•   
  •   

Monde Gambie: les survivants du naufrage au large de la Mauritanie de retour chez eux

06:15  10 décembre  2019
06:15  10 décembre  2019 Source:   rfi.fr

Naufrage au large de la Mauritanie, de nombreux migrants morts en mer

  Naufrage au large de la Mauritanie, de nombreux migrants morts en mer Cinquante-huit migrants au moins sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie. Ils étaient partis de Gambie avec environ 150 personnes à bord avant que leur bateau ne sombre dans la soirée. Un bateau de migrants a fait naufrage au large de la Mauritanie. Il transportait environ 150 personnes. Cinquante-huit corps ont été retrouvés pour le moment et 85 survivants ont pu être secourus. Selon les survivants, le bateau avait quitté la Gambie le 27 novembre et se dirigeait vers l'Espagne.

Plusieurs centaines de migrants gambiens sont retournés chez eux ce 9 décembre après avoir été secourus ou interceptés au large des côtes Plusieurs bateaux étaient partis de Barra, petite ville sur la rive nord du fleuve Gambie , en face de la capitale Banjul. Le naufrage de l 'une des pirogues a fait

Les rescapés sénégalais du naufrage du 4 novembre au large de la capitale économique mauritanienne ont passé peu de temps à Nouakchott Il a confirmé que 60 Gambiens avaient trouvé la mort mercredi dans l'accident, que les survivants étaient pris en charge par son gouvernement.

Des bateaux sur la plage de Barra (Gambie) le 5 décembre 2019. © Romain CHANSON / AFPTV / AFP Des bateaux sur la plage de Barra (Gambie) le 5 décembre 2019.

Plusieurs centaines de migrants gambiens sont retournés chez eux ce 9 décembre après avoir été secourus ou interceptés au large des côtes mauritaniennes, près de Nouadhibou, la semaine dernière.

Hassan Ndour mesure la chance qu'il a d'être parmi ses parents aujourd'hui. Ce jeune homme de 25 ans a perdu soixante de ses compatriotes qui faisaient le voyage avec lui. « On était à court de nourriture et de carburant et on ne savait pas où aller, raconte-t-il. On a voulu amarrer le bateau quand les vagues ont frappé la pirogue qui a chaviré ».

Au moins 58 migrants meurent dans le naufrage de leur bateau au large de la Mauritanie

  Au moins 58 migrants meurent dans le naufrage de leur bateau au large de la Mauritanie Ils étaient sur une embarcation transportant 150 à 180 personnes, dont des femmes et surtout des jeunes âgés de 20 à 30 ans, partie depuis la Gambie. © IOM / AFP Des rescapés du naufrage, à Nouadhibou, en Mauritanie, le 5 décembre 2019. Au moins 58 migrants partis de Gambie sont morts mercredi dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie, un drame qui rappelle combien les migrations clandestines de l'Afrique vers l'Europe restent meurtrières.

La ville de Barra attend le retour des migrants rescapés du naufrage meurtrier qui a fait 60 victimes gambiennes mercredi au large de la Mauritanie . Un séjour dans les prisons libyennes en 2017 a mis fin au voyage vers l'Europe de Tombong Kuyateh. De retour en Gambie , il essaie de décourager

L'OIM a précisé dans un communiqué que le bateau était parti de Gambie le 27 novembre. Les survivants ont dit à des employés de l 'OIM qu'au moins 150 personnes, dont des femmes et des enfants, étaient à bord.

Assis à ses côtés, son père fond en larmes. La famille d'Hassan Ndour a encouragé ce départ pour essayer d'améliorer leurs conditions de vie. Hassan voulait aider son père, qui est malade.

Sa mère, Seynabou Diouf, regrette ce départ. « Le village a connu un véritable drame, déclare-t-elle. Je ne lui permettrai plus jamais de prendre part à un tel voyage. Son père n'a pas arrêté de pleurer jusqu'à son retour aujourd'hui. J'étais vraiment inquiète qu'il lui arrive quelque chose ».

Le voyage d'Hassan en direction de l'Espagne lui a coûté 30 000 dalasi, soit 530 euros. Il aurait pu lui coûter la vie. Plusieurs bateaux étaient partis de Barra, petite ville sur la rive nord du fleuve Gambie, en face de la capitale Banjul. Le naufrage de l'une des pirogues a fait 60 morts gambiens, selon le président Adama Barrow.

À lire aussi : Naufrage en Mauritanie: la Gambie face au défi d'une jeunesse qui migre

Gambie: des manifestants réclament le départ d'Adama Barrow .
Des milliers de Gambiens, notamment du mouvement « Operation Three Years Jotna » (« Trois ans, c'est maintenant ») ont manifesté pour réclamer le départ du président Adama Barrow, qui est revenu plusieurs fois cette année sur sa promesse de démissionner à l'issue de ses trois ans de mandat. Un slogan très court pour un mandat présidentiel qu'ils souhaitent tout aussi bref : « Trois ans ». Parmi les manifestants, Seckou Diaby, qui habite à Paris depuis plus de 30 ans et qui dit être venu spécialement pour exprimer sa colère. « Trois ans, c'est la limite et maintenant, il [Adama Barrow] voudrait qu'on pousse jusqu'à cinq ans, déclare-t-il.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 4
C'est intéressant!