•   
  •   

Monde Coronavirus : porter un masque chirurgical pour se protéger ne sert à rien

19:15  05 février  2020
19:15  05 février  2020 Source:   lexpress.fr

Cambodge: Hun Sen ne veut pas se fâcher avec la Chine à cause du coronavirus

  Cambodge: Hun Sen ne veut pas se fâcher avec la Chine à cause du coronavirus Face à la propagation du coronavirus, plusieurs pays ont décidé de suspendre les liaisons aériennes avec la Chine ou de fermer leurs frontières. D'autres pays minimisent les dangers du virus. C'est le cas notamment du Cambodge, bien résolu à protéger ses relations et ses intérêts économiques avec la Chine. Aucune raison de s'inquiéter au sujet du coronavirus. Si une maladie existe, c'est la peur distillée par de fausses informations sur les réseaux sociaux. Le ton est donné.

De plus en plus de personnes inquiètes de la propagation du mystérieux coronavirus se baladent avec des masques chirurgicaux pour éviter d'être contaminées.

Une femme, un masque de protection sur le visage, passe devant un panneau d'information sur le nouveau coronavirus détecté en Chine, lors de son arrivée à l'aéroport de Londres, le 28 janvier 2020. © afp.com/DANIEL LEAL-OLIVAS Une femme, un masque de protection sur le visage, passe devant un panneau d'information sur le nouveau coronavirus détecté en Chine, lors de son arrivée à l'aéroport de Londres, le 28 janvier 2020.

De plus en plus de personnes arpentent les rues de l'Hexagone couvertes d'un masque de protection sur le visage. En pleine épidémie de coronavirus, et alors que plus de 20 000 personnes ont déjà été contaminées, l'utilisation de ces masques chirurgicaux pour se protéger du mystérieux virus chinois se répand, mais ne sert pourtant à rien.

Coronavirus: la Malaisie face à la peur de la contamination

  Coronavirus: la Malaisie face à la peur de la contamination La Malaisie en est à son huitième cas de coronavirus et cela fait presque une semaine qu’un climat d’inquiétude s’est installé dans la capitale Kuala Lumpur, où il devient de plus en plus difficile de trouver des masques de protection. Avec notre correspondante à Kuala Lumpur,Gabrielle Maréchaux C’est écrit sur la porte de cette pharmacie : « Masque en rupture de stock ». « C’est arrivé très vite, ce lundi, raconte Hue, la pharmacienne. Dès que les médias ont commencé à parler du virus de Wuhan.

LIRE AUSSI>> Coronavirus chinois : retour sur les principales étapes de la propagation

Comme l'assure le docteur Jérôme Marty sur RMC, le masque "sert quand vous êtes atteint d'une infection pour éviter que vos postillons aillent impacter la personne en face". Autrement dit, lorsque les individus sont des sujets sains, les masques chirurgicaux n'ont pas un filtre suffisant pour empêcher le virus de passer.

D'autres masques réellement efficaces

D'après le généraliste, les masques vraiment efficaces sont ceux de type FFP2 ou FFP3, utilisés par les médecins, mais difficiles à porter plusieurs heures de suite. "En Chine, on les oblige à les porter dans les zones mises en quarantaine parce qu'on ne sait pas s'ils sont porteurs de la maladie ou non", explique le médecin à nos confrères.

Coronavirus : les Etats-Unis annoncent un partenariat pour un second traitement

  Coronavirus : les Etats-Unis annoncent un partenariat pour un second traitement Plusieurs pistes sont à l'étude pour un traitement contre la propagation du N-Cov 2019. © AFP Des femmes portant un masque pour se protéger du coronavirus à l'aéroport Charles de Gaulle, à Paris, le 26 janvier 2020 (photo d'illustration). Les États-Unis ont annoncé ce mardi leur collaboration avec le laboratoire pharmaceutique Regeneron afin de développer un traitement contre le nouveau virus chinois, utilisant une classe de médicaments ayant servi contre Ebola.

Depuis début janvier au moins 490 personnes atteintes par le virus 2019-nCoV sont mortes en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), la plupart au Hubei, selon un bilan officiel ce mercredi. Plus de 24 000 cas de contamination ont été confirmés dans le pays. Parmi elles, un nourrisson chinois âgé d'un jour à peine, selon les médias publics chinois, le plus jeune cas d'infection.

Shanghai : avant/après le coronavirus .
Avec la progression du coronavirus Covid-19 en Chine, les rues de Shanghai se sont vidées. La mégapole de plus de 24 millions d’habitants tourne au ralenti. Un avant/après qui donne la mesure de l’inquiétude sur place.Depuis, le visage de Shanghai a complètement changé. Les rues sont presque désertes et le métro pratiquement vide.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 6
C'est intéressant!