•   
  •   

Monde Cambodge: début sous tension du procès de l'opposant Kem Sokha

11:05  15 janvier  2020
11:05  15 janvier  2020 Source:   rfi.fr

Le procès du Cambodgien Kem Sokha, une bataille politique qui continue

  Le procès du Cambodgien Kem Sokha, une bataille politique qui continue Kem Sokha fait face à la justice de son pays, accusé de collusion avec des puissances étrangères, malgré les critiques de ses proches et de la communauté internationale qui parlent de manipulation orchestrée par le gouvernement. Considéré comme le principal opposant au régime cambodgien, il est arrêté en septembre 2017, avant que sa formation politique, le Parti du salut national du Cambodge (PSNC), ne soit dissous quelques mois avant les élections législatives. Au premier jour d’audience, Kem Sokha le martèle sur sa page Facebook : il est innocent, la justice doit abandonner les poursuites.

Kem Sokha , l'un des meneurs de l 'opposition cambodgienne, a été condamné à cinq mois de prison ferme. Il est poursuivi dans une affaire complexe de scandale sexuel. Retranché depuis plusieurs mois dans le quartier général de son parti

Kem Sokha , premier vice-président de la Chambre basse et vice-président du parti CNRP, en avril 2015. Les députés du parti au pouvoir ont décidé de démettre l ’ opposant Kem Sokha , du Parti de sauvetage national du Afghanistan: quand les femmes prennent la parole « Sous le ciel de Kaboul».

L'opposant cambodgien Kem Sokha lors de la sortie de son procès le 15 janvier 2020 à Phnom Penh. © Reuters/Stringer L'opposant cambodgien Kem Sokha lors de la sortie de son procès le 15 janvier 2020 à Phnom Penh.

Ce mercredi matin au Cambodge s'est ouvert le procès de Kem Sokha. Opposant numéro un au régime du Premier ministre Hun Sen, il est accusé de trahison et d’avoir voulu renverser le gouvernement avec le soutien des États-Unis. La Cour a suspendu l’audience à la mi-journée, dans une ambiance tendue.

Avec notre correspondante à Phnom Penh, Juliette Buchez

Si l’audience est censée être publique, la cour municipale de Phnom Penh a décidé vendredi dernier de ne réserver que 30 places pour les observateurs. Dont une bonne partie pour les ambassades.

Cambodge : 36 morts dans l'effondrement d'un hôtel en construction

  Cambodge : 36 morts dans l'effondrement d'un hôtel en construction Dans le sud du pays qui connaît actuellement une frénésie de construction, un chantier de sept étages s'est effondré vendredi. Des dizaines d'ouvriers et de leurs proches présents sur place ont été blessés ou sont morts sous les décombres. Au moins 36 personnes ont péri dans l’effondrement d’un hôtel en construction dans le Sud du Cambodge, vendredi. 23 autres personnes ont été extraites vivantes des décombres, et ce nombre n'augmentera plus :Le Cambodge connaît actuellement une frénésie de construction. Hôtels, gratte-ciels et casinos s’édifient dans des conditions de sécurité peu rigoureuses.

La demande de libération sous caution de Kem Sokha a été motivée par son état de santé, d'après ses avocats. A l'issue des élections, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l 'homme a redemandé la libération d' opposants politiques, de journalistes ou de défenseurs des droits de

au Cambodge , l ’ opposant en exil Sam Rainsy vient de lancer un mouvement pour relancer son parti, le Parti du sauvetage national du Cambodge , le cambodgienne, qui ce jeudi a refusé la demande de libération sous caution du chef du parti dissous, Kem Sokha , emprisonné en novembre dernier pour

La majorité des demandes venues des médias et des ONG issues de la société civile cambodgienne ont, elles, été rejetées. Le ministère cambodgien de la Justice a justifié la mesure par un manque de place et de moyen pour retransmettre.

Le dispositif tardif est critiqué par plusieurs organisations de défense des droits humains qui réclament plus de transparence dans les procédures. Celles-ci sont malgré tout venues observer la situation devant le tribunal ce matin.

A la suspension de l’audience, vers midi,  Kem Sokha a quitté la cour municipale en voiture, adressant quelques rapides signes de la main à ses soutiens. Plusieurs dizaines de personnes sont venues encourager l’opposant politique malgré la présence de nombreuses forces de sécurité qui peuvent avoir un caractère intimidant selon les ONG.

Manchester sous tension avant le derby

  Manchester sous tension avant le derby Peur sur la ville. À l’aube de la demi-finale aller de la Carabao Cup entre United et City, Manchester retient son souffle. En effet, ce derby placé sous haute sécurité par les deux clubs est redouté par les autorités policières. Plusieurs mesures ont ainsi été mises en place pour éviter tout débordement. D’abord, la réglementation anglaise obligeant les clubs à accorder 10% de la capacité totale du stade aux supporters adverses ne sera pas respectée. Pour cette première manche à Old Trafford, le parcage visiteurs ne contiendra que 3 000 places sur les 76 000 que contient le stade.

Kem Sokha a parlé d'un soutien d'une organisation internationale américaine, et d'autres, pour Kem Sokha n'est-il pas couvert par son immunité parlementaire ? SR : Au Cambodge , on ne tient Quand ils veulent arrêter quelqu'un ou quelque chose, ils le font immédiatement sous prétexte de flagrant délit.

Le Cambodge vient de connaître d'importantes turbulences politiques : Kem Sokha , le chef de l 'opposition, a été mis en examen le 5 septembre pour "trahison et espionnage", tandis que le journal Cambodia Daily, qui s'est fait remarquer pour des enquêtes sur le népotisme du régime

Le dispositif de sécurité est conséquent mais néanmoins plus discret qu’attendu.

Enregistrement vidéo de 2013

Quant à ce qui s’est dit à la Cour, d’après les quelques médias et quelques sources qui y étaient présents ce matin, les débats ont principalement porté sur une vidéo datant de 2013.

Dans un extrait d’environ trois minutes, Kem Sokha parle de sa stratégie politique pour changer de gouvernement dans un pays démocratique. Il évoque également le soutien qu’il a reçu de la part des États-Unis dans l’élaboration de sa carrière politique.

Cette vidéo est l’une des principales preuves représentées par l’accusation dans l’affaire. Les charges qui pèsent contre lui pour trahison ne datent pourtant que de 2017, alors que la vidéo est connue depuis longtemps. La défense demande à ce qu’elle soit diffusée dans son intégralité.

L’audience a repris à 14h30, heure locale. Le procès pourrait durer jusqu’à trois mois.

►À lire aussi : Droits de l’homme : le Cambodge sous pression

Procès des crimes de Bangassou en Centrafrique: les attentes des victimes .
En Centrafrique, suite du procès des anti-balaka accusés de crimes commis à Bangassou en 2017. A la barre, se sont succédé plusieurs membres importants du groupe, dont Kévin Béré Béré, l'un des commandants. La salle était pleine et de nombreuses victimes étaient également présentes. Dans la salle d’audience, le public écoute religieusement, réagit parfois aux commentaires des accusés. Dans l’auditoire, parmi les plaignants, un homme suit attentivement les débats. Si lui vit aujourd’hui à Bangui, où se déroule ce procès, il est accompagné de sa sœur qui a fait exprès le déplacement de Bangassou.« Ils ont brûlé tous nos biens.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!