•   
  •   

Monde Malgré les violences, les manifestants continuent de se mobiliser en Irak

02:21  09 décembre  2019
02:21  09 décembre  2019 Source:   msn.com

Irak: l’annonce de la démission du Premier ministre ne calme pas la contestation

  Irak: l’annonce de la démission du Premier ministre ne calme pas la contestation Au lendemain de l'annonce de la démission du Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, les manifestants restent prudents et n'oublient pas leur demande initiale : la chute du régime tout entier. Sur la place Tahrir, l'annonce de la démission du Premier ministre Adel Abdel Mahdi est vécue comme une victoire. Ou plutôt comme un pas vers la victoire. Sur ce lieu devenu l'épicentre de la contestation depuis deux mois à Bagdad, les manifestants se félicitent de ce tournant politique et le présentent comme une conséquence directe à leur combat.

Plus de 24 heures après l'attaque meurtrière au centre de Bagdad visant des protestataires, le bilan s'alourdit avec 24 morts au total. Malgré l 'inquiétude, les manifestants affirment qu'ils ne se démobiliseront pas pour autant. Ce fut l'une des attaques les plus meurtrières de la contestation en

Après la mort, vendredi, de vingt manifestants tués par des hommes armés, une escalade des tensions est crainte en Irak . En soirée, une manifestante a dit redouter de nouvelles violences . « Les forces de sécurité bloquent les rues menant à Tahrir et les manifestants n’arrivent pas à

Des étudiants irakiens de l'université de Kufa se rassemblent pour soutenir les manifestations anti-gouvernementales en cours, à la porte du campus de Kufa, à 10 km au nord-est de la ville sanctuaire de Najaf, dans le centre du pays. © Capture d'écran France 24 Des étudiants irakiens de l'université de Kufa se rassemblent pour soutenir les manifestations anti-gouvernementales en cours, à la porte du campus de Kufa, à 10 km au nord-est de la ville sanctuaire de Najaf, dans le centre du pays.

Au lendemain d'une attaque qui a fait 24 morts en Irak, des milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées dimanche dans plusieurs villes du pays pour réclamer plus de démocratie et la fin de la corruption.

"Ils essayent de nous faire peur par tous les moyens, mais on reste" dans la rue. Dimanche 8 décembre, des milliers d'Irakiens se sont rassemblés à Bagdad et dans le Sud malgré les violences qui ont fait plus de 450 morts en deux mois.

Week-end de protestations massives en Irak

  Week-end de protestations massives en Irak Des milliers d'Irakiens ont de nouveau manifesté dans les rues du pays ce week-end. Le Premier ministre Adel Abdel Mahdi a annoncé sa démission.Manifestation à Bagdad, en Irak, le 30 novembre 2019.

Irak : de nouvelles manifestations, malgré l ’annonce de la démission du premier ministre. En Irak , inquiétude pour les disparus de la place Tahrir. Les manifestants dénoncent les pressions En Irak , le mouvement antigouvernemental continue de mobiliser au-delà des divisions confessionnelles

Au moins douze manifestants ont été tués, vendredi, à Bagdad, où de nouvelles violences ont éclaté, après quelques jours d'accalmie. Tirant des salves de balles réelles, parfois dans le noir le plus total au gré des coupures d'électricité fréquentes en Irak , ces hommes armés sont parvenus à déloger les

Sur l'emblématique place Tahrir de Bagdad, épicentre de la contestation qui réclame une nouvelle classe dirigeante en Irak, la foule était immense

C'est près de cette place que 20 manifestants et quatre policiers ont été tués vendredi dans une attaque menée par des hommes armés - toujours non identifiés selon les autorités - dans un parking à plusieurs étages occupé par les protestataires à Bagdad.

"Ils essayent de nous faire peur par tous les moyens, mais on reste sur Tahrir, et jour et nuit notre nombre augmente", assure à l'AFP Aïcha, une manifestante de 23 ans.

