•   
  •   

Monde Rumeurs d’enlèvement d’enfants au Gabon: retour au calme à Libreville

19:05  25 janvier  2020
19:05  25 janvier  2020 Source:   rfi.fr

Le président angolais au Gabon avec la réforme de la CEEAC en ligne de mire

  Le président angolais au Gabon avec la réforme de la CEEAC en ligne de mire Ali Bongo a reçu jeudi 16 janvier la visite de son homologue angolais, João Lourenço. Pour cette première visite depuis son élection à la présidence angolaise, le président Lourenço semble vouloir lancer une offensive diplomatique en Afrique centrale. Durant son séjour en terre gabonaise, João Lourenço n’a pas publiquement pris la parole. C’est son ministre des Affaires étrangères, Manuel Domingos Augusto qui a répondu aux questions de la presse. Ali Bongo a reçu jeudi 16 janvier la visite de son homologue angolais, João Lourenço.

Des incidents secouent plusieurs quartiers de Libreville depuis ce jeudi, provoqués par des rumeurs sur une vague d ’ enlèvements d ’ enfants fermement démenties par les autorités. Les craintes de crimes rituels.

Mais, après intervention des forces de sécurité huit de ces militaires ont été interpellés et deux autres tués. Vingt-quatre heures après la mutinerie, le Gabon se réveille et la vie reprend même si Internet n'est La ville s’est réveillée dans le calme ce mardi matin, rapporte notre correspondant à Libreville .

Une vue de Libreville au Gabon (image d'illustration) © Getty Images Une vue de Libreville au Gabon (image d'illustration)

Au Gabon, le bilan s’est alourdi, suite aux violences urbaines de vendredi 24 janvier, à Libreville, la capitale. La personne admise en soins intensifs au CHU de Libreville, après avoir été lynchée par la foule, est décidée, ce samedi matin. Son décès porte à deux, le nombre de morts. A l’origine de cette folle journée, des rumeurs sur une vague d’enlèvements d’enfants à des fins fétichistes.

Des manifestations spontanées ont éclaté dans plusieurs quartiers et le bilan de la journée aurait pu être plus lourd si la police et la gendarmerie nationale n’étaient pas intervenues promptement.

En raison de la grève, 25 avocats défendent un seul prévenu à Clermont-Ferrand

  En raison de la grève, 25 avocats défendent un seul prévenu à Clermont-Ferrand Jason Lopez était poursuivi pour l'enlèvement de son fils. Son avocat attitré étant en grève contre la réforme des retraites, il a été défendu par 25 avocats. © afp.com/LIONEL BONAVENTURE Des avocats en grève, dans la manifestation parisienne le 11 janvier 2020 (Photo d'illustration). Situation insolite jeudi au tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand : pas moins de 25 avocats ont commencé à assurer au pied levé la défense de Jason Lopez, poursuivi pour l'enlèvement de son fils, en l'absence de son avocat attitré, en grève contre la réforme des retraites.

Des incidents secouent plusieurs quartiers de Libreville depuis jeudi, provoqués par des rumeurs sur une vague d ’ enlèvements d ’ enfants fermement démenties par les autorités. Des messages sur des kidnappings de mineurs fusent sur les réseaux sociaux depuis plus d’une semaine, ravivant les

Les rumeurs concernant une série d ' enlèvements d ' enfants au Gabon se sont propagées sur les réseaux sociaux, après la disparition le 12 janvier d'un garçon. Plusieurs quartiers populaires de Libreville étaient bloqués vendredi par des manifestants, au moment où enflent au Gabon des

Vendredi, en début d’après-midi, la tension est montée d’un cran dans plusieurs quartiers, notamment dans le 6e arrondissement, à Awendjé et dans les PK. Un peu partout, des rumeurs ont circulé annonçant l’enlèvement de plusieurs enfants. La route nationale N°1 qui traverse la capitale a été barrée à plusieurs endroits.

La police et la gendarmerie ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui ont érigé des barricades et brûlé des pneus. Plusieurs jeunes ont été interpellés.

Calme revenu à Libreville

Le calme est revenu dans la capitale. Les manifestants se sont rapidement dispersés. Dans la soirée de vendredi à ce samedi 25 janvier, les bars ont rouvert. Certains commerçants sont néanmoins prudents. Leurs magasins sont fermés.

Bénin: le calme est revenu à Savè, fief de l'ancien président Boni Yayi

  Bénin: le calme est revenu à Savè, fief de l'ancien président Boni Yayi Au Bénin, le calme est revenu à Savè, dans le fief de l’ancien président Thomas Boni Yayi. Mercredi 15 janvier, lors d’affrontements entre des jeunes et les forces de sécurité deux civils ont été tués et six policiers blessés dans cette ville située au nord de Cotonou. Les affrontements avaient débuté à la suite de l’arrestation de l’un des meneurs présumés des manifestations post-électorales de juin 2019. Le dispositif policier est désormais allégé ; depuis le jeudi 16 janvier, les forces de sécurité ont regagné leurs casernes.

La plupart des commerces et lieux de restauration, fermés depuis lundi matin, avaient de même rouvert mardi.Un fort déploiement des forces de Le calme régnait mais Internet restait coupé mardi 8 janvier au matin à Libreville , la capitale du Gabon où une tentative de coup d’État militaire a échoué la veille.

Retour au calme à Libreville . G10 Gabon . Загрузка Отказаться от подписки на канал "G10 Gabon "?

Plusieurs quartiers gardent encore les stigmates de cette violente journée. Il y a les restes des barricades sur le côté et les cendres des pneus brûlés sont visibles dans plusieurs carrefours.

Week-end oblige, il y a peu d’enfants dans les rues. La peur est encore palpable. Le peuple rend le gouvernement responsable pour avoir tout nié, sans une communication efficace et sans prendre des dispositions.

L’origine de l’embrasement

Tout est parti de l’enlèvement, il y a environ deux semaines, d’un garçon âgé de 3 ans, à Bitam, à la frontière avec le Cameroun. Les réseaux sociaux ont amplifié des messages toxiques sur le sujet. L’on a parlé d’un projet de sacrifier 1 000 enfants pour permettre à des hommes politiques de revenir aux affaires ou encore d’un trafic lucratif d’enfants entre le Gabon et le Cameroun.

Des forces de sécurité près des écoles

Pour le gouvernement, la situation n’aurait pas dégénéré s’il n’y avait pas de réseaux sociaux. C’est pourquoi il a rappelé que les auteurs des fausses informations sont passibles d’une peine de prison de cinq ans et d’une amende de 3 millions de FCFA.

Ayant pris la mesure de la colère populaire, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a annoncé qu’il mettra en place un dispositif conséquent des forces de l’ordre notamment devant les écoles. Tout le monde attend ce qui se passera lundi.

Rumeurs d’enlèvement d’enfants au Gabon: reprise des cours prévue ce lundi .
Après une semaine de fermeture, les établissements scolaires de Libreville et ses environs ouvrent à nouveau leurs portes ce lundi 3 février. Les syndicats et les associations des parents d’élèves ont appelé, dimanche, à la reprise des cours. Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma Les élèves ont déserté leurs établissements suite à des rumeurs d’une vague d’enlèvements d’enfants à la sortie ou sur le chemin de l’école. Les parents d’élèves ont également pris peur, et ont évité d’envoyer leurs enfants à l’école. La situation a été débloquée suite à d’âpres négociations avec le gouvernement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 4
C'est intéressant!