•   
  •   

Monde La Grèce expulse l'ambassadeur libyen suite à l'accord turco-libyen

20:25  06 décembre  2019
20:25  06 décembre  2019 Source:   rfi.fr

Une délégation américaine a rencontré le camp Haftar en Libye

  Une délégation américaine a rencontré le camp Haftar en Libye Une délégation américaine de haut niveau a rencontré dimanche 24 novembre le maréchal Khalifa Haftar en Libye. Cette rencontre est la première à ce niveau entre l'admistration américaine et l'homme fort de l'est libyen, depuis le début de son offensive pour prendre le contrôle de Tripoli en avril dernier. Des discussions qui ont porté sur la suspension des hostilités en Libye. Le lieu de la rencontre n'a pas été révélé. Mais une photo prise dans une salle neutre montre la délégation américaine composée notamment de Victoria Coates, conseillère adjointe de la sécurité nationale à la Maison Blanche, face à celle du maréchal Haftar.

La Ministre des Affaires étrangères grecque Nikos Dendias a annoncé que l'ambassadeur libyen est expulsé suite à l'accord turco-libyen. © AFP/Lehtikuva/Markki Ulander La Ministre des Affaires étrangères grecque Nikos Dendias a annoncé que l'ambassadeur libyen est expulsé suite à l'accord turco-libyen.

L’ambassadeur libyen à Athènes vient de faire les frais des tensions grandissantes entre la Grèce et la Turquie. À partir de ce vendredi, le diplomate a 72 heures pour quitter le pays.

Avec notre correspondant à Athènes, Luc Bronner

La Grèce a annoncé ce vendredi 6 décembre l'expulsion de l'ambassadeur libyen à Athènes, Tripoli n'ayant pas révélé comme le gouvernement grec l'exigeait le contenu d'un accord controversé avec la Turquie de délimitation maritime, signé la semaine dernière. Signé fin novembre, ce mémorandum entre la Turquie et la Libye, qui porte notamment sur les frontières maritimes entre les deux pays, a mis le feu aux poudres.

Libye: le gouvernement d'union nationale signe une accord militaire avec Ankara

  Libye: le gouvernement d'union nationale signe une accord militaire avec Ankara La signature à Istanbul ce mercredi 27 novembre d'un accord militaire et sécuritaire entre le gouvernement d'union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj et la Turquie accentue la division en Libye. L'accord militaire et sécuritaire a été signé lors d'une rencontre entre le président turc Erdogan et le responsable libyen Fayez el-Sarraj, soutenu par la communauté internationale. Les clauses du document n'ont pas été révélées et cela provoque un tollé à l'est du pays sous le contrôle de Khalifa Haftar, qui s'oppose à Tripoli.Selon Ankara, cet accord est censé « renforcer les liens entre les deux armées ».

« L'ambassadeur libyen a été convoqué au ministère ce matin et a été informé de son expulsion », a déclaré « avec regret » aux médias le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias. Un délai de 72 heures lui a été donné pour quitter la Grèce, a-t-il précisé, ajoutant que « son expulsion ne signifiait pas l'interruption des relations diplomatiques avec la Libye ».

Gisements gaziers et pétroliers

La Grèce, comme l’Égypte et Chypre, juge cet accord contraire au droit international, arguant notamment qu’il n’existe pas de frontière entre la Libye et la Turquie.

Ces pays craignent surtout qu’Ankara ne s’appuie sur l’accord pour effectuer de nouveaux forages en mer, forages qu’ils jugent illégaux. Le fond du problème est en effet que des gisements gaziers et pétroliers ont été découverts ces dernières années au large de l’île de Chypre. L’appétit des nombreux pays frontaliers de l’est de la Méditerranée s'aiguisent.

Dans le même temps, les arrivées quotidiennes de migrants et de demandeurs d’asile sur les îles grecques en provenance de Turquie participent par ailleurs à un climat de crispation croissante entre Athènes et Ankara.

Libye : un accord militaire entre Ankara et Fayez al-Sarraj provoque la colère de Khalifa Haftar et d’Athènes .
Furieux de la contestation par la Grèce d’un mémorandum de délimitation maritime conclu avec Tripoli, le président turc Erdogan a rejeté toute remise en cause de cet accord et refuse d’en débattre au sommet de l’OTAN de Londres. © Fournis par Franceinfo Un protocole "de coopération militaire et sécuritaire" a été signé le 27 novembre 2019 lors d’une rencontre à Istanbul entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le chef du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l’ONU.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!