Mali : 24 soldats et 17 djihadistes tués après une embuscade imputée aux terroristes Les forces maliennes et nigériennes ont été attaquées lors d'une patrouille. Une centaine de suspects "terroristes" ont tout de même pu être arrétés dans les combats. © afp.com/ALAIN JOCARD Une nouvelle attaque attribuée aux djihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi 18 novembre 2019 dans l'est du Mali. Une nouvelle attaque attribuée aux djihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi dans l'est du Mali, a indiqué l'armée malienne alors même que la France annonçait de lourdes pertes infligées à ces djihadistes en novembre.

Le groupe jihadiste État islamique a affirmé jeudi 28 novembre avoir provoqué la collision entre deux hélicoptères français , dans laquelle 13 soldats ont trouvé la mort au Mali , en forçant un des appareils à battre en retraite après une embuscade.

Le groupe djihadiste, Etat islamique ( EI ) a affirmé jeudi avoir provoqué la collision entre deux hélicoptères français dans laquelle 13 soldats ont trouvé la mort au Mali , en forçant un des appareils à battre en retraite après une embuscade. Les deux hélicoptères militaires français sont entrés en

Un hélicoptère militaire NH90 de l'opération Barkhane à Ndaki, au Mali, le 29 juillet 2019. © REUTERS/Benoit Tessier Un hélicoptère militaire NH90 de l'opération Barkhane à Ndaki, au Mali, le 29 juillet 2019.

Le groupe jihadiste État islamique a affirmé jeudi 28 novembre avoir provoqué la collision entre deux hélicoptères français, dans laquelle 13 soldats ont trouvé la mort au Mali, en forçant un des appareils à battre en retraite après une embuscade.

Les deux hélicoptères militaires français sont entrés en collision lundi 25 novembre durant une opération de combat de nuit contre des jihadistes dans le sud du Mali en guerre.

Selon l'armée française, ils avaient été appelés en appui de commandos parachutistes engagés contre des ennemis, dans un secteur où la force antijihadiste française Barkhane mène régulièrement des opérations contre les groupes armés, dont le groupe État islamique au Grand Sahara (GSIM).

Dans un communiqué publié sur ses chaînes Telegram habituelles, l'organisation EI a affirmé avoir tendu une embuscade à un convoi de soldats français dans la région de Ménaka, et des affrontements ont éclaté.

Un hélicoptère transportant des renforts pour aider les troupes au sol a tenté d'atterrir sur le lieu de l'embuscade, mais « les soldats du califat ont tiré en direction de l'appareil, le forçant à se retirer et au final il est entré en collision avec un autre hélicoptère causant la mort de 13 soldats », selon le communiqué.

(avec AFP)

Mali: existe-t-il des négociations avec les jihadistes? .
Le débat autour de l’ouverture de négociations avec les terroristes refait surface à Bamako depuis que plusieurs initiatives de dialogue avec les groupes radicaux ont été engagées dans le centre du pays. Le 22 novembre, le célèbre avocat Hassan Barry est entendu par la direction générale de la sécurité d’État. Les services secrets maliens le soupçonnent de complicité avec les terroristes. Il restera trois jours dans les locaux de la DGSE jusqu’à ce que sa profession réclame sa libération immédiate.Au moment de son incarcération, une vidéo diffusée par la chaîne d’information saoudienne Al-Arabya, enflamme les réseaux sociaux.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!