•   
  •   

Monde Coronavirus : aux Pays-Bas, le "confinement intelligent" a remplacé "l'immunité collective"

18:20  05 avril  2020
18:20  05 avril  2020 Source:   lejdd.fr

L'armée va se déployer en Israël pour faire respecter le confinement

  L'armée va se déployer en Israël pour faire respecter le confinement L'armée va se déployer en Israël pour faire respecter le confinement © Reuters/RONEN ZVULUN L'ARMÉE VA SE DÉPLOYER EN ISRAËL POUR TEL AVIV (Reuters) - L'armée israélienne va se déployer pour aider la police à faire respecter les mesures de confinement partiel prises dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus, a annoncé vendredi l'état-major. Quelque 500 soldats des Forces de défense israéliennes renforceront à compter de dimanche les patrouilles de police et les barrages mis en place pour réduire les déplacements et éviter les rassemblements.

Les Pays - Bas et la Suède ont adopté une stratégie qui fait débat au sein de l’Union européenne, mais les deux gouvernements ne semblent pas prêts à “Un confinement intelligent ” possible grâce à la “confiance” et à la grande discipline des Néerlandais, qui pratiquent finalement le confinement sans

REPORTAGE - Les Pays-Bas ont renoncé à la stratégie de l'immunité collective face à l'accélération de la crise sanitaire. Le gouvernement s'adapte, sans confiner strictement sa population, et les médecins tiennent un discours de vérité.  © AFP

REPORTAGE - Les Pays-Bas ont renoncé à la stratégie de l'immunité collective face à l'accélération de la crise sanitaire. Le gouvernement s'adapte, sans confiner strictement sa population, et les médecins tiennent un discours de vérité.

REPORTAGE - Les Pays-Bas ont renoncé à la stratégie de l'immunité collective face à l'accélération de la crise sanitaire. Le gouvernement s'adapte, sans confiner strictement sa population, et les médecins tiennent un discours de vérité.

Les images d'enfants décédés par centaines à cause du paludisme ont immédiatement refait surface. Le Dr Lamiek Westerhof a travaillé six ans en Tanzanie comme médecin épidémiologiste. Elle sait. Du moins, elle croyait savoir. Mais l'épidémie de Covid-19 l'a prise de court. Jamais elle n'aurait imaginé vivre une pandémie ici, aux Pays-Bas, chez elle, à Assen, dans le nord du pays. "Je suis plus inquiète que lorsque je pratiquais en Afrique, souligne la spécialiste, qui ne porte pas de masque mais a suivi tous les autres protocoles de sécurité afin d'empêcher tout contact. Il y a un facteur émotionnel qui n'existait pas forcément en Afrique, une distanciation compliquée à mettre en place en Occident. Nous vivons dans un pays riche et développé. Il y a quelque chose d'irrationnel, de l'ordre de l'impensable qui nous empêche presque d'appréhender à sa juste mesure cette crise sans précédent."

Coronavirus: 812 décès supplémentaires en Espagne, qui compte plus de cas confirmés que la Chine

  Coronavirus: 812 décès supplémentaires en Espagne, qui compte plus de cas confirmés que la Chine Coronavirus: 812 décès supplémentaires en Espagne, qui compte plus de cas confirmés que la Chine © Reuters/Susana Vera CORONAVIRUS: 812 DÉCÈS SUPPLÉMENTAIRES EN ESPAGNE MADRID (Reuters) - L'Espagne a enregistré au cours des dernières 24 heures 812 décès supplémentaires dus au coronavirus, soit une augmentation des cas mortels de l'ordre de 12%, un rythme inférieur aux jours précédents, a annoncé lundi le ministère de la Santé. Le deuxième pays européen le plus touché par la pandémie déplore désormais 7.340 décès provoqués par le SARS-CoV-2.

Le Premier ministre ne mise plus sur l'immunité collective mais le "confinement intelligent"

Sa ville, Assen, située à deux heures de route d'Amsterdam, attend la déferlante. Celle qui s'est déjà abattue sur le Brabant, la première région contaminée, dans le sud du pays, là où les hôpitaux et autres entités médicales ont été débordés début mars, lors des deux semaines du fameux carnaval. Le Dr Westerhof se serait presque laissée aller quelques instants. Mais elle se reprend très vite. "Nous disposons d'une cellule de crise activée en cas d'accident ­majeur, d'­attentat ou d'épidémie. Passé le premier moment de sidération, nous l'avons tout de suite actionnée."

 
"

L'opinion publique n'a pas du tout été réceptive à l'idée de l'immunité collective

Coronavirus: à New Delhi, le confinement fait chuter la pollution

  Coronavirus: à New Delhi, le confinement fait chuter la pollution L’un des aspects positifs de l’arrêt de l’économie mondiale est la chute de la pollution. Celle-ci est particulièrement impressionnante à New Delhi, capitale la plus polluée du monde, qui a vu son taux de particules fines atteindre des niveaux historiquement bas depuis le confinement du pays il y a une semaine. Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis Dans New Delhi, le chant des oiseaux et des écureuils a remplacé le bruit de voitures et des moto taxis. Et le voile grisâtre a disparu du ciel, se réjouit Jyoti Pande Lavakare, fondatrice de l’ONG anti pollution Care for Air. « Je n’ai jamais vu un ciel aussi bleu à New Delhi.

"

Aux Pays-Bas, le premier cas de Covid-19 a été signalé le 27 ­février à Tilbourg. Pour conjurer le virus, le gouvernement a d'abord flirté avec l'idée d'"immunité collective", partant du principe qu'une fois une partie suffisante de la population atteinte par l'agent infectieux ce coronavirus cesserait de se propager. Les pays limitrophes, Belgique en tête, ont protesté. Dans le pays aussi, la grogne monte. "L'opinion publique n'a pas du tout été réceptive", affirme Lisa Dupuy, journaliste au quotidien néerlandais NRC Handelsblad. Mi-mars, le Premier ministre, Mark Rutte, est contraint de rétropédaler. Il opte pour le "confinement intelligent". Comprendre : un appel à l'autodiscipline afin d'éviter un confinement strict de type chinois, italien ou français.

Gestes barrière et fabrication de masques

À Assen encore épargnée, le résultat se mesure à l'œil nu. La ville vit désormais au rythme des consignes nationales et des gestes barrière. Quelques magasins de vêtements sont encore ouverts, des supérettes aussi. Mais le marquage au sol pousse chacun à garder ses distances. D'ailleurs, tout contrevenant aux règles est mis à la porte. Un fleuriste avoue n'avoir jamais autant vendu de fleurs.

Pour Bolsonaro, le Brésil ne peut pas passer plusieurs mois en confinement

  Pour Bolsonaro, le Brésil ne peut pas passer plusieurs mois en confinement Pour Bolsonaro, le Brésil ne peut pas passer plusieurs mois en confinement © Reuters/ADRIANO MACHADO LE BRÉSIL NE PEUT PAS PASSER , DIT BOLSONARO BRASILIA (Reuters) - Le président brésilien Jair Bolsonaro a affirmé vendredi que la société brésilienne serait incapable de tenir deux ou trois mois en confinement pour combattre le coronavirus. "Vous connaissez ma position: cela débouchera sur du chômage de masse", a-t-il dit à ses partisans rassemblés devant la résidence présidentielle de Brasilia.

"Nous avons appris beaucoup de ce qui s'est passé dans le Brabant, nous nous sommes préparés." Ici, la phrase est devenue une sorte de mantra. À l'hôpital, les consignes ont été revues. En entrant dans l'établissement, il faut accomplir tous les gestes barrière qui depuis des semaines se répètent un peu partout dans le monde. S'y ajoute une prise de température. Une fois à l'intérieur du bâtiment principal, le port du masque n'est pas obligatoire, mais la distance entre les personnes est maintenue.

La salle du restaurant située au rez-de-chaussée a été ­reconvertie en atelier de couture. Des employés y fabriquent des masques qu'ils distribuent ensuite au personnel soignant, mais aussi à tous ceux qui en ont besoin dans la région. Au premier étage, l'accueil est presque normal. Thé, café, mais la chargée de communication montre quelques signes d'inquiétude et ne lâche pas du regard les trois praticiens qui s'expriment. Le message est clair : "Nous sommes prêts."

Un pic prévu pour début mai

Prêts à quoi, exactement? Les Pays-Bas abritent 17 millions d'habitants et ne possédaient qu'une capacité de 1.200 lits en réanimation avant l'arrivée de la pandémie. Les autorités sont parvenues à les doubler ces dernières semaines. Une immense tente a ainsi été montée, qui jouxte l'hôpital d'Assen et accueille les malades les plus graves en soins intensifs. On se croirait dans un film de science-fiction. Alors que le pays compte 1.651 morts et 16.627 cas recensés, les ­médecins de la ville ont prévu un pic de l'épidémie pour début mai.

Coronavirus: Près de 1.000 cas de plus en Russie en l'espace de 24 heures

  Coronavirus: Près de 1.000 cas de plus en Russie en l'espace de 24 heures Coronavirus: Près de 1.000 cas de plus en Russie en l'espace de 24 heuresMOSCOU (Reuters) - Près de 1.000 cas de coronavirus supplémentaires ont été recensés en Russie en l'espace de 24 heures pour atteindre un total de 6.343, a annoncé lundi le centre de gestion des crises russe, qui fait état de 47 décès à ce jour dans le pays.

 
"

Tout le monde ne survivra pas au Covid-19

"

Que faire si l'affaire prend alors des proportions à l'italienne ou à la française? "Nous ferons avec ce que nous avons, affirme le réanimateur Servet Duran. Nous avons pour habitude de toujