•   
  •   

Monde Allemagne: le SPD vote contre un départ immédiat de la coalition Merkel

22:20  06 décembre  2019
22:20  06 décembre  2019 Source:   rfi.fr

Week-end intense pour les partis politiques d'Allemagne

  Week-end intense pour les partis politiques d'Allemagne Le Parti social-démocrate d'Allemagne, associé à la l'Union chrétienne-démocrate d'Angela Merkel à Berlin, doit se choisir une nouvelle direction ce week-end. Tout comme le parti d'extrême droite AfD, tiraillé entre courants modéré et extrémiste. Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux L'heure est au recentrage pour les partis politiques allemands. Les bientôt 14 ans de règne au centre d'Angela Merkel y sont pour quelque chose. La chancelière en fin de mandat veut se retirer de la vie politique en 2021.Il reste donc deux ans aux principales formations allemandes pour se positionner face à son héritage.

Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken, ici lors du congrès du SPD le 6 décembre 2019, sont les nouveaux leaders du SPD. © REUTERS/Fabrizio Bensch Norbert Walter-Borjans et Saskia Esken, ici lors du congrès du SPD le 6 décembre 2019, sont les nouveaux leaders du SPD.

Les sociaux-démocrates du SPD étaient en congrès à Berlin ce vendredi 6 décembre. Le parti a élu une nouvelle direction plus à gauche et sceptique quant au maintien du SPD au sein du gouvernement commun avec la droite, mais une motion en faveur d'une fin immédiate de la grande coalition avec la CDU de Merkel a été rejetée.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Le week-end dernier, la surprise, ou le choc pour d’aucuns, était au rendez-vous lorsque la victoire du duo Saskia Esken et Norbert Walter-Borjans, élu par les membres du SPD, était annoncé.

Allemagne: un duo critique à l'égard de la coalition Merkel élu à la tête du SPD

  Allemagne: un duo critique à l'égard de la coalition Merkel élu à la tête du SPD Le SPD en panne dans les sondages a choisi pour le diriger un tandem sceptique vis-à-vis de la coalition avec les conservateurs d'Angela Merkel. Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux Le vote des militants du SPD est un coup dur pour Angela Merkel. La chancelière a besoin des sociaux-démocrates pour mener à terme son mandat jusqu'en 2021. Or la nouvelle direction du parti qui sera intronisée par le congrès de la semaine prochaine est plutôt favorable à la sortie de la coalition.

Les deux responsables issus de l’aile gauche du SPD tiraient un bilan des plus sceptiques de la présence de leur parti au gouvernement au sein d’une grande coalition avec les chrétiens-démocrates d’Angela Merkel. La fin de cette alliance menaçait mais aujourd’hui, une motion l’exigeant immédiatement a été rejetée.

Le texte de la nouvelle direction plaide pour des discussions avec les conservateurs pour obtenir des compromis sur une politique climatique plus ambitieuse et plus sociale. La motion majoritairement adoptée plaide pour des investissements publics massifs dans les infrastructures et pour une augmentation sensible du salaire minimum.

Des discussions restent possibles

Les chrétiens-démocrates ont rejeté ces derniers jours une remise en plat du contrat de coalition signé début 2018. Mais des discussions restent possibles. Angela Merkel veut à tout prix rester en poste jusqu’à la fin de la législature et est prête à des compromis. Mais les partis conservateurs très réticents joueront-ils le jeu ?

Un gouvernement minoritaire des chrétiens-démocrates reste hypothétique. Et les sondages catastrophiques pour les partis au pouvoir ne les poussent pas vraiment à se présenter d’ici quelques semaines devant les électeurs.

À Auschwitz, Merkel dit sa «honte des crimes barbares commis par les Allemands» .
La mémoire des crimes nazis est «inséparable» de l'identité allemande, a déclaré ce vendredi 6 décembre Angela Merkel, dans l'ancien camp nazi d'Auschwitz qu'elle visitait pour la première fois en tant que chancelière allemande. La première visite de ce site par Angela Merkel, symbole de l'Holocauste, intervient au moment où le parti d'extrême droite AfD, qui siège depuis deux ans au Bundestag, prône la fin de la culture du repentir. « SeLa première visite de ce site par Angela Merkel, symbole de l'Holocauste, intervient au moment où le parti d'extrême droite AfD, qui siège depuis deux ans au Bundestag, prône la fin de la culture du repentir.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!