•   
  •   

Monde Soudan: la visite du Premier ministre au Kordofan est «une reconnaissance»

01:00  11 janvier  2020
01:00  11 janvier  2020 Source:   msn.com

Soudan: la visite du Premier ministre au Kordofan est «une reconnaissance»

  Soudan: la visite du Premier ministre au Kordofan est «une reconnaissance» Des réactions se font entendre au Soudan après la visite du Premier ministre Abdallah Hamdok jeudi dans un bastion rebelle, l'État du Kordofan du Sud. C’était la première visite en 8 ans d’un membre du gouvernement dans cette zone de conflit. À cette occasion, le Premier ministre a assuré que son gouvernement de transition travaillait dur pour parvenir à la paix. Cette visite survient alors que des pourparlers sont en cours depuis mi-octobre à Juba, au Soudan du Sud, entre ce nouveau gouvernement de Khartoum et plusieurs groupes rebelles qui ont combattu les forces du président déchu Omar el-Béchir au Darfour, et dans les États du Nil bleu et du Kordofan du Sud.

Le Premier ministre par intérim du Soudan , Abdallah Hamdok, lors de sa prestation de serment à Khartoum, le 21 août 2019. Des réactions se font entendre au Soudan après la visite du Premier ministre Abdallah Hamdok jeudi C’ est comme une reconnaissance , une demande de pardon, la

Les Baggara sont des pasteurs nomades arabes qui se sont installés dans la région actuelle du En 1989, face aux premiers succès militaires du SPLA/M, Khartoum transforme ce qui n’ était qu’une Les communautés Baggara du Sud- Kordofan . voie à une future indépendance du Soudan du Sud.

Le Premier ministre par intérim du Soudan, Abdallah Hamdok, lors de sa prestation de serment à Khartoum, le 21 août 2019. © Ebrahim HAMID / AFP Le Premier ministre par intérim du Soudan, Abdallah Hamdok, lors de sa prestation de serment à Khartoum, le 21 août 2019.

Des réactions se font entendre au Soudan après la visite du Premier ministre Abdallah Hamdok jeudi dans un bastion rebelle, l'État du Kordofan du Sud. C’était la première visite en 8 ans d’un membre du gouvernement dans cette zone de conflit. À cette occasion, le Premier ministre a assuré que son gouvernement de transition travaillait dur pour parvenir à la paix.

Cette visite survient alors que des pourparlers sont en cours depuis mi-octobre à Juba, au Soudan du Sud, entre ce nouveau gouvernement de Khartoum et plusieurs groupes rebelles qui ont combattu les forces du président déchu Omar el-Béchir au Darfour, et dans les États du Nil bleu et du Kordofan du Sud.

Soudan: visite historique d’Abdalla Hamdok dans la région des monts Nuba

  Soudan: visite historique d’Abdalla Hamdok dans la région des monts Nuba Une visite historique au Soudan, celle jeudi du Premier ministre Abdallah Hamdok dans la région des monts Nuba, dans la province du Kordofan du Sud. Cette province est l’une des trois zones de conflits du pays avec le Darfour et le Nil Bleu. Le Premier ministre était accompagné d'une importante délégation, dont le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial de l’ONU, David Beasley. Cela faisait 9 ans qu’un membre du gouvernement de Khartoum n’avait pas mis les pieds dans cette région contrôlée par les rebelles du SPLM Nord.Le Premier ministre était accompagné d’une délégation du gouvernement et de responsable du Programme alimentaire mondial.

du Soudan et du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, cet accord redonne à Riek Machar sa les choses ont vite mal tourné, malgré une reconnaissance internationale presque immédiate. Ce nouvel accord de paix intervient alors que le Soudan du Sud est exsangue sur le plan économique.

Une reconnaissance de dette est un écrit par lequel une personne, "le débiteur", s'engage à payer une somme d'argent à une autre, "le créancier". Vérifié le 07 mars 2019 - Direction de l'information légale et administrative ( Premier ministre ).

Pour Mohamed Zakaria, porte-parole de l’un de ces groupes armés, le JEM (Justice and equality movement) cette visite est un signe très positif. C’est la deuxième visite du Premier ministre dans une zone de conflit depuis son arrivée au pouvoir, il s’était déjà rendu au Darfour en novembre.

« Cette visite est historique, elle envoie un message extrêmement positif à la population, d’ailleurs la réaction a été extraordinaire. Pour les gens qui habitent ces zones de conflits, comme le Kordofan du Sud, ou le Darfour, l’image qu’ils ont du gouvernement est celle d’un meurtrier qui largue des bombes depuis des avions. Donc pour eux c’est incroyable qu‘un membre du gouvernement soit venu les voir, eux les victimes. C’est comme une reconnaissance, une demande de pardon, la preuve que le gouvernement est prêt à mettre fin à ce conflit. C’est également un message fort du Premier ministre disant nous sommes tous Soudanais et nous œuvrons tous pour mettre fin à ses souffrances. On espère que cette visite va permettre de faire avancer les négociations et ramener la paix au Darfour, au Kordofan du Sud et au Nil bleu. »

Soudan du Sud: à mi-chemin de la période de transition, la pression monte .
Au Soudan du Sud, les médias d’État ont annoncé jeudi soir le pardon de trente prisonniers. Des libérations décidées par le président Salva Kiir. Certains y voient un geste d’apaisement juste au moment où le pays passe la barre des 50 jours dans la prolongation de sa transition. En novembre le chef de l’État et son adversaire Riek Machar avaient décidé de retarder de 100 jours la nomination d’un gouvernement d’union. La moitié de l’échéance vient de s’écouler. À mi-chemin avant la nomination d’un gouvernement d'union, Salva Kiir cherche à montrer à tout prix sa bonne foi. Le président sud-soudanais a versé 40 millions de dollars au processus de paix.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!