•   
  •   

Monde La Cour internationale de justice ordonne à la Birmanie de prendre des mesures pour prévenir un génocide contre les Rohingyas

13:00  23 janvier  2020
13:00  23 janvier  2020 Source:   lemonde.fr

La CIJ ordonne à la Birmanie de protéger les Rohingyas

  La CIJ ordonne à la Birmanie de protéger les Rohingyas Il s’agit d’un revers pour les autorités birmanes, alors qu’Aung San Suu Kyi s’était elle-même déplacée aux Pays-Bas, au mois de décembre, pour défendre son pays. Avec notre correspondante à La Haye, Stéphanie Maupas La Cour internationale de justice a donc répondu positivement à toutes les demandes de la Gambie, qui évoquait l’urgence à protéger les Rohingyas. Sans dire que la Birmanie a violé la Convention sur le génocide - c’est une questionAvec notre correspondante à La Haye, Stéphanie Maupas

internationale de justice de La Haye pour justifier les actes de la Birmanie , accusée par d'autres pays de « génocide » contre les Rohingyas . La Cour internationale de justice examine jusqu'à jeudi les accusations de la Gambie à l 'encontre du régime birman pour son «traitement brutal» infligé

Elle dénonce un génocide visant la minorité musulmane rohingya . En attendant le déroulement de la procédure, qui pourrait s’étendre sur plusieurs années, la nation ouest-africaine demande à la CIJ de prendre des mesures d’urgence et d’ ordonner à la Birmanie de cesser la répression toujours en

Cette Cour de l’ONU a accordé une série de mesures d’urgence requises par la Gambie, qui accuse la Birmanie d’avoir violé la Convention des Nations unies pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Aung San Suu Kyi devant la Cour internationale de justice, le 11 décembre 2019. © Fournis par Le Monde Aung San Suu Kyi devant la Cour internationale de justice, le 11 décembre 2019.

La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné jeudi 23 janvier à la Birmanie de prendre « toutes les mesures » en son pouvoir pour prévenir un éventuel génocide à l’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas. La Cour basée à La Haye (Pays-Bas) a accordé une série de mesures d’urgence requises par la Gambie, qui accuse la Birmanie d’avoir violé la Convention des Nations unies de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide.

La Haye somme la Birmanie d'empêcher un génocide contre les Rohingyas

  La Haye somme la Birmanie d'empêcher un génocide contre les Rohingyas Deux ans et demi après les «opérations de nettoyage» dans l'ouest du pays, la Cour internationale de justice a ordonné au régime birman de prendre quatre mesures conservatoires pour protéger cette communauté musulmane apatride. La décision a beau être juridique et difficilement applicable, elle n’en constitue pas moins un tournant dans la crise qui frappe les Rohingyas. Et permet de franchir une nouvelle étape dans les démarches judiciaires entreprises à l’encontre du régime birman.

Ministre des Affaires étrangères birmane et Prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi mène devant la Cour internationale de justice de La Haye la délégation pour défendre son pays contre les accusations de génocide à l ’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas .

Des réfugiées Rohingyas manifestent au camp de Kutupalong La Gambie a déposé plainte, ce lundi, matin devant la Cour internationale de Justice contre la Birmanie pour le génocide des Notamment, d’ ordonner à la Birmanie de stopper les actes en cours pour protéger les 600 000

Le juge président Abdulqawi Ahmed Yusuf a déclaré que la Birmanie « doit prendre toutes les mesures en son pouvoir afin de prévenir la commission de tout acte entrant dans le champ d’application » de cette convention. Ces actes comprennent notamment le « meurtre de membres du groupe » rohingya et la « soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ».

La CIJ, plus haute instance judiciaire de l’ONU, a ordonné à la Birmanie de lui fournir un rapport sur les mesures prises pour exécuter son ordonnance dans les quatre mois, puis tous les six mois. La Gambie, à majorité musulmane, avait demandé à la Cour d’ordonner des mesures d’urgence dans l’attente d’une décision finale en l’affaire, qui pourrait prendre des années. Depuis août 2017, environ 740 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de militaires birmans et de milices bouddhistes.

Aung San Suu Kyi en avocate de la Birmanie accusée de génocide contre les Rohingya

Surpopulation en prison : la France condamnée par la Cour européenne des droit de l'homme .
Dans un arrêt qualifié d'«historique», l'instance a émis jeudi des recommandations ainsi que condamné la France à payer près de 500 000 euros aux différents détenus. «Ce n’est pas une énième condamnation contre une personne, mais bien contre un système carcéral plus global», a affirmé lors d’une conférence de presse Nicolas Ferrand, référent des contentieux à l’Observatoire international des prisons (OIP). Des propos qui font suite à la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour ses conditions de détention dans ses prisons surpeuplées. «Une décision historique», a souligné Patrice Spinosi, avocat des requérants.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!