•   
  •   

Monde Violences policières à Hong Kong : les enquêteurs étrangers démissionnent

08:10  11 décembre  2019
08:10  11 décembre  2019 Source:   rfi.fr

À Hong Kong, des manifestants dénoncent l'utilisation de gaz lacrymogène par la police

  À Hong Kong, des manifestants dénoncent l'utilisation de gaz lacrymogène par la police Des centaines de manifestants pro-démocratie ont manifesté, dimanche, dans les rues de Hong Kong, pour dénoncer l'usage par la police de gaz lacrymogène. Cette journée de mobilisation intervient après une semaine relativement calme. Des centaines de personnes, notamment de nombreuses familles avec enfants, ont manifesté, dimanche 1er décembre, à Hong Kong pour dénoncer l'usage par la police de gaz lacrymogène, après une rare période de calme en près de six mois de contestation politique.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. L’incident intervient au lendemain de la visite du nouveau chef de la police hongkongaise à Pékin. Il ne devrait rien arranger au climat de défiance qui n’a cessé de se renforcer ces derniers mois à Hong Kong entre la population et les forces de l’ordre.

Avec notre envoyé spécial à Hong Kong , Zhifan Liu. Plus de 10 000 Hongkongais se sont réunis à l’appel des personnels médicaux de la ville ce vendredi soir. Ces derniers, témoins privilégiés des violences policières , veulent alerter sur les abus des forces de l’ordre, explique Tony Hung

Un manifestant est arrêté par la police anti-émeute lors du rassemblement © REUTERS/Laurel Chor Un manifestant est arrêté par la police anti-émeute lors du rassemblement "N'oublions jamais" à Kowloon à Hong Kong, le 1er décembre 2019.

Ces spécialistes du maintien de l’ordre affirment que le comité de surveillance des forces anti-émeutes mis en place au sein de la police hongkongaise n’est pas suffisamment autonome.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

L’incident intervient au lendemain de la visite du nouveau chef de la police hongkongaise à Pékin. Il ne devrait rien arranger au climat de défiance qui n’a cessé de se renforcer ces derniers mois à Hong Kong entre la population et les forces de l’ordre.

Hong Kong: une semaine après les élections, le mouvement se remet en marche

  Hong Kong: une semaine après les élections, le mouvement se remet en marche Après une accalmie de quelques jours, les manifestants de Hong Kong étaient appelés à redescendre dans la rue ce dimanche 1er décembre, une semaine après l'écrasante victoire des pro-démocratie aux élections locales. Le camp pro-démocratie estime n’avoir pas eu de réponse au vote de dimanche dernier, des élections de district qu'il a largement remportées. Il entend fédérer un maximum de soutiens lors de la manifestation pacifique du jour. CommeLe camp pro-démocratie estime n’avoir pas eu de réponse au vote de dimanche dernier, des élections de district qu'il a largement remportées. Il entend fédérer un maximum de soutiens lors de la manifestation pacifique du jour.

La tension reste vive à Hong Kong . Trois jours après l’annonce du retrait formel d’un projet de loi sur l’extradition, les protestataires Lors de l’annonce du retrait de la loi sur l’extradition mercredi, Carrie Lam a rejeté l’idée d’une enquête indépendante sur les violences policières , renvoyant sur l’organe

Ils dénoncent les dernières violences policières . Les vols sont annulés pour la journée, et la compagnie Cathay Pacific Les participants sont particulièrement remontés contre les violences policières , au nom d’une jeune fille dont l’image est reprise sur tous les médias et les réseaux sociaux.

Recrutés en septembre par le Conseil indépendant des plaintes contre la police, ces cinq experts internationaux laissent entendre qu’ils ne sont pas en mesure d’accomplir leur mission. Celle-ci consistait à constater le travail de la police des polices, via l’organe chargé d’étudier les accusations lancées par certains protestataires contre les violences commises par les forces anti-émeutes. Las ! Les experts lâchent l’affaire et refusent de servir plus longtemps de caution.

La commission jugée incapable de mener une « enquête indépendante »

Parmi ces spécialistes du maintien de l’ordre figuraient Dennis O’Connor, ex-inspecteur chef de la police britannique, qui avait été chargé de rédiger un rapport à la suite des émeutes de Londres en 2011, ou encore le juge néo-zélandais Colin Doherty. Ils devaient publier leurs premières constatations d’ici à la fin du mois de janvier.

Fin de trêve à Hong Kong, où la police refait usage de gaz lacrymogènes

  Fin de trêve à Hong Kong, où la police refait usage de gaz lacrymogènes La police a fait usage de gaz lacrymogènes ce dimanche 1er décembre à Hong Kong, pour disperser des milliers de manifestants anti-gouvernementaux. La courte période d'accalmie survenue cette semaine dans la région a vécu. Les manifestants pro-démocratie de Hong Kong se sont rassemblés ce dimanche 1er décembre dans le quartier commerçant de Tsim Sha Tsui, et plusieurs centaines de personnes ont pris le chemin du consulat américain, afin d'exprimer leur « gratitude » aux États-Unis, qui ont apporté un soutien massif au mouvement.

En ce 10e week-end de manifestations à Hong Kong , la tension a semblé monter d'un cran dans les heurts entre manifestants et forces de l'ordre, qui s'accusent mutuellement de violences . La police a fait un usage répété des gaz lacrymogènes et de nouveau procédé à des arrestations de militants

Avec notre envoyée spéciale à Calais, Alice Pozycki. Dans la file d'attente pour accéder aux douches du centre d'accueil de jour de Calais, John se frotte les paupières. Ses yeux sont rouges. Il explique que c'est à cause de sa rencontre avec les forces de l'ordre.

Dans un communiqué justifiant ce retrait formel, ils affirment avoir constaté un « déficit crucial » dans les capacités du Conseil indépendant de mener justement une « enquête indépendante ».

À plusieurs reprises ces dernières semaines, le panel a réclamé un élargissement des pouvoirs de l’organe de surveillance. Une demande aussitôt rejetée par Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif, ainsi que par Anthony Neoh, le patron du Conseil indépendant lui-même. Ce dernier affirmait à un média d’État chinois, le mois dernier, que ses confrères étrangers « ne comprenaient pas la situation à Hong Kong ».

►À lire aussi : Hong Kong: 800 000 personnes dans la rue pour les six mois de la contestation

Chine: Macao sous haute surveillance pour la visite de Xi Jinping .
Le président chinois est attendu à Macao où il doit assister vendredi 20 décembre à la cérémonie du 20ème anniversaire de la rétrocession de l’ancienne colonie portugaise. Des commémorations placées sous haute surveillance avec des contrôles renforcés à l’entrée de la Région administrative spéciale. Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde Réduction du nombre des ferries, pressions sur les ONG et les intellectuels, Pékin veut empêcher la manifestation de tout signe de mécontentement à l’occasion de cet anniversaire. Les douanes de Macao ont annoncé un renforcement des contrôles de sécurité à compter de ce mardi et jusqu’à samedi.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!