•   
  •   

Monde Mauritanie: rassemblement pour exiger le retour des exilés politiques

14:15  13 décembre  2019
14:15  13 décembre  2019 Source:   rfi.fr

Naufrage au large de la Mauritanie, de nombreux migrants morts en mer

  Naufrage au large de la Mauritanie, de nombreux migrants morts en mer Cinquante-huit migrants au moins sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie. Ils étaient partis de Gambie avec environ 150 personnes à bord avant que leur bateau ne sombre dans la soirée. Un bateau de migrants a fait naufrage au large de la Mauritanie. Il transportait environ 150 personnes. Cinquante-huit corps ont été retrouvés pour le moment et 85 survivants ont pu être secourus. Selon les survivants, le bateau avait quitté la Gambie le 27 novembre et se dirigeait vers l'Espagne.

L'ensemble des partis d'opposition béninois exigent au président Talon le « retour immédiat et sans délai des exilés politiques », tels que l'homme d'affaires Sébastien Adjavon, l'ancien maire de Cotonou Léhadi Soglo, révoqué par le gouvernement et le secrétaire exécutif du parti FCBE, Valentin

Mauritanie : le retour controversé de l’ancien Le sit in organisé a été rehaussé par le présence de nombreux hommes politiques (Sidi Mohamed Ould Boubacar, Saleh Ould Hanena, Mohamed Ghoulam Ould El Hadj Cheikh), plusieurs députés notamment Abderrahmane Ould Mini, Dane Ould

Nouakchott, la capitale mauritanienne. © Laminesall96 / Wikimedia Commons Nouakchott, la capitale mauritanienne.

En Mauritanie, près d’un millier de personnes ont participé à un « sit-in », ce jeudi matin, devant la présidence de la République pour exiger le retour des exilés politiques du régime de l’ancien chef de l’État Mohamed Ould Abdel Aziz. Parmi ces exilés, des journalistes, des blogueurs, des artistes et des hommes d’affaires.

L’ancien régime les avait accusés de crimes économiques et d’atteinte à la sureté de l’État avant d’engager des poursuites judiciaires contre eux en 2017. Accusations sans fondement selon leurs familles et avocats qui ont toujours dénoncé un acharnement politique et ont demandé la levée des poursuites judiciaires.

Naufrage en Mauritanie: le Sénégal rapatrie ses rescapés, la Gambie en deuil

  Naufrage en Mauritanie: le Sénégal rapatrie ses rescapés, la Gambie en deuil Quatorze ressortissants sénégalais rescapés du naufrage d’une embarcation gambienne mercredi dernier au large de Nouadhibou, ont quitté Nouakchott en début de soirée samedi 7 décembre pour leur pays. De son côté, le président gambien s'est exprimé dans une adresse à la nation, qualifiant le naufrage de «tragédie nationale». Les rescapés sénégalais du naufrage du 4 novembre au large de la capitale économique mauritanienne ont passé peu de temps à Nouakchott avant de prendre le chemin de Dakar.

Lors de ce rassemblement , les opposants entendent exiger la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés . Il s’agit surtout de « confirmer notre participation à ces élections du 23 décembre, mais sans la machine à voter, sans les 10 millions d’électeurs fictifs », a affirmé Prince Epenge

Les exilés politiques sont également concernés, mais pourtant ces derniers ne semblent pas se bousculer sur la route du retour au pays. Pour ce faire, le Cojep lance une campagne sobrement baptisée « le retour » et compte faire le tour du pays pour sensibiliser les populations.

« Je suis venu à cinq heures du matin pour participer activement à cette manifestation contre l’injustice. Nous voulons que nos frères rejoignent la patrie sans délai. Ils sont arbitrairement contraints à l’exil du fait d’un régime qui n’est plus là. Aucun d’eux n’a tué ou volé. Cela doit être réparé », estime Naji, un manifestant.

Pas d’ouverture sans retour d’exil pour les manifestants

La demande de Naji est reprise par l’artiste et ancienne sénatrice Malouma Mint El Meidah. Elle interpelle le nouveau président mauritanien : « Ce président aujourd’hui, Mohamed Ould Ghazouani, il a commencé de faire une ouverture à tout le monde, il veut que tout le monde soit content et cette ouverture là, ça n’existe pas tant que les citoyens sont exilés. »

À l'origine de cette série d'accusations, on retrouve le dossier Bouhamatou, du nom de l'homme d'affaires accusé par l'ancien pouvoir d'avoir orchestré à partir de l'étranger une campagne contre le référendum de 2017.

Mauritanie: les retraités des forces armées réclament une hausse des pensions .
Les retraités des forces armées et de sécurité réclament une hausse de leurs pensions et demandent un paiement mensuel. Ces pensions, qui varient entre 15 000 et 37 000 francs CFA, sont payées tous les trois mois. Un délai jugé trop long par les pensionnaires et chefs de familles. Les retraités des forces armées et de sécurité donnent de plus en plus de la voix pour attirer l’attention du gouvernement mauritanien sur la dégradation de leurs conditions de vie. « Nous vivons des conditions pénibles du fait de la faiblesse de nos pensions, témoigne ainsi Ali Abdelkader, un retraité de l’armée nationale. Elles sont insignifiantes vues nos charges de familles.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!