•   
  •   

Monde Guinée: inquiétude face aux violences lors des manifestations

21:10  25 janvier  2020
21:10  25 janvier  2020 Source:   rfi.fr

Présidentielle en Guinée-Bissau: le PAIGC conteste la compilation des résultats

  Présidentielle en Guinée-Bissau: le PAIGC conteste la compilation des résultats La Guinée-Bissau attend toujours la publication des résultats définitifs du second tour de la présidentielle du 29 décembre par la commission électorale. Selon les résultats provisoires, l’opposant Umaro Cissoco Emballo l’emporterait avec 53,55 % des voix contre 46,45 % pour Domingos Simoes Pereira, le candidat du PAIGC. En attendant les résultats, le PAIGC s’engage dans une bataille juridique. Après avoir fait une première requête auprès de la Cour suprême pour dénoncer des fraudes, le parti a saisi à nouveau cette instance pour contester des vices de procédures.

Des policiers guinéens encadrent un manifestant arrêté, le 14 novembre 2019. © CELLOU BINANI/AFP Des policiers guinéens encadrent un manifestant arrêté, le 14 novembre 2019.

En Guinée, la tournure violente prise par les manifestations dans le pays ces derniers jours inquiète la société civile. Trois personnes sont mortes, cette semaine, dans la ville de Labé, dans le nord du pays, suite à des heurts entre les forces de sécurité et manifestants hostiles à un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé.

Ces violences ont eu lieu entre manifestants et forces de l'ordre lors des mobilisations des opposants au projet de modification de la Constitution, projet qui serait, selon les détracteurs du chef de l'État guinéen, le moyen pour Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Cette mobilisation, portée par un collectif citoyen, le FNDC, a commencé, il y a trois mois. Au moins 26 civils et un gendarme ont été tués depuis la mi-octobre.

Brigitte Macron défigurée : Cette photo choc pour une campagne contre les violences conjugales

  Brigitte Macron défigurée : Cette photo choc pour une campagne contre les violences conjugales Mercredi, Cyril Hanouna est revenu dans "Touche pas à mon poste" sur le succès de l'émission "N'oubliez pas les paroles" diffusée quotidiennement sur France 2. L'occasion pour ses chroniqueurs de donner leurs avis sur le programme, mais aussi d'évoquer "le style" de Nagui à la présentation. Et autant dire que Matthieu Delormeau n'a pas mâché ses mots à son encontre.

La société civile s'inquiète aussi de la tournure violente de la situation en Guinée.

Joint par RFI, Abdoul Gadiri Diallo, président de l'Organisation guinéenne des droits de l'homme (OGDH), estime que les discours enflammés des politiques contribuent à la dégradation du climat en Guinée.

« Ce qu’il faut observer et qui est extrêmement inquiétant, ce sont les discours politiques et surtout les comportements des Forces de défense et de sécurité, ou encore certains partisans, à la fois du régime en place et de l’opposition, qui se rejettent les responsabilités, mais qui en même temps, dans leurs discours, développent des propos qui pourraient produire une confrontation entre communautés. Il y a deux à trois jours, des minibus ont été incendiés et on a finalement constaté que les autorités ont accordé plus d’importance à ces incendies et à ces dégâts matériels qu’aux morts que l’on a enregistrés. Cela nous amène à penser que les autorités guinéennes veulent absolument créer les conditions du chaos », a-t-il souligné.

Législatives en Guinée: polémique autour du fichier électoral

  Législatives en Guinée: polémique autour du fichier électoral Début de campagne timide pour les législatives du 16 février en Guinée. La campagne a démarré jeudi dernier sur l’ensemble du territoire et doit durer trois semaines. Les listes de 29 partis sont en compétition. Mais cette campagne se déroule sur fond de contestation : l’opposition, qui se méfie du processus électoral, boycotte ce scrutin en raison, selon elle, de plusieurs irrégularités. L’opposition focalise son combat sur un point :Dans certaines localités (Nzérékoré, Mamou et Boké), les listes électorales provisoires affichées ce week-end ont été arrachées ou brûlées en signe de protestation contre le processus électoral.

Le gouvernement réclame la fin des violences

Le Premier ministre guinéen, Kassory Fofana, s'est adressé, vendredi 24 janvier, aux Guinéens. Il réclame la fin des violences de ces derniers jours et en appelle à la responsabilité des citoyens.

« Les événements en cours dans notre pays interpellent le gouvernement, l’État, les citoyens et toutes les bonnes volontés. La destruction d’édifices publics, de biens privés, les attaques répétées contre les symboles de l’État, les agressions et les violences contre les représentants de l’État et de l’administration publique ne sont pas acceptables dans tout État digne de ce nom. Cela doit cesser immédiatement et impérativement. Le gouvernement déplore et condamne, avec la plus grande fermeté et la plus grande énergie, les dérapages de ces derniers jours, avec des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants », a déclaré le Premier ministre guinéen.

Guinée: les élections législatives reportées au 1er mars .
Les législatives du 16 février en Guinée ont été reportées au 1er mars, selon un décret du président Alpha Condé lu lundi soir à la télévision. Avec notre correspondant à Conakry, Mouctar Bah C’est sans surprise que le président Alpha Condé a pris ce décret de report de la date des élections législatives, initialement prévues le 16 février 2020, à deux semaines plus tard. Plusieurs raisons plaidaient en faveur de ce report : on peut, entreAvec notre correspondant à Conakry, Mouctar Bah

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!