•   
  •   

Monde Mali: ouverture du dialogue national inclusif, boycotté par l'opposition

18:27  14 décembre  2019
18:27  14 décembre  2019 Source:   rfi.fr

Mali: le dialogue national inclusif s’achève sur quatre résolutions

  Mali: le dialogue national inclusif s’achève sur quatre résolutions Le dialogue national inclusif s’est achevé à Bamako ce 22 décembre. La cérémonie de clôture a réuni environ 3 000 personnes parmi lesquelles le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, et l’ancien président Amadou Toumani Touré. Quatre résolutions ont été lues. « La boussole du Mali nouveau est déjà décidée par le dialogue national », a déclaré le président malien Ibrahim Boubacar Keïta au cours de la cérémonie de clôture du dialogue national inclusif. Dans la salle, environ 3 000 personnes étaient présentes, parmi lesquelles l’ancien président Amadou Toumani Touré, très applaudi. Quatre résolutions ont été lues.

Au Mali , le dialogue national inclusif (DNI) s'ouvre ce 14 décembre 2019 en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta. Cependant, une écrasante majorité de l ’ opposition boycotte la rencontre. Les conditions ne sont pas réunies pour la réussite du dialogue national , explique par exemple

Au Mali , le dialogue national inclusif (DNI) s’ouvre ce 14 décembre 2019 en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta. Cependant, une écrasante majorité de l ’ opposition boycotte la rencontre. Les conditions ne sont pas réunies pour la réussite du dialogue national , explique par exemple

Vue de Bamako, la capitale du Mali (image d'illustration). © REUTERS/Luc Gnago Vue de Bamako, la capitale du Mali (image d'illustration).

Au Mali, le dialogue national inclusif (DNI) s'ouvre ce 14 décembre 2019 en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta. L'objectif de ces rencontres qui se tiennent jusqu'au 22 décembre est de trouver les voies et moyens de sortir le pays de la crise protéiforme à laquelle il est confronté.

« Quel est le mal du Mali ? D’où vient-il ? Et comment le soigner ? » a déclaré le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, lors de la cérémonie d’ouverture du dialogue national inclusif (DNI) le 14 décembre à Bamako, où ces assises se poursuivront jusqu'au 22 décembre. Le chef de l'État a souhaité des débats francs, avec une devise : vérité, sincérité et convivialité.

Dialogue national au Mali: les débats se penchent sur la laïcité

  Dialogue national au Mali: les débats se penchent sur la laïcité Plus de 90% des Maliens sont de confession musulmane. La cohabitation avec les petites communautés catholique et protestante est plutôt pacifique, mais au Dialogue national inclusif, le représentant des catholiques et des protestants a pris la parole pour réclamer toute la place que méritent ces minorités religieuses, au nom de la laïcité. Lorsque le président du Mali commence un discours officiel, comme lors de l’ouverture du Dialogue national inclusif, il cite un verset du Coran. Le représentant des communautés catholique et protestante du Mali au Dialogue national inclusif, estime qu’il doit éviter cela.

Au Mali , le dialogue national inclusif (DNI) s’ouvre ce 14 décembre 2019 en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta. Cependant, une écrasante majorité de l ’ opposition boycotte la rencontre. Les conditions ne sont pas réunies pour la réussite du dialogue national , explique par exemple

Cependant, une écrasante majorité de l ’ opposition boycotte la rencontre. Les conditions ne sont pas réunies pour la réussite du dialogue national , explique Une ouverture au dialogue « Pour que les gens puissent apporter leur contribution et faire des propositions. Et à la lumière de ça, on va essayer

Les crises maliennes seront pendant une semaine au centre des débats, qui vont se dérouler en atelier avec des acteurs issus des forces vives de la nation tels que des religieux et des hommes politiques maliens.

Boycott

Cependant, une écrasante majorité de l’opposition boycotte la rencontre. Les conditions ne sont pas réunies pour la réussite du dialogue national, explique par exemple Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition parlementaire.

Parmi les quelque 3 000 personnes présentes à cette cérémonie d'ouverture de ces assises, figurent aussi les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) venus de leur bastion de Kidal. Ils ont obtenu au préalable que l'accord de paix d'Alger de 2015 sur le Nord-Mali ne soit pas révisé durant ces rencontres.

►À lire aussi : Mali: l’ONU digère mal l'éviction du représentant de la Minusma à Kidal

Au centre du Mali, des militaires s’installent dans les bâtiments d’une école .
Des militaires maliens ont été déployés il y a quelques mois dans la commune de Ouenkoro. L’objectif ? Sécuriser cette zone rurale gangrénée par la présence de groupes armés. Par manque d’infrastructure, les Fama ont installé leur camp militaire dans les bâtiments d’une école. Le second cycle de Ouenkoro a déménagé. Depuis deux ans, le maire de Ouenkoro réclamait l’arrivée de militaires maliens. Dans cette commune située à la frontière avec le Burkina Faso, chasseurs, milices, jihadistes, les groupes armés s’affrontent et tuent parmi les populations civiles. « Rien que le 13 novembre, l’attaque du village de Peh a couté la vie à 20 personnes », affirme Harouna Sankaré.

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!