•   
  •   

Monde Nouveau report du procès Sanogo au Mali: la grosse colère des magistrats

11:05  19 janvier  2020
11:05  19 janvier  2020 Source:   rfi.fr

Mali : 18 Casques bleus et deux civils blessés dans l'attaque d'un camp

  Mali : 18 Casques bleus et deux civils blessés dans l'attaque d'un camp Le camp de Tessalit, proche de la frontière algérienne, a été la cible de quinze tirs de mortiers ce jeudi. © afp.com/ISMAEL DIALLO Dix-huit Casques bleus et deux civils ont été blessés ce jeudi dans l'attaque au mortier d'un camp militaire dans le nord-est du Mali Dix-huit Casques bleus et deux civils ont été blessés ce jeudi dans l'attaque au mortier d'un camp militaire dans le nord-est du Mali en proie aux violences et aux agissements jihadistes, a indiqué l'ONU.

Colère des deux syndicats de magistrats contre le gouvernement malien. Dans un communiqué conjoint publié vendredi 17 janvier à Bamako, et lors d'une rencontre le jour suivant avec des journalistes, le Syndicat autonome de ► Mali : le procès du capitaine Sanogo à nouveau reporté .

Son procès s'était ouvert fin novembre dernier avant d'être reporté pour complément d'enquête. Procès de Amadou Sanogo au Mali : les avocats ont eu gain de cause. Nous vous avons envoyé un email avec les instructions pour créer un nouveau mot de passe.

Aya Amadou Sanogo (photo), chef de l'ex-junte en détention, devait être jugé le 13 janvier avec d'autres militaires. © REUTERS/Joe Penney Aya Amadou Sanogo (photo), chef de l'ex-junte en détention, devait être jugé le 13 janvier avec d'autres militaires.

Colère des deux syndicats de magistrats contre le gouvernement malien. Dans un communiqué conjoint publié vendredi 17 janvier à Bamako, et lors d'une rencontre le jour suivant avec des journalistes, le Syndicat autonome de la magistrature (SAM) et le Syndicat libre de la magistrature (Sylima), ont dénoncé « l’immixtion du gouvernement dans les affaires judiciaires ».

Selon les magistrats des syndicats SAM et Sylima, ce coup de colère à l'encontre du gouvernement malien est dû aux conditions d'annonce du nouveau report du procès de Aya Amadou Sanogo, chef de l'ex-junte en détention et qui devait être jugé le 13 janvier avec d'autres militaires pour « assassinats et complicité d'assassinat », dans l'affaire d'une vingtaine de militaires bérets rouges en 2012 et retrouvés dans une fosse commune de Kati, près de la capitale malienne.

Mali: le procès du capitaine Sanogo à nouveau reporté

  Mali: le procès du capitaine Sanogo à nouveau reporté Au Mali, les associations de défense de droit de l’homme réagissent et déplorent le nouveau report du procès Sanogo. L’ancien putschiste attend son jugement depuis 2013. Il a été inculpé il y a 6 ans pour l’enlèvement et l’assassinat d’une vingtaine de bérets rouges en 2012. Un évènement qui s’est produit cinq semaines après son coup d’État. Le capitaine devait être jugé ce lundi 13 janvier à Bamako. Depuis l’annonce du report du jugement du capitaine Sanogo jeudi, aucune nouvelle date n’a été annoncée, ce que déplorent les familles des victimes et la fédération internationale des droits de l’homme qui continuent de réclamer la reprise de ce procès ajourné il y a 3 ans.

Ce lundi 5 décembre, le procès de l'ex-chef de la junte malienne Amadou Haya Sanogo reprend à Sikasso, dans le sud du Mali . Vendredi dernier le procès avait été boycotté par les avocats de la défense et ceux de la partie civile, qui réclamaient l'amélioration de leurs conditions de travail.

Mercredi 30 novembre s’est ouvert le procès du général Amadou Sanogo , chef de l'ex-junte, à Incontestablement, Amadou Sanogo est la vedette du début du procès . On ne sait pas s’il va le rester Nous vous avons envoyé un email avec les instructions pour créer un nouveau mot de passe.

Informés par un tweet

Les deux syndicats affirment avoir « curieusement appris » sur les réseaux sociaux ce report par un tweet. « Les raisons de ce report, écrivent les magistrats citant toujours le gouvernement, tiendraient à des contraintes majeures liées à la préservation de l’ordre public et à la cohésion au sein des forces armées ».

Courroucés, fâchés, les magistrats invitent le gouvernement à respecter la séparation des pouvoirs. En clair, il n’appartient pas à l’exécutif d’annoncer ce report. Bourama Kariba Konaté, président par intérim du Syndicat autonome de la magistrature (SAM) le dit : « Nous condamnons donc avec vigueur et avec la plus grande fermeté cette attitude du gouvernement du Mali qui jure avec l’orthodoxie républicaine puisque donnant l’impression qu’une justice aux ordres ».

Résidence surveillée

Amadou Sanogo, d’après nos informations, est toujours à Bamako et est plutôt plus en résidence surveillée que dans une prison.

Mali: le procès du capitaine Sanogo à nouveau reporté

Affaire Halimi : "Il n’y a pas d’immixtion" de Macron dans la justice, selon Sylviane Agacinsky .
Emmanuel Macron a été rappelé à l’ordre par les deux plus hauts magistrats de France, après s’être prononcé en faveur d'un procès pour le meurtre de Sarah Halimi. La philosophe Sylviane Agacinsky, invitée sur Europe 1, a défendu la démarche du président de la République. C’est une mise au point extrêmement rare des deux plus hauts magistrats du pays. La première présidente de la Cour de cassation, Chantal Arens, et le procureur général François Molins, ont rappelé lundi "l'indépendance de la justice", après les déclarations d'Emmanuel Macron concernant l’affaire Sarah Halimi.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 6
C'est intéressant!