•   
  •   

Monde Barrage sur le Nil : vers un compromis entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan

05:05  16 janvier  2020
05:05  16 janvier  2020 Source:   france24.com

Éthiopie, Soudan, Égypte : trois questions sur le "barrage de la discorde"

  Éthiopie, Soudan, Égypte : trois questions sur le Depuis près de 10 ans, le "barrage de la Renaissance" construit sur le Nil est au centre d'une querelle entre l'Éthiopie et l'Égypte, incluant le Soudan. L'un souhaite développer et accroître la production d'électricité de son pays, l'autre, situé en aval, s'inquiète des conséquences sur le débit du fleuve. C'est un barrage long de 1,8 km et haut de 145 m construit sur le Nil Bleu par l'Éthiopie. Le Nil Bleu prend sa source en Éthiopie et rejoint le Nil Blanc à Khartoum, au Soudan, pour former le Nil qui, lui, se termine en Égypte.

Vue générale du chantier du barrage de la Renaissance, près de Guba en Ethiopie, le 26 décembre 2019. © Eduardo Soteras, AFP Vue générale du chantier du barrage de la Renaissance, près de Guba en Ethiopie, le 26 décembre 2019.

L'Égypte, l'Ethiopie et le Soudan ont esquissé mercredi un compromis au sujet de immense barrage sur le Nil, source de tensions depuis neuf ans. Les trois pays se sont donné rendez-vous fin janvier à Washington pour "finaliser un accord".

Début novembre, sous la houlette des États-Unis et de la Banque mondiale, l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan avaient fixé à mercredi 15 janvier la date-butoir pour "aboutir à un accord" sur le grand barrage éthiopien de la Renaissance voulu par Addis Abeba. L'espoir était de mise dans la soirée.

Barrage de la Renaissance: nouvel échec des négociations

  Barrage de la Renaissance: nouvel échec des négociations L’infrastructure géante construite par l’Éthiopie sur les eaux du Nil coûte plus de 4 milliards de dollars. Elle doit produire à terme plus de 6 000 MW d’électricité. L’ouvrage est construit à 70%, mais l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan sont en désaccord sur la vitesse de remplissage du barrage. Les deux jours de pourparlers, tenus mercredi et jeudi à Addis-Abeba par les ministres de l’Eau, se sont soldés sur un nouveau blocage. Pour la quatrième fois depuis novembre, Égypte, Éthiopie et Soudan n’ont pas pu se mettre d’accord. Le nœud du problème se trouve surtout entre Addis-Abeba et Le Caire.

Après plus de deux mois de dernières tractations plus ou moins fructueuses, les ministres des Affaires étrangères et de l'Eau des trois pays ont constaté "les progrès réalisés", selon un communiqué commun. Ils étaient réunis ces trois derniers jours à Washington avec le secrétaire américain au Trésor et le président de la Banque mondiale, observateurs du processus.

Au cœur de la dispute, le barrage long de 1,8 km et haut de 145 m dont la construction a été entamée en 2012 par l'Éthiopie. Ce gigantesque projet de quatre milliards de dollars est censé, dans l'esprit des Éthiopiens, commencer à produire de l'électricité d'ici fin 2020 pour être complètement opérationnel d'ici 2022. Il doit devenir la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique avec une production de 6 000 mégawatts. Mais Le Caire craint qu'il n'entraîne une réduction du débit du Nil Bleu, fleuve dont l'Égypte dépend à plus de 90% pour son approvisionnement en eau.

Soudan: la visite du Premier ministre au Kordofan est «une reconnaissance»

  Soudan: la visite du Premier ministre au Kordofan est «une reconnaissance» Ce rapport des Nations Unies qui évoque les crimes contre l'humanité et de génocide en évoquant le massacre des populations Hema en Ituri, dans le Nord est de la république démocratique du Congo. Ensuite, Le senti-français gagne t-il du terrain au Mali? Depuis plusieurs semaines, des centaines de personnes se rassemblent pour exiger le depart de la force Barkhane. Pour finir, l'invité du vendredi, Marc Ball, co-réalisateur de la série documentaires "Décolonisations" qui invite à changer de regard sur les luttes pour les independances en adoptant le point de vue des anciens colonisés.

Neuf ans de négociations

Neuf années de négociations n'ont pas permis d'aboutir à un accord. Les tractations se sont accélérées ces derniers mois sur la question-clé du remplissage du réservoir de la future digue, censé contenir 74 milliards de mètres cubes d'eau. C'était la principale pierre d'achoppement, l'Égypte redoutant qu'un remplissage trop rapide n'affecte des millions d'Égyptiens pouvant manquer d'eau et avoir du mal à se nourrir.

Dans leur communiqué de mercredi à Washington, les acteurs concernés semblent avoir trouvé un début de compromis, qui doit être confirmé lors de l'accord définitif. Selon ce texte, le remplissage aura lieu "par étapes" de manière "coopérative", essentiellement pendant la saison des pluies de juillet-août, voire jusqu'en septembre si les conditions sont réunies. Cette phase cruciale prendra en compte "les conditions hydrologiques" et "l'impact sur les réservoirs en aval".

La première phase de ce remplissage permettra de débuter la production d'électricité, mais des mesures seront prises pour "atténuer" les inconvénients pour l'Égypte et le Soudan "en cas de fortes sécheresses".

Plusieurs points techniques et juridiques restent à finaliser, et les ministres se retrouveront les 28 et 29 janvier à Washington pour parvenir à un "accord global sur le remplissage et la gestion" du barrage.

Avec AFP

Qui sont les acteurs soudanais présents en Libye? .
Les ministres des Affaires étrangères des pays limitrophes de la Libye, réunis jeudi à Alger pour faire entendre leur voix, ont exprimé leur « rejet de toute ingérence étrangère en Libye ». Le Soudan est pointé du doigt par l'ONU pour son rôle trouble dans le conflit. Les pays voisins de la Libye se sont retrouvés à Alger cette semaine. Une nouvelle initiative pour mettre fin à la crise. Une réunion, à laquelle ont participé les ministres des Affaires étrangères de Tunisie, d'Égypte du Tchad, du Mali, ainsi que des diplomates du Niger et du Soudan. Tous ont appelé les belligérants à se rencontrer et appelé à l’arrêt de l’ingérence étrangère.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!