"Nous continuerons à manifester"

À Nassiriya, grande ville du Sud également théâtre d'une tuerie il y a une dizaine de jours, les manifestants se sont regroupés sur une place du centre-ville, rejoints par des délégations de puissantes tribus ."Nous continuerons à manifester jusqu'à la chute du régime", promet Ali Rahim, un étudiant interrogé par l'AFP sur la place.

Week-end de protestations massives en Irak

  Week-end de protestations massives en Irak Des milliers d'Irakiens ont de nouveau manifesté dans les rues du pays ce week-end. Le Premier ministre Adel Abdel Mahdi a annoncé sa démission.

Face à face de membres des forces de sécurité et des manifestants antigouvernementaux à "Comme on redoutait des violences , on a appelé les religieux des lieux saints et ils sont venus.". Malgré cette menace, les Irakiens sont de nouveau par milliers dans la rue vendredi dans le sud de

"La nomination du Premier ministre doit se faire loin de toute ingérence étrangère", a martelé son représentant dans la ville sainte chiite de Kerbala au sud de Bagdad. Comme chaque vendredi, il a lu le sermon du grand ayatollah qui n'apparaît jamais en public. Car les manifestants l'ont déjà dit: ils

Dans plusieurs villes du sud agricole irakien, les autorités locales ont déclaré dimanche, premier jour de la semaine en Irak, chômé pour les fonctionnaires, alors que les piquets de grève et autres blocages se poursuivent.

Des milliers d'Irakiens ont manifesté également à al-Hilla, Amara, Diwaniya, Kout et Najaf, ont constaté des correspondants de l'AFP dans ces villes du sud.

Un bilan qui s'alourdit

Depuis le lancement le 1er octobre du premier mouvement de contestation spontané depuis des décennies, l'Irak est en proie aux manifestations et aux violences. Selon un bilan compilé par l'AFP à partir de sources médicales et policières, 452 personnes ont été tuées et quelque 20 000 blessées, en majorité des manifestants.

Ceux-ci conspuent le pouvoir à Bagdad et son parrain iranien. Ils réclament la refonte du système politique, un renouvellement complet de leur classe politique et surtout la fin de la corruption qui a déjà englouti l'équivalent de deux fois le PIB du pays, l'un des plus riches en pétrole du monde.

Irak: une tuerie fait au moins 17 morts dans le centre de Bagdad

  Irak: une tuerie fait au moins 17 morts dans le centre de Bagdad L'Irak, où la contestation se poursuit depuis deux mois, est à nouveau touché par une vague de violences extrêmes. Des hommes armés ont attaqué les manifestants dans le centre-ville de Bagdad, faisant au moins 17 morts. Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann Ce fut l’une des attaques les plus meurtrières depuis le début de la contestation. En début de soirée ce vendredi soir à Bagdad, des dizaines d'hommes armés, dont l'identitéAvec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

L’épineuse question du maintien de l’ordre, qui a occupé une bonne partie de l’espace médiatique ces derniers mois, a été reléguée à l’arrière-plan le Le reporter spécialisé dans la couverture des conflits sociaux, Gaspard Glanz, a notamment publié des clichés de ses plaies aux jambes, causées par une

Après quelques jours d'accalmie, la violence a de nouveau explosé vendredi en Irak où au moins neuf manifestants ont été tués à Bagdad, au moment où Mais depuis jeudi, les manifestants disaient redouter des violences après que des partisans des paramilitaires pro-Iran du Hachd al -Chaabi

Irak: un adolescent lynché et pendu à Bagdad près de la place Tahrir .
Un adolescent a été pendu et lynché par la foule, ce jeudi matin 12 décembre, en Irak, aux abords de la place Tahrir à Bagdad, là où des manifestants se rassemblent depuis plus de deux mois. Un acte qui pourrait venir ternir l’image pacifique du mouvement. Les manifestants crient au complot et affirment « ne pas être responsables de ces événements ». Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann Un adolescent, à moitié nu, pendu par les pieds à un feu de circulation en plein centre-ville de Bagdad. Voilà l'image insupportable qui circule massivement depuis ce jeudi matin sur les réseaux sociaux.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!