•   
  •   

Monde Iran : boycotts et démissions en chaîne après le "mensonge" des autorités sur le Boeing abattu

01:10  15 janvier  2020
01:10  15 janvier  2020 Source:   france24.com

Des responsables américains pensent que l'Iran a abattu par erreur l'avion ukrainien

  Des responsables américains pensent que l'Iran a abattu par erreur l'avion ukrainien Donald Trump, de son côté, a fait part ce jeudi de ses "doutes" sur les raisons du crash de cet appareil. © AFP Environ 170 personnes sont mortes dans le crash d'un Boeing 737 d'une compagnie ukrainienne en Iran, le 8 janvier 2020 (photo d'illustration). L'Iran aurait abattu par erreur le Boeing 737 d'Ukraine International Airlines qui s'est écrasé mercredi à Téhéran, un drame qui a fait 176 morts, affirment ce jeudi plusieurs médias américains en citant des sources du renseignement américain.

Révulsés par le mensonge de l' Iran sur la cause du crash mercredi du Boeing 737 d'Ukrainian Airlines, les étudiants de l'université Shahid-Beheshti Après trois jours de dénégations répétées des autorités iraniennes selon lesquelles le Boeing 737 de l'Ukrainian Airlines s'était écrasé mercredi en

Révulsés par le mensonge de l' Iran sur la cause du crash mercredi du Boeing 737 d'Ukrainian Airlines, les étudiants de l'université Shahid-Beheshti #BREAKING Burning and ripping of Soleimani’s banners are still continues in Iranian cities’ demonstrations tonight.#IranProtests2020 #iranprotest

Des manifestants iraniens protestent à Téhéran après le crash de l'avion du Boeing abattu en Iran, le 11 janvier 2019. © Reuters Des manifestants iraniens protestent à Téhéran après le crash de l'avion du Boeing abattu en Iran, le 11 janvier 2019.

Boycotts et démissions se sont multipliés dans le milieu artistique et médiatique iranien pour dénoncer le "mensonge" des autorités, qui ont reconnu être responsables du crash du Boeing ukrainien, abattu par un missile. Le festival culturel de Fajr et la télévision d'État sont particulièrement touchés.

Les mensonges des autorités iraniennes, qui ont tardé à reconnaitre leur responsabilité dans le crash, le 8 janvier, d’un Boeing urkrainien transportant 176 passagers, dont de très nombreux Iraniens, ne passent décidemment pas en Iran. Alors que le pays est en proie à des manifestations, la vague d'indignation atteint même des fonctionnaires de la télévision d’État.

Crash du Boeing en Iran : une vidéo semble montrer l'avion frappé par un missile

  Crash du Boeing en Iran : une vidéo semble montrer l'avion frappé par un missile Une vidéo d'une vingtaine de secondes authentifiée par le New York Times montre ce qui semble être un avion, touché par un objet lumineux. © Capture d'écran New York Times La vidéo d'une vingtaine de secondes montrerait le moment où un missile frappe le Boeing de la compagnie UAI C'est une vidéo courte d'une vingtaine de secondes. Le New York Times, ainsi que d'autres médias américains, ont publié jeudi soir une vidéo qui semble montrer le moment où l'avion ukrainien qui s'est écrasé mercredi près de Téhéran, a été touché par un missile, peu de temps après son décollage.

>>> Boeing abattu par l' Iran : le Canada demande une "enquête approfondie", l'Ukraine exige une punition et des "compensations". Le géopolitologue évoque ainsi "une humiliation supplémentaire" pour le régime iranien, après l ’assassinat du général Soleimani.

Arrêté puis relâché après quelques heures en Iran , l'ambassadeur Rob Macaire a nié avoir «pris part» à une manifestation. La tragédie s'est déroulée quelques jours après la frappe américaine en Irak, qui a causé la mort du général Qassem Soleimani, 62 ans, chef de la force Al-Qods.

"Il a été très difficile pour moi de croire que notre propre peuple avait été tué. Pardonnez-moi de l’avoir su si tard. Et pardonnez-moi pour ces treize années de mensonge [à la télévision]", s’est excusée dimanche, sur Instagram, la très populaire présentatrice de l’IRIB, Gelareh Jabbari, après avoir présenté sa démission, à la surprise générale.

Son geste a été suivi par au moins deux autres collègues des chaînes étatiques. "Je ne retournerai plus jamais à la télévision. Pardonnez-moi", a posté Zahra Khatamirad, travaillant elle aussi pour l’IRIB.

"Je vous annonce qu’après 21 années de travail à la radio et à la télévision, je ne peux plus continuer à travailler dans ces médias. Je ne peux plus", s’est justifié quant à elle, Saba Rad, une troisième vedette de la télévision de la République islamique.

Fait rare, le guide suprême iranien Ali Khamenei doit présider la grande prière du vendredi

  Fait rare, le guide suprême iranien Ali Khamenei doit présider la grande prière du vendredi Le guide suprême iranien Ali Khamenei doit prendre la parole lors de la grande prière, vendredi 17 janvier, ce qui ne s'est pas produit depuis 2012. Les autorités du pays sont bousculées par les derniers événements, depuis l'assassinat du général Soleimani, l'escalade des tensions avec Washington, jusqu'au crash de l'avion ukranien à Téhéran. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, doit présider, le 17 janvier à Téhéran, la grande prière musulmane du vendredi pour la première fois depuis 2012, dans un contexte de forte tension à l'intérieur du pays, et avec les États-Unis.

