•   
  •   

Monde Barrage de la Renaissance: nouvel échec des négociations

03:00  11 janvier  2020
03:00  11 janvier  2020 Source:   rfi.fr

Barrage sur le Nil : vers un compromis entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan

  Barrage sur le Nil : vers un compromis entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan L'Égypte, l'Ethiopie et le Soudan ont esquissé mercredi un compromis au sujet de immense barrage sur le Nil, source de tensions depuis neuf ans. Les trois pays se sont donné rendez-vous fin janvier à Washington pour "finaliser un accord". Début novembre, sous la houlette des États-Unis et de la Banque mondiale, l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan avaient fixé à mercredi 15 janvier la date-butoir pour "aboutir à un accord" sur le grand barrageDébut novembre, sous la houlette des États-Unis et de la Banque mondiale, l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan avaient fixé à mercredi 15 janvier la date-butoir pour "aboutir à un accord" sur le grand barrage éthiopien de la Renaissance voulu par Addis Abeba.

Le barrage de la Renaissance sur le Nil en Éthiopie, le 26 septembre 2019. © REUTERS/Tiksa Negeri. Par RFI Publié le 11-01-2020 Modifié le L’infrastructure géante construite par l’Éthiopie sur les eaux du Nil coûte plus de 4 milliards de dollars. Elle doit produire à terme plus de 6 000 MW

Nouvel échec des négociations sur le barrage de Grande Renaissance (y) N'hésitez pas à partager avec nous vos réactions et la publication (y) Lire l'article

Le barrage de la Renaissance sur le Nil en Éthiopie, le 26 septembre 2019. © REUTERS/Tiksa Negeri Le barrage de la Renaissance sur le Nil en Éthiopie, le 26 septembre 2019.

L’infrastructure géante construite par l’Éthiopie sur les eaux du Nil coûte plus de 4 milliards de dollars. Elle doit produire à terme plus de 6 000 MW d’électricité. L’ouvrage est construit à 70%, mais l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan sont en désaccord sur la vitesse de remplissage du barrage. Les deux jours de pourparlers, tenus mercredi et jeudi à Addis-Abeba par les ministres de l’Eau, se sont soldés sur un nouveau blocage.

Pour la quatrième fois depuis novembre, Égypte, Éthiopie et Soudan n’ont pas pu se mettre d’accord. Le nœud du problème se trouve surtout entre Addis-Abeba et Le Caire. Les Éthiopiens veulent un remplissage rapide du barrage pour bénéficier le plus vite possible de sa production électrique. Mais les Égyptiens ont peur de voir leur approvisionnement diminuer, alors que le fleuve est vital pour tout le pays.

Ethiopie-Egypte : toujours pas d'accord sur la mise en eau du Grand barrage éthiopien de la Renaissance

  Ethiopie-Egypte : toujours pas d'accord sur la mise en eau du Grand barrage éthiopien de la Renaissance Le remplissage des 74 milliards de m³ du Grand barrage éthiopien de la Renaissance menace le débit du Nil, vital pour l’Egypte. Réunis les 8 et 9 janvier 2020 à Addis-Abeba, l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan ont de nouveau échoué à trouver un compromis. © Fournis par Franceinfo Après deux jours d’âpres négociations, Ethiopiens, Egyptiens et Soudanais, réunis à Addis-Abeba, ne sont pas parvenus à un accord sur la durée du remplissage du réservoir du Grand barrage éthiopien de la Renaissance (Grand Ethiopian Renaissance Dam, GERD). Une question cruciale qui empoisonne leurs relations depuis huit ans.

Une maquette du futur Grand Barrage de la Renaissance en Ethiopie. © radioalgerie.dz. Par RFI Publié le 07-10-2019 Modifié le 07-10-2019 à 15:15. « Pourquoi aurions-nous besoin de nouveaux partenaires ? Voulez-vous que les négociations s’éternisent indéfiniment ? », a rétorqué Seleshi

Barrage de la Renaissance . Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Éthiopie refuse l'arbitrage de la Banque mondiale qui n'avait pas voulu financer la construction du barrage [34]. Début avril un nouvel échec des négociations a lieu, selon Ibrahim Ghandour, ministre soudanais des

Cette semaine, l’Égypte a posé une nouvelle proposition sur la table : remplir le barrage en 12 à 21 ans, et contraindre l’Éthiopie à compenser « le déficit cumulé » dans la fourniture d’eau. « Inacceptable », a répondu Addis-Abeba qui a proposé 4 à 7 ans, des mesures d’atténuation en cas de sécheresse, en précisant que la notion de « déficit cumulé » brandie par son voisin n’existait pas.

Pour le ministère éthiopien de l’Eau, la position intransigeante égyptienne a fait échouer la réunion. Même rhétorique du côté du Caire, pour qui les Éthiopiens n’ont pas donné assez de garanties concernant les conséquences sur l’approvisionnement en eau.

C’était le dernier round de négociation prévu par l’accord de novembre. Les trois parties se retrouveront la semaine prochaine à Washington, pour deux jours de dialogue facilités par les Américains. Si là encore il n’y a pas de compromis, soit un médiateur international officiel sera nommé, soit ce seront les chefs d’État eux-mêmes qui mèneront les négociations.

La Libye en tête des préoccupations de Ramaphosa pour sa présidence de l'UA .
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed était en déplacement en Afrique du Sud, ce week-end, sur invitation du président Cyril Ramaphosa. L’occasion pour les deux hommes de discuter des relations entre leurs pays, mais aussi d’évoquer les enjeux du continent, alors que Cyril Ramaphosa se prépare à remplacer le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi la tête de l’Union africaine lors du prochain sommet, en février. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed était en déplacement en Afrique du Sud, ce week-end, sur invitation du président Cyril Ramaphosa.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!