•   
  •   

Monde Israël: un rabbin arrêté pour maltraitance envers des femmes et des enfants

15:05  14 janvier  2020
15:05  14 janvier  2020 Source:   rfi.fr

Fuite de Carlos Ghosn : "La maltraitance à laquelle s'est livrée la justice japonaise est inacceptable", estime Jean-Luc Mélenchon

  Fuite de Carlos Ghosn : Invité mardi d'Europe 1, le chef de file de la France insoumise n'a pas condamné la fuite de Carlos Ghosn, regrettant plutôt l'attitude de la justice japonaise envers l'homme d'affaires.

Un sexagénaire a été arrêté à Jérusalem en Israël . Il est soupçonné d'avoir réduit en esclavage environ 50 femmes et leurs enfants , dont certains ont Il avait réduit en esclavage une cinquantaine de femmes ainsi que leurs enfants en bas âge. La police israélienne a interpellé, lundi 13 janvier, un

La police israélienne a interpellé lundi un rabbin ultra-orthodoxe soupçonné d'avoir réduit en «esclavage» une cinquantaine de femmes , en plus de Il est soupçonné de «crimes divers envers les femmes et leurs enfants », dont certains seraient âgés de moins de cinq ans, a-t-elle ajouté.

Des policiers israéliens à Jérusalem. (Image d'illustration). © Menahem KAHANA / AFP Des policiers israéliens à Jérusalem. (Image d'illustration).

La police israélienne dit avoir démantelé, ce lundi, une organisation maltraitant des dizaines de femmes et d'enfants. L'institution, dirigée par un homme religieux, se voulait un séminaire pour femmes. Mais les résidentes et leurs enfants étaient en réalité maltraités. La police évoque même une situation qui relevait de l'esclavage.

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

L'homme au cœur de cette affaire est un sexagénaire, juif orthodoxe qui se présente comme rabbin. Il dirigeait un centre qui se voulait un « séminaire pour femmes » dans le centre de Jérusalem. Au terme d'une enquête longue de plusieurs mois, il a été arrêté ce lundi, ainsi que huit femmes soupçonnées d'avoir été ses complices.

À New York, les juifs ultraorthodoxes entre crainte et défiance après de récents actes antisémites

  À New York, les juifs ultraorthodoxes entre crainte et défiance après de récents actes antisémites Une marche contre les actes antisémites est prévue dimanche à New York, où vit la plus grande communauté juive en dehors d'Israël. Le nombre d'attaques à caractère antisémite a fortement augmenté en 2019, entraînant notamment le renforcement de la présence de la police à Crown Heights, le quartier juif ultraorthodoxe. Reportage. Selon les statistiques de la police de New York, l'année 2019 a vu le nombre d'attaques racistes augmenter de 19 % par rapport à 2018. La moitié des 421 cas recensés étaient antisémites. Une marche contre les actes antisémites est prévue dimanche à New York, où vit la plus grande communauté juive en dehors d'Israël.

L'homme avait déjà été arrêté en 2015, puis rapidement relâché, pour des soupçons similaires, mais de nouveaux éléments ont favorisé son arrestation, selon un Des "crimes divers envers les femmes et leurs enfants ". L'homme est un " rabbin " et dirigeait une "communauté fermée" dans des "conditions

L’homme avait déjà été arrêté en 2015 puis rapidement relâché pour des soupçons similaires, mais de nouveaux éléments ont favorisé son arrestation, selon un Il est soupçonné de « crimes divers envers les femmes et leurs enfants », dont certains seraient âgés de moins de cinq ans, a-t-elle ajouté.

Selon la police, ce « séminaire » accueillait 50 femmes qui vivaient entassées, dans des conditions sanitaires déplorables et privées de leurs droits. Plusieurs de ces femmes étaient arrivées au sein de cette organisation avec des enfants en bas âge, entre un et cinq ans. Eux étaient placés régulièrement en isolement au sein du complexe, affirment les forces de l'ordre.

Les autorités estiment que l'homme à la tête de ce séminaire exerçait un contrôle absolu sur les résidentes de ce centre: elles étaient coupées de leurs familles et punies pour chaque transgression aux règles strictes qu'il dictait. Ces femmes travaillaient mais leurs emplois devaient être approuvés par leur dirigeant religieux. Et certains de leurs salaires, dit la police, lui était versés directement. Pour les forces de l'ordre, elles travaillaient « dans des conditions d'esclavage ».

Discrimination raciale : l'ONU se saisit d'une plainte des Palestiniens contre Israël .
Une annonce critiquée par les États-Unis, ne considérant pas la Palestine comme un État, et qui a suscité des critiques au sein même du comité à l'origine de la décision.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!