Téhéran a nié lundi avoir tenté « d’étouffer l’affaire », en référence à la responsabilité de l’ Iran « En ces jours de tristesse, des critiques ont été adressées aux responsables et aux autorités du pays. Certains responsables ont même été accusés de mensonge et de tentative d’étouffer l’affaire, alors

Le Boeing transportait 176 passagers. Parmi les victimes, de nombreux Iraniens et Canadiens. Face aux accusations de dissimulation et de mensonge , l ' Iran contre-attaque. Par la voix de son L'exécutif iranien insiste sur une erreur sur laquelle les autorités ont communiqué en fonction des informations

D’autres célébrités iraniennes ont également exprimé leur indignation. La championne de taekwondo médaillée de bronze aux derniers JO, Kimiya Alizadeh, a annoncé avoir quitté le pays, sans révéler où elle se trouvait, pointant l’hypocrisie et la corruption de l’État iranien.

Sur Instagram, elle se dit elle-même "opprimée", forcée à "mentir" et à "répéter un discours politique", qui lui a été "dicté".

"Nous sommes prisonniers, des millions de prisonniers"

Lundi 14 janvier, ce sont plus d’une quarantaine d’artistes iraniens qui ont décidé de boycotter un important évènement culturel, le festival de Fajr, équivalent des Oscars et des Molières en Iran.

La liste des cinéastes, comédiens, metteurs en scène, musiciens et graphistes qui font défection s’allonge d’heure en heure, dont certaines figures très populaires dans le pays, telles que la comédienne Pegah Ahangarani. Sur les réseaux sociaux, l’actrice Taraneh Alidoosti, reçue à Cannes en 2016 pour son rôle dans "Le Client" d’Asghar Farhadi, a dénoncé la condition du peuple iranien avec des mots très durs : "Nous ne sommes pas citoyens, nous ne l’avons jamais été. Nous sommes prisonniers, des millions de prisonniers", a-t-elle posté sur son compte Instagram, mardi.

Fait rare, le guide suprême iranien Ali Khamenei doit présider la grande prière du vendredi

  Fait rare, le guide suprême iranien Ali Khamenei doit présider la grande prière du vendredi Le guide suprême iranien Ali Khamenei doit prendre la parole lors de la grande prière, vendredi 17 janvier, ce qui ne s'est pas produit depuis 2012. Les autorités du pays sont bousculées par les derniers événements, depuis l'assassinat du général Soleimani, l'escalade des tensions avec Washington, jusqu'au crash de l'avion ukranien à Téhéran.

« La République islamique d' Iran regrette profondément cette erreur désastreuse. Mes pensées et prières vont à toutes les familles en deuil. Un entretien entre les présidents Volodymyr Zelensky et Hassan Rohani doit avoir lieu ce 11 janvier, dans l'après-midi, après quoi le premier s'adressera au

L’ Iran est accusé d’avoir menti sur sa responsabilité dans le crash qui a fait 176 morts. L’annonce a fait voler en éclats l’unité nationale après l ’assassinat du Jeudi et vendredi, les autorités civiles avaient nié l’hypothèse selon laquelle l’avion d’Ukraine International Airlines ait pu être abattu par un missile

Un symbole de la République islamique touché

À la dernière minute, les membres du jury ont quant à eux décliné l’invitation au festival de Fajr, prétextant des tournages en cours. Pas de film en compétition non plus, puisqu’une quinzaine de réalisateurs ont annoncé vouloir retirer leurs œuvres de la compétition.

Entre-temps, plusieurs musiciens iraniens ont annulé leurs concerts. La chorale de Téhéran a également annoncé qu'elle ne participera pas à la section musicale du festival, car elle a perdu l'un de ses membres dans le crash de l'avion ukrainien.

Chaque année, au mois de février, la grande fête culturelle de Fajr, soigneusement encadrée par les autorités, célèbre en fanfare les arts de la République islamique iranienne durant une semaine de festivités marquant l’anniversaire de la Révolution de 1979. La prochaine édition, qui doit se tenir à Téhéran dans deux semaines, est sérieusement menacée par ces défections en chaîne.

Des artistes arrêtés

Une pression supplémentaire à gérer pour le pouvoir iranien, déjà mis à mal par des manifestations quotidiennes dénonçant la dissimulation de leur responsabilité dans le crash survenu dimanche.

Plusieurs protestations ont d’ailleurs été violemment réprimées depuis quatre jours. Sur des vidéos postées dimanche soir, on pouvait entendre des coups de feu dans le secteur de la place Azadi, à Téhéran, où on apercevait des flaques de sang. Des blessés étaient transportés dans l'urgence par d'autres personnes et des membres des forces de l'ordre couraient, fusil à la main.

Au moins trois artistes, au rang desquels la cinéaste Bani Etemad, dont les films sont distribués en France, ont d’ailleurs été arrêtés lundi pendant quelques heures pour avoir appelé à participer à une "veillée nationale" en hommage aux passagers du vol ukrainien.

Les autorités iraniennes, quant à elles, continuent de se défendre de toute volonté de dissimulation du crash survenu dimanche. Le président Hassan Rohani a promis mardi que justice serait faite, alors que les yeux du monde sont désormais fixés sur l’Iran. Plusieurs suspects ont d’ores et déjà été arrêtés.

Crash du Boeing en Iran : les experts ukrainiens ont obtenu l'accès aux boîtes noires .
Présents en Iran pour enquêter sur le crash d'un avion de ligne d'Ukraine International Airlines, ils ont obtenu le feu vert des autorités iraniennes. © AFP Kiev a envoyé une cinquantaine d'experts en Iran pour participer à l'enquête sur le crash du Boeing à destination de l'Ukraine, qui a fait 176 morts. Les experts ukrainiens présents en Iran pour enquêter sur le crash du Boeing 737 d'Ukraine International Airlines survenu mercredi ont obtenu des autorités de Téhéran l'accès aux boîtes noires, a annoncé ce vendredi la diplomatie ukrainienne.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!