•   
  •   

Monde La Chine sanctionne la marine américaine et des ONG « qui se sont mal comportées » à Hong Kong

12:15  02 décembre  2019
12:15  02 décembre  2019 Source:   nouvelobs.com

Trump assure que sans son intervention, Hong Kong aurait été "anéanti en 14 minutes"

  Trump assure que sans son intervention, Hong Kong aurait été Il dit avoir empêché l'armée chinoise d'intervenir contre les manifestants de Hong-Kong en mettant dans la balance un accord commercial entre Pékin et Washington. © afp.com/Brendan Smialowski Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 15 novembre 2019 Donald Trump a assuré ce vendredi que l'armée chinoise n'était pas intervenue pour réprimer les manifestations pro-démocratie dans le territoire semi-autonome de Hong Kong uniquement parce qu'il l'avait demandé à son homologue chinois."Sans moi, Hong Kong aurait été anéanti en 14 minutes.

Des bâtiments américains mouillent régulièrement à Hong Kong , dans Pékin avait déjà bloqué deux visites de bâtiments américains en août dernier, selon la marine Le gouvernement chinois va par ailleurs «imposer des sanctions aux ONG qui se sont mal comportées » à Hong Kong , notamment

Peut-on conjuguer éthique, écologie avec le sponsoring des jeux Olympiques de 2024 à Paris? Après le retrait de Total, la polémique sur AirBnb et l 'engagement d'EDF, la question divise les candidats dans la capitale "On pourrait appliquer aux entreprises qui se sont mal comportées des critères plus durs.

  La Chine sanctionne la marine américaine et des ONG « qui se sont mal comportées » à Hong Kong © Copyright 2019, L'Obs

La Chine a annoncé lundi 2 décembre la suspension immédiate des escales de récupération de navires de guerre américains à Hong Kong et des sanctions contre plusieurs organisations non-gouvernementales américaines. Ces mesures sont prises en réponse à l’adoption aux Etats-Unis d’une loi de soutien aux manifestations pro-démocratie qui secouent le territoire autonome chinois depuis six mois, a annoncé à la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Dès la semaine dernière, le régime communiste avait annoncé qu’il prendrait des mesures de représailles à la signature par le président américain de cette loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong. Pékin considère ce texte comme une ingérence dans ses affaires intérieures.

À Hong Kong, les électeurs ont exprimé leur mécontentement, admet Carrie Lam

  À Hong Kong, les électeurs ont exprimé leur mécontentement, admet Carrie Lam La cheffe de l'exécutif de Hong Kong a admis mardi que la victoire des pro-démocratie aux élections locales était le signe d'un mécontentement. En parallèle, la Chine a convoqué l'ambassadeur des États-Unis à Pékin pour protester contre une loi soutenant les manifestants. À Hong Kong, la cheffe de l'exécutif Carrie Lam a reconnu mardi 26 novembre que le taux de participation record aux élections locales de dimanche et la victoire des candidats pro-démocratie soulignait le mécontentement des électeurs à l'égard du gouvernement.

"On pourrait appliquer aux entreprises qui se sont mal comportées des critères plus durs. Moi, j'aurai dit à Total, le ticket d'entrée, c'est pas 100 mais 200 millions. Si on leur claque la porte, ce seront les Parisiens qui paieront", dit-il. "Tout cela est un jeu de tartuffe", balaye David Belliard.

"On pourrait appliquer aux entreprises qui se sont mal comportées des critères plus durs. Moi, j'aurai dit à Total, le ticket d'entrée, c'est pas 100 mais 200 millions. Si on leur claque la porte, ce seront les Parisiens qui paieront", dit-il. "Tout cela est un jeu de tartuffe", balaye David Belliard.

En réaction, le gouvernement a décidé de « suspendre les demandes de visite de récupération des navires de guerre américains, à compter d’aujourd’hui », a annoncé Hua Chunying. Des bâtiments américains mouillent régulièrement à Hong Kong, dans le cadre de visites permettant notamment aux marins de « récupérer » dans l’ancienne colonie britannique.

Pékin avait déjà bloqué deux visites de bâtiments américains en août dernier, selon la marine américaine. Une visite de l’US Navy avait eu lieu précédemment en avril, avant le début en juin des manifestations à Hong Kong.

« Abomination absolue »

Le gouvernement chinois va par ailleurs « imposer des sanctions aux ONG qui se sont mal comportées » à Hong Kong, notamment des associations actives dans le domaine des droits de l’homme : le National Endowment for Democracy, le National Democratic Institute for International Affairs, l’International Republican Institute, Human Rights Watch et Freedom House, a détaillé Hua Chunying, sans préciser en quoi consisteraient ces sanctions.

Liban, Hong Kong, Iran... les visages d’une révolte mondiale

Pékin a qualifié la semaine dernière la loi américaine sur Hong Kong « d’abomination absolue ».

Ce texte menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l’ancienne colonie britannique si les droits des manifestants ne sont pas respectés.

Le président américain Donald Trump a également approuvé une mesure interdisant la vente à la police hongkongaise de matériel destiné à réprimer les manifestations.

À Hong Kong, la contestation retrouve un nouveau souffle dans la rue .
Des centaines de personnes sont de nouveau descendues dans les rues ce dimanche 8 décembre. Une manifestation qui a témoigné de la vigueur persistante du mouvement de contestation contre l'exécutif soutenu par la Chine. Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde Seuls les masques sur le visage et les cinq doigts levés, accompagnant le slogan « Cinq revendications, pas une de moins », marquent une différence avec juin dernier. Sinon, ce sont les mêmes images. Celles d’une foule immense et pacifique défilant dans les rues du centre de Hong Kong, des volontaires recyclant tracts et bouteilles d'eau sur le passage des cortèges.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!