•   
  •   

Monde Téhéran assure que Washington a demandé des représailles "proportionnées"

20:55  04 janvier  2020
20:55  04 janvier  2020 Source:   lexpress.fr

Irak: les Brigades du Hezbollah cibles des forces américaines

  Irak: les Brigades du Hezbollah cibles des forces américaines Les Etats-Unis ont mené des raids dimanche soir en Irak et en Syrie, avec pour cible une milice chiite irakienne pro-iranienne. Les bombardements ont fait 19 morts, de source irakienne. Washington dit avoir frappé en représailles à une série d'attaques à la roquette ayant visé des militaires américains en Irak. De nouvelles roquettes ont d'ailleurs été tirées ces dernières heures, après les raids américains. Qui sont les miliciens chiites irakiens qui semblent désormais en conflit ouvert avec l'armée américaine ? L'organisation visée par les raids américains de la nuit dernière s'appelle Les Brigades du Hezbollah.

Les Américains "doivent s'attendre à une dure vengeance", a répondu l'Iran en crise après l'assassinat dans un raid du puissant général iranien, Qassem Soleiman.

Le puissant général iranien, Qassem Soleiman, a été tué par un raid américain, le 3 janvier 2020. © Tauseef MUSTAFA / AFP Le puissant général iranien, Qassem Soleiman, a été tué par un raid américain, le 3 janvier 2020.

Il faut des représailles "proportionnées" aurait demandé Washington, selon Téhéran. L'Iran a, en effet, assuré que les États-Unis l'avaient appelé à "se venger proportionnellement", après l'assassinat vendredi dans un raid américain du puissant général iranien Qassem Soleiman.

Cet architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient était le chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures d'Iran. Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de l'Iran en Irak est lui aussi décédé dans cette attaque près de l'aéroport de Bagdad.

Frappes américaines en Irak: Bagdad pris en étau entre Téhéran et Washington

  Frappes américaines en Irak: Bagdad pris en étau entre Téhéran et Washington La mort de 25 combattants pro-Iran dans des raids de représailles américains ce dimanche suscite l'indignation en Irak. Mais ces affrontements entre les États-Unis et les milices soutenues par Téhéran soulignent l’incapacité du gouvernement à garantir la souveraineté de l’Irak, alors que le pays est le théâtre d’une révolte populaire qui demande le départ de l’ensemble de la classe politique. Après plusieurs mois d’escalade, le conflit qui oppose les États-Unis et l’Iran prend des allures de guerre ouverte.

La Suisse, qui représente les intérêts des États-Unis en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays, a déclaré vendredi que son représentant avait "transmis un message que les États-Unis l'ont chargé de remettre" à l'Iran, sans préciser sa teneur.

Les alliés de l'Iran au Moyen-Orient "prêts à concrétiser cette vengeance"

De son côté, le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran, a affirmé vendredi soir au site de la télévision d'État iranienne, que Washington avait dit : "'si vous voulez vous venger, vengez-vous proportionnellement à ce que nous avons fait'".

LIRE AUSSI>> Qui était le général Soleimani, homme clé de l'Iran tué par les États-Unis en Irak ?

Menaces contre l'Iran : Washington agira "dans le cadre de la loi"

  Menaces contre l'Iran : Washington agira Le chef de la diplomatie américaine a également admis qu'il existe de "grandes chances" que l'Iran tente de cibler les forces américaines. © afp.com/Bryan R. Smith Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a assuré que les États-Unis respecteraient Malgré les menaces de Donald Trump, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a assuré ce dimanche que les États-Unis respecteraient "la loi internationale" et a reconnu l'existence d'un risque pour les forces américaines stationnées au Proche-Orient en cas de représailles iraniennes.

Les Américains ne sont pas en position de "décider" de la réponse de l'Iran et "doivent s'attendre à une dure vengeance. Cette vengeance ne se limite pas à l'Iran", a-t-il dit, assurant que les alliés de l'Iran au Moyen-Orient sont "prêts à concrétiser cette vengeance". Le contre-amiral n'a pas précisé comment les États-Unis avaient communiqué ce message à l'Iran.

Mais outre la Suisse, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif a déclaré que "l'émissaire suisse avait transmis un message ridicule des Américains" vendredi. L'émissaire suisse "a reçu une réponse ferme écrite (de l'Iran) à cette téméraire lettre des Américains", a-t-il indiqué. Téhéran a promis "une dure vengeance au bon endroit et au bon moment" pour venger la mort de Soleimani.

Des signes ténus de désescalade dans la crise entre l'Iran et les États-Unis .
Des criquets pélerins envahissent le Kenya, mettant en péril la sécurité alimentaire du pays. C'est la «pire» invasion depuis vingt-cinq ans selon les Nations Unies. Elle menace la Corne de l'Afrique.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!