•   
  •   

Monde Comprendre le nouveau rapprochement entre la Chine et le Vatican

00:55  16 février  2020
00:55  16 février  2020 Source:   rfi.fr

Vatican: le secrétaire de Benoît XVI écarté de l'entourage du pape François

  Vatican: le secrétaire de Benoît XVI écarté de l'entourage du pape François Au Vatican, c’est une mise à l’écart qui ne passe pas inaperçue : celle de Mgr Georg Gansweïn, archevêque allemand qui est à la fois secrétaire personnel du pape émérite Benoît XVI et préfet de la Maison pontificale, c’est-à-dire chargé d’organiser les audiences du pape François. Avec notre correspondant à Rome, Eric Sénanque Depuis le 15 janvier, il n’est plus apparu en public. D’ordinaire aux côtés du pape François lors de ses audiences générales ou accueillant les invités d’honneur reçus par le souverain pontife, Mgr Georg Gänswein est un absent qui fait beaucoup parler de lui.

« La Chine est disposée à améliorer encore la compréhension et la confiance mutuelle avec le Vatican , afin que l'élan d'interaction positive entre les deux parties continue de progresser», a-t-il souligné. Du côté du Saint-Siège, la secrétairerie d'Etat a salué dans un communiqué une rencontre tenue «dans

AFP, publié le samedi 15 février 2020 à 07h47. Un moment historique: des ministres des Affaires étrangères de Chine et du Vatican se sont rencontrés, une première en sept décennies et un nouveau signe de rapprochement depuis l'accord de 2018 sur la nomination des évêques.

Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi et son homologue du Vatican Mgr Paul Gallagher en marge de la conférence sur la sécurité de Munich, le 14 février 2020. © Handout / VATICAN MEDIA / AFP Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi et son homologue du Vatican Mgr Paul Gallagher en marge de la conférence sur la sécurité de Munich, le 14 février 2020.

Les chefs de la diplomatie chinoise et vaticane se sont entretenus vendredi en marge de la Conférence sur la sécurité à Munich. Une première à ce niveau depuis 70 ans, alors que les deux États n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1951. Décryptage.

La réunion « s’est déroulée dans une atmosphère cordiale », rapportait le communiqué de la Secrétairerie d’État du Saint-Siège, qui rappelait que les contacts entre les deux pays ont « évolué positivement au fil du temps ». On n’en sait guère plus sur ce qui s’est dit lors de cette rencontre entre le ministre chinois des Affaires étrangères et son homologue du Vatican ce vendredi.

Chine-Vatican: rencontre historique entre ministres des Affaires étrangères

  Chine-Vatican: rencontre historique entre ministres des Affaires étrangères Pour la première fois, des ministres des Affaires étrangères de la Chine et du Vatican, deux Etats sans relations diplomatiques depuis des décennies en raison de différends d'ordre religieux, se sont rencontrés, a indiqué samedi un média officiel. Le Chinois Wang Yi et son homologue Mgr Paul Gallagher se sont vus vendredi à Munich, a indiqué le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste chinois (PCC). La ville allemande accueille en ce moment la Conférence sur la sécurité.

(Belga) Un moment historique: des ministres des Affaires étrangères de Chine et du Vatican se sont rencontrés, une première en sept décennies et un nouveau signe de rapprochement depuis l'accord de 2018 sur la nomination des évêques. Les deux Etats n'entretiennent plus de relations

" La Chine est disposée à améliorer encore la compréhension et la confiance mutuelle avec le Vatican , afin que l'élan d'interaction positive entre les deux parties continue de progresser", a-t-il souligné. Du côté du Saint-Siège, la secrétairerie d'Etat a salué dans un communiqué une rencontre tenue "dans

Des catholiques réprimés et une Église coupée en deux

Les relations entre Pékin et le Saint-Siège sont complexes. Avant l’arrivée de Mao Zedong au pouvoir, le Vatican disposait d’une représentation diplomatique en Chine, avec un nonce apostolique installé à Pékin. « Mais lorsque Mao arrive au pouvoir en 1949, raconte Dorian Malovic, chef du service Asie au journal catholique La Croix, une répression générale s’abat sur toute l’Église catholique et protestante : les missionnaires étrangers sont renvoyés chez eux tandis que les prêtres et les séminaristes chinois qui restent sont réprimés. » En 1951, le nonce apostolique se réfugie à Taïwan. La rupture des relations diplomatiques est alors consommée. Aujourd'hui, le Vatican est toujours le seul pays européen à reconnaître Taipei et non Pékin.

