•   
  •   

Monde Algérie: les rassemblements se poursuivent avant la présidentielle

06:10  11 décembre  2019
06:10  11 décembre  2019 Source:   rfi.fr

Présidentielle en Algérie: fin d'une campagne électorale sans éclat

  Présidentielle en Algérie: fin d'une campagne électorale sans éclat A quatre jours de l'élection présidentielle en Algérie, les cinq candidats en lice ont tenu ce dimanche 8 décembre leurs dernières conférences de presse et leurs ultimes meetings. Cette dernière journée de campagne électorale a été à l'image de son ensemble : sans éclat. L'ancien ministre de la Culture Azzedine Mihoubi s'est rendu dans trois villes du centre-est du pays où il a fait des promesses de développement économique et culturel. Abdelkader Bengrina est allé à Ouargla, sa ville natale, à 800 km au sud d'Alger. Il y a été accueilli par une foule importante.

À deux jours de l’élection présidentielle , la contestation ne faiblit pas et la situation semble se tendre. Mardi 10 décembre, des manifestations ont eu. Des manifestants ont défilé mardi 10 décembre à Alger, deux jorus avant l 'élection présidentielle conrtestée. © REUTERS/Ramzi Boudina.

Il n’empêche, Bamako a été très passablement irrité par le ton utilisé par le président Macron devant la presse. « Mais il faut aller de l’avant avec le partenaire, avec nos amis français », explique un collaborateur du président Algérie : les rassemblements se poursuivent avant la présidentielle .

Des manifestants ont défilé mardi 10 décembre à Alger, deux jorus avant l'élection présidentielle conrtestée. © REUTERS/Ramzi Boudina Des manifestants ont défilé mardi 10 décembre à Alger, deux jorus avant l'élection présidentielle conrtestée.

À deux jours de l’élection présidentielle, la contestation ne faiblit pas et la situation semble se tendre. Mardi 10 décembre, des manifestations ont eu lieu dans différentes villes du pays, mais les forces de l’ordre ont tenté de les empêcher. Des arrestations ont eu lieu.

Dans la capitale, la mobilisation hebdomadaire du mardi était en hausse, malgré un déploiement de forces de l’ordre inédit. Dans le cortège, les manifestants, des étudiants mais pas seulement, scandaient qu’ils ne voteraient pas et qu’ils souhaitaient un état civil pas militaire.

Algérie: nouvelles manifestations étudiantes pour dire «non» à la présidentielle

  Algérie: nouvelles manifestations étudiantes pour dire «non» à la présidentielle En Algérie, alors que l’élection présidentielle doit avoir lieu le 12 décembre et que l’opération de vote pour les populations nomades débute dans les régions du sud du pays le 10, de nouvelles manifestations étudiantes ont eu lieu dans plusieurs régions pour exprimer leur refus du scrutin. Des organisations étudiantes avaient appelé à un rassemblement ce 9 décembre. À Alger, Constantine, Béjaïa ou Mostaganem, des centaines de jeunes ont tenté de défiler pour dire qu’ils rejetaient l’élection présidentielle. Dans la capitale, le cortège s’est retrouvé face à un autre, composé de personnes favorables au scrutin.

A quelques jours d’une présidentielle contestée en Algérie , les opposants au scrutin diversifient leur action de protestions. Aux traditionnelles manifestations bihebdomadaires du mardi et du vendredi, s’est ajoutée depuis le 8 décembre une grève générale.

Rassemblement anti-élection des algériens devant le Consulat Général d' Algérie à Paris.

Il y a eu des manifestations dans 19 régions. A Annaba, à l’est du pays, plusieurs étudiants et enseignants ont été interpellés. A Sidi Bel Abbès, des personnes ont été blessées dans des affrontements avec les forces de l’ordre.

Mais au-delà des manifestations étudiantes, depuis plusieurs jours, des cortèges se forment aussi en fin de journée, pour protester contre l’organisation du scrutin. C’est le cas à Oran, à l’ouest du pays.

Ce mardi cependant, un important dispositif de sécurité a empêché la manifestation. Les protestataires ont été sommés de quitter les lieux et il y a eu des arrestations.

A lire aussi : Présidentielle en Algérie: fin d'une campagne électorale sans éclat

Algérie : mal aimé et mal élu, le président Tebboune est entré en fonction .
Main droite sur le Coran, il a juré notamment de "respecter et de glorifier la religion islamique, de défendre la Constitution, de veiller à la continuité de l'Etat".

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!