•   
  •   

Monde Londres accuse les Européens de tarder à s'engager dans les négociations post-Brexit

19:00  23 février  2020
19:00  23 février  2020 Source:   fr.reuters.com

Brexit : Londres refusera que l'Union Européenne lui impose ses règles

  Brexit : Londres refusera que l'Union Européenne lui impose ses règles Le gouvernement britannique n'acceptera pas que l'UE lui impose ses choix en matière d'environnement, de droit du travail ou d'aides d'État.

La négociation de la relation future entre Londres et Bruxelles ne devrait démarrer que début mars mais la guerre des PowerPoint fait déjà rage entre les Les Européens redoutent qu’après le Brexit , le Royaume-Uni abaisse volontairement ses standards en matière environnementale, fiscale, de droit

Du reste, le Brexit continue de faire enrager les élites européennes , dirigeants politiques comme économistes «mainstream». Bref, le mercato européen des PDG haut de gamme pourrait bouder la malheureuse Albion… Quelle terrible menace ! Il reste désormais à attendre le 8 juin pour voir dans

GB-UNION:Londres accuse les Européens de tarder à s'engager dans les négociations post-Brexit

LONDRES ACCUSE LES EUROPÉENS DE TARDER À S'ENGAGER DANS LES NÉGOCIATIONS POST-BREXIT © Reuters/FRANCOIS LENOIR LONDRES ACCUSE LES EUROPÉENS DE TARDER À S'ENGAGER DANS LES NÉGOCIATIONS POST-BREXIT

LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique a reproché dimanche à l'Union européenne de traîner dans l'adoption du mandat que Bruxelles confiera à Michel Barnier pour négocier avec Londres leurs futures relations.

Le Royaume-Uni est sorti de l'Union européenne le 31 janvier dernier, mais le Brexit reste pour le moment essentiellement formel. Il a ouvert une période de transition courant jusqu'à la fin de l'année qui doit permettre aux deux parties de s'accorder sur les conditions de leurs futures relations, notamment commerciales.

Brexit: Londres refusera que l'UE lui impose ses règles, prévient le négociateur britannique

  Brexit: Londres refusera que l'UE lui impose ses règles, prévient le négociateur britannique David Frost entend notamment négocier un accord de libre-échange « d’égal à égal » © Francisco Seco/AP/SIPA Le négociateur britannique sur le Brexit, David Frost, le 16 octobre 2019. NEGOCIATIONS - David Frost entend notamment négocier un accord de libre-échange « d’égal à égal » Le message est passé. Le Royaume-Uni entend négocier avec Bruxelles un accord de libre-échange « d’égal à égal » et n’acceptera pas que l’Union européenne contrevienne à sa liberté de fixer ses propres règles, a prévenu lundi le négociateur britannique sur le Brexit, David Frost.

d’Etat et de gouvernement de l’Union, jeudi 15 octobre, à Bruxelles. Le premier ministre David Cameron était cependant très attendu par ses pairs, qui Pour l’instant, Londres et Bruxelles donnent l’impression de danser le tango à contretemps. Le premier ministre britannique n’a pas encore remis

Travaux à Londres . Une note envoyée aux ministres britanniques par un émissaire de la City dans le cadre des négociations du Brexit évoque l'«entreprise Le mémo qu'il a rédigé affirme par ailleurs que tous les Etats européens ne partageraient pas la volonté affichée par Paris de rompre avec

"Les ministres sont unis derrière l'approche choisie par notre gouvernement pour ces négociations", déclarent les services de Boris Johnson dans un communiqué.

"C'est en contraste avec le processus de l'UE visant à s'entendre sur un mandat (de négociation), qui semble jusqu'à présent paralysé par l'indécision et le report du fait des intérêts divergents de différents Etats membres", poursuit le 10, Downing Street.

La Commission européenne a pourtant déjà proposé aux Vingt-Sept un mandat de négociation, qui pourrait être signé ce mardi par les Etats membres.

Si ce calendrier est respecté, les négociations sur l'après-transition pourraient commencer début mars.

Mais de nombreux responsables européens, dont la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, doutent que Londres et Bruxelles pourront s'entendre sur tous les sujets d'ici la fin de l'année.

"Il n'est pas sûr qu'on aura un accord global d'ici la fin de l'année", a souligné samedi soir Emmanuel Macron.

"Ça va se durcir car ils (les Britanniques) seront très durs... Boris Johnson a une carte en main, c'est la pêche. Et avec ça, ils vont essayer d'obtenir l'accès au marché (unique européen)", a dit le président français à des représentants de la filière de la pêche au 57e Salon international de l'agriculture à Paris.

(William James et Stephen Addison; version française Henri-Pierre André)

Fraîchement divorcés, Londres et l'UE reprennent les négociations .
Une centaine de représentants britanniques sont attendus à Bruxelles pour un premier cycle de discussions avec l'exécutif européen qui doit durer jusqu'à jeudi.Les négociations promettent d'être tendues.Ils ouvrent donc ce lundi un premier cycle de discussions qui s'annoncent tendues sur les contours de leur relation post-Brexit. Une centaine de représentants britanniques sont attendus à Bruxelles pour un premier cycle de discussions avec l'exécutif européen qui doit durer jusqu'à jeudi. Un deuxième cycle de négociations suivra à Londres dans le courant du mois, et des réunions régulières devraient ensuite avoir lieu à deux ou trois semaines d'intervalle.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!