Chine-Vatican: rencontre historique entre ministres des Affaires étrangères

  Chine-Vatican: rencontre historique entre ministres des Affaires étrangères Un moment historique: des ministres des Affaires étrangères de Chine et du Vatican se sont rencontrés, une première en sept décennies et un nouveau signe de rapprochement depuis l'accord de 2018 sur la nomination des évêques.Les deux Etats n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1951, en raison notamment de différends d'ordre religieux, Pékin se méfiant de toute influence religieuse étrangère sur son territoire.

Un moment historique: des ministres des Affaires étrangères de Chine et du Vatican se sont rencontrés, une première en sept décennies et un nouveau signe de rapprochement depuis l'accord de 2018 sur la nomination des évêques.

Les relations entre le Vatican et la Chine se réchauffent un peu plus. Dans la pratique, cette fracture entre catholiques s'est réduite depuis la signature en 2018 d'un accord historique Pékin- Vatican sur la nomination des évêques, lequel a permis de réchauffer les relations bilatérales.

L'ère maoïste est une période noire pour les catholiques chinois. Mais si leurs églises sont détruites, ils ne disparaissent pas pour autant. Évêques, prêtres et nonnes vivent cachés et restent à l’écart de la vie religieuse. « Il faudra attendre l’arrivée de Deng Xiaoping et l’ouverture de la Chine sur le plan économique, politique et diplomatique dans les années 1980, pour que des églises rouvrent et que des prêtres puissent revenir dans leur paroisse. » C’est aussi le moment où s’opère une séparation au sein de l’Église catholique locale : d’un côté l’Église « officielle » avec des prêtres qui doivent « faire allégeance » à Pékin et au Parti communiste chinois (PCC), tout cela sous la coupe de l’Association patriotique des catholiques chinois ; et de l’autre, des catholiques « clandestins » qui continuent à pratiquer leur religion dans le plus grand secret.

Dans les années 1990, Jean-Paul II essaie de mettre un terme à cette séparation. Désireux de « réunifier » cette Église coupée en deux, le Vatican va alors reconnaître certains évêques nommés par Pékin. Mais en 2000, un événement vient jeter un nouveau coup de froid sur les relations sino-vaticane : la canonisation à Rome de 120 martyrs chinois le 1er octobre, jour de la fête nationale de la République populaire.

Rencontre historique entre les ministres des Affaires étrangères de Chine et du Vatican

  Rencontre historique entre les ministres des Affaires étrangères de Chine et du Vatican Les deux Etats n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1951, en raison notamment de différends d'ordre religieux.

Les ministres des Affaires étrangères de la Chine et du Vatican se sont rencontrés en Allemagne, a indiqué samedi un média officiel chinois. Le texte donne toutefois aux deux parties un droit de regard sur les nominations. Malgré le rapprochement en cours, le rétablissement des liens officiels entre

"C'est aujourd'hui la première rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de la Chine et du Vatican ", a déclaré Wang Yi. Le texte donne toutefois aux deux parties un droit de regard sur les nominations. Malgré le rapprochement en cours, le rétablissement des liens officiels entre les deux

L'accord de 2018 décrié

L’élection d’un pape argentin, François, réputé plus ouvert, et l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013 vont donner lieu à « une nouvelle phase de rapprochement », explique Dorian Malovic. Une phase qui débouche sur la signature en septembre 2018 d’un accord provisoire. Un texte dont le contenu est resté secret. « On sait que le pape a fait une concession importante en reconnaissant sept évêques qui avaient été excommuniés auparavant, car nommés par Pékin, détaille le journaliste. Une concession en échange de la promesse que les prochains évêques nommés seraient proposés par Pékin à Rome, mais qu’ultimement c’est le pape qui aurait le dernier mot. »

Mais cet accord ne plaît pas à tout le monde et une partie des catholiques y voient une trahison. « Certains ont eu l’impression que le Vatican avait sacrifié une partie de l’Église chinoise pour être du bon côté du manche avec les autorités de Pékin », souligne encore le spécialiste, qui rappelle par exemple que Rome a alors demandé aux évêques « souterrains » de réintégrer les structures officielles, mais en cédant leur place aux « officiels ».

Pape Pie XII: quatre choses à savoir sur les archives vaticanes

  Pape Pie XII: quatre choses à savoir sur les archives vaticanes L'ouverture lundi 2 mars de l'ensemble des archives du Vatican sur le pontificat du pape Pie XII (1939-1958) - 81 ans après son élection - était réclamée depuis des décennies par historiens et organisations juives. Voici quatre clefs pour comprendre l'événement. - Shoah: une masse d'archives déjà publiées - Les archives les plus sensibles, concernant la Seconde guerre mondiale, ont déjà été en grande partie publiées par le Vatican. Des révélations spectaculaires seraient donc surprenantes. Mais les chercheurs auront pour la première fois un accès direct à tous les documents de la période de la Shoah et chercheront les pièces manquantes du puzzle.

Diplomatie versus liberté religieuse

La rencontre de Munich ce vendredi 14 février marque donc une nouvelle étape dans le rapprochement entre la Chine et le Vatican. « Jamais une rencontre à ce niveau-là n’avait eu lieu », confirme le journaliste Dorian Malovic, qui y voit pour Pékin « une façon de dire : si le Vatican dialogue avec nous et nous reconnaît comme un État de parole et voulant dialoguer, c’est que nous ne sommes pas si répressif et méchant que cela. »

Pour Dorian Malovic, cette rencontre et la stratégie diplomatique du pape vis-à-vis de Pékin posent en tout cas beaucoup de questions. Car depuis l’arrivée de Xi Jinping, la situation des catholiques de Chine ne s’est pas améliorée, bien au contraire. « En termes de liberté religieuse, on est retourné à des temps de l'époque des années 1950 », estime-t-il.

« Il y a une volonté claire, affichée par Xi Jinping de "siniser" les religions pour qu’elles soient compatibles avec la Chine, développe l'historien Thomas Tanase, qui vient de publier une Histoire de la papauté en Occident. Et cette politique peut être très dure avec des fermetures d’églises, des restrictions de l’activité religieuse, le fait de limiter la présence de croix sur les bâtiments religieux ou encore l’obligation pour les prêtres ou les évêques de souscrire à des documents qui affirment la compatibilité avec les valeurs de la République populaire de Chine. Par exemple, le fait de ne pas mettre de matériel religieux en ligne, de ne pas faire de prosélytisme religieux, ce qui signifie aussi d’interdire l’entrée des églises aux mineurs. »

Holocauste: le Vatican s'apprête à ouvrir les archives sur Pie XII

  Holocauste: le Vatican s'apprête à ouvrir les archives sur Pie XII Une centaine d'historiens s'apprêtent à plonger dans les archives que le Vatican ouvrira le 2 mars sur Pie XII, le pape le plus controversé de l'Histoire, critiqué pour n'avoir jamais condamné publiquement l'Holocauste nazi.Il s'agit d'un moment "décisif pour l'histoire contemporaine de l'Eglise et du monde", a expliqué jeudi à la presse le cardinal Tolentino de Mendonça, archiviste et bibliothécaire de la Sainte Eglise romaine.

« Le Vatican préfère-t-il remporter une victoire diplomatique plutôt que de demander plus de concessions à la Chine et plus de garanties sur la liberté religieuse pour les catholiques ? » s’interroge le journaliste de La Croix, qui note que les signaux envoyés par Pékin ne sont pas très encourageants ces derniers temps.

« Clairement, le pape François s’éloigne des États-Unis. Sa position est de plus en plus éloignée d’un monde atlantique ou occidental. Il cherche à trouver d’autres points d’appui, comme la Russie ou la Chine », commente Thomas Tanase.

L'historien y voit aussi un rapport avec le protestantisme « très dynamique et lié à la Corée du Sud et aux États-Unis. Pour les autorités chinoises, le fait de se rapprocher du Vatican peut aussi être un point d’équilibre. Et dans l’autre sens, pour l’Église catholique qui a été un peu dépassée par l’essor du christianisme protestant en Chine, cela peut être une manière d’essayer de mettre un terme aux divisions au sein de l’Église catholique chinoise, d'entamer une politique avec le régime et d'ainsi favoriser son développement. »

À lire aussi : «Diplomatie de l'art» : les musées du Vatican s'exposent à la Cité interdite de Pékin

Chine: Le libraire dissident Gui Minhai condamné à 10 ans de prison .
Chine: Le libraire dissident Gui Minhai condamné à 10 ans de prison © Reuters/Bobby Yip CHINE: LE LIBRAIRE DISSIDENT GUI MINHAI CONDAMNÉ À 10 ANS DE PRISON PEKIN (Reuters) - Un tribunal chinois a condamné lundi le libraire dissident Gui Minhai à 10 ans d'emprisonnement pour avoir fourni illégalement des renseignements à l'étranger, a-t-on appris dans un communiqué publié sur le site du tribunal de Ningbo. Gui Minhai, qui avait ses bureaux à Hong Kong et vendait des livres très critiques envers les dirigeants communistes chinois, est en détention en Chine continentale depuis janvier 2018.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 8
C'est intéressant!