•   
  •   

Monde Législatives en Iran: Rohani exclut de démissionner malgré les difficultés

02:55  17 février  2020
02:55  17 février  2020 Source:   rfi.fr

L'Iran commémore le 41e anniversaire de la victoire de la révolution islamique

  L'Iran commémore le 41e anniversaire de la victoire de la révolution islamique Des foules importantes ont participé aux cérémonies du 41ème anniversaire de la victoire de la révolution islamique à travers le pays. À Téhéran, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour les commémorations qui coïncident avec le quarantième jour de l'assassinat du général Ghassem Soleimani par les Américains en Irak. Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi Dans le froid mais sous le soleil, les manifestants ont marché pendant plusieurs kilomètres pour se rendre sur la place Azadi.

"La Santé nécessite de faire de la politique et on nous vend des médecins comme ministre de la Santé, ce qui ne nous paraît pas être Miley Cyrus transforme un "accident de téton" en provocation envers Instagram. Le HuffPost. Législatives en Iran : Rohani exclut de démissionner malgré les difficultés .

TV5Monde : Pourquoi y-a-t-il une telle volonté de contrôle et de censure autour du Coronavirus en Chine ? Jean-Pierre Cabestan : Parce que le gouvernement fait face à une augmentation des critiques, notamment après le décès du Iran : Rohani exclut de démissionner , malgré les difficultés .

Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran, le 16 février 2020. © Official Presidential website/Handout via REUTERS Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran, le 16 février 2020.

Le président iranien Hassan Rohani a exclu ce dimanche 16 février de démissionner avant la fin de son mandat en 2021. À l'approche des législatives du 21 février, la coalition qui le soutient apparaît en mauvaise posture. Beaucoup craignent une forte abstention qui pourrait profiter aux candidats ultraconservateurs.

« Une démission n'aurait pas beaucoup de sens », a déclaré Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran. Son gouvernement va « continuer à réaliser [ses] promesses [malgré] les conditions économiques et la pression de l'ennemi ». L'idée de démissionner à cause de ces problèmes ne lui est « jamais venue à l'esprit », a-t-il assuré.

Iran: Rohani exclut de démissionner, malgré les difficultés

  Iran: Rohani exclut de démissionner, malgré les difficultés Le président iranien Hassan Rohani, dont la coalition politique apparaît menacée aux législatives du 21 février, a exclu dimanche de démissionner avant la fin de son mandat en 2021, même s'il a dit avoir présenté deux fois sa démission par le passé."Une démission n'aurait pas beaucoup de sens", a déclaré M. Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran, ajoutant que son gouvernement allait "continuer à réaliser (ses) promesses (malgré) les conditions économiques et la pression de l'ennemi"."L'idée de démissionner (à cause de ces problèmes) ne m'est jamais venue à l'esprit", a-t-il insisté.M.

Rohani à Paris: l' Iran sort de l'isolement malgré des divergences. Il y a 30 ans exactement, au soir du 9 novembre 1989, le monde médusé assistait à l’ouverture du Mur de Berlin qui, depuis 1961, coupait la ville et l’Allemagne en deux. …

En l'absence de véritables concurrents, une grande coalition de conservateurs pourrait remporter largement les législatives , dont la "Un Parlement ultraconservateur va tourmenter Rohani lors de la dernière année de son mandat, questionner ses ministres et compliquer la capacité du gouvernement

Hassan Rohani a été élu en 2013 puis réélu en 2017. Des rumeurs selon lesquelles il avait l'intention de démissionner avant la fin de son deuxième et dernier mandat avaient circulé ces dernières semaines.

Le président iranien a néanmoins indiqué avoir proposé sa démission par deux fois au Guide suprême. Une première fois entre sa première élection et son entrée en fonction, et une deuxième fois au cours de son second mandat. Dans les deux cas, a assuré le président, l'ayatollah Ali Khamenei a fermement rejeté l'idée.

Près de la moitié des candidats invalidés, surtout des modérés

Après cette mise au point, ce dimanche, Hassan Rohani a tenté une fois de plus de mobiliser les électeurs pour les législatives de vendredi prochain, rapporte notre envoyée spéciale à Téhéran, Oriane Verdier. La coalition de modérés et de réformateurs qui le soutient apparaît, en effet, en mauvaise posture lors de ce scrutin.

Législatives en Iran: une élection qui ne fait plus illusion

  Législatives en Iran: une élection qui ne fait plus illusion À trois jours des élections législatives iraniennes, une grande partie de la population affirme ne pas vouloir ou ne pas savoir si elle ira voter vendredi. Les habitants subissent de plein fouet les sanctions américaines qui étouffent l'économie du pays. Beaucoup semblent avoir perdu l'espoir d'un possible changement. De notre envoyée spéciale, Dans une allée du grand bazar de Téhéran, derrière plusieurs rouleaux de tissu, Mohsen attend l'airDe notre envoyée spéciale,

Les législatives en Iran ont été marqués par le retour au Parlement des réformateurs qui, alliés aux modérés du président Rohani , y disposeront du plus grand groupe, sans toutefois atteindre la majorité, selon les résultats officiels publiés samedi.

En l'absence de véritables concurrents, une grande coalition de conservateurs pourrait remporter largement les législatives , dont la "Un Parlement ultraconservateur va tourmenter Rohani lors de la dernière année de son mandat, questionner ses ministres et compliquer la capacité du gouvernement

Un scrutin qui pourrait être marqué par une forte abstention au profit des conservateurs et ultraconservateurs. Beaucoup en effet se demandent pourquoi voter alors qu’une une partie de la population iranienne souffre au quotidien d'une économie étouffée par les sanctions américaines.

Cerise sur le gâteau, près de la moitié des candidats aux législatives ont été invalidés. La grande majorité étaient réformateurs ou modérés.

« Le concessionnaire décidera pour vous »

« Si mon choix se réduit de 100 à 50, ça ne veut pas dire qu'il est entièrement nul, a déclaré Hassan Rohani. Je vais prendre un exemple : vous avez payé une certaine somme d'argent à un concessionnaire automobile et vous attendez qu'il vous livre votre voiture. Vous deviez avoir le choix entre 30 couleurs, mais maintenant on ne vous en propose plus qu'une vingtaine. Est-ce que vous n'allez en choisir aucune ? Dans ce cas le concessionnaire décidera pour vous de la couleur qu'il préfère vous livrer. Dans ces 20 couleurs, il faut donc que vous choisissiez celle que vous préférez. Peut-être que ce n'est pas l'idéal et que vous avez une autre opinion, mais il faut vous rendre aux urnes et choisir parmi les choix proposés. »

À Téhéran deux listes réformatrices ont finalement été présentées. Dans un premier temps, les candidats ont menacé de boycotter les élections. Deux autres pourraient encore être déclarées d'ici vendredi, jour du vote.

À lire aussi : L'Iran commémore le 41e anniversaire de la victoire de la révolution islamique

Législatives en Iran : faible participation malgré un scrutin prolongé .
En Iran, la journée électorale s'est achevée vendredi avec une faible participation malgré les multiples reports de la fermeture des bureaux de vote, afin de permettre à un maximum d'électeurs de voter jusque tard dans la nuit. À 18 h (heure locale), la participation était au plus bas depuis 40 ans. Les bureaux de vote en Iran ont fermé officiellement à minuit au lieu de 18 h, comme initialement prévu, vendredi 21 février. Le scrutin a été prolongé pas moins de cinq fois, par tranches de deux heures, puis une heure et enfin 30 minutes afin de permettre une participation maximale pour ces législatives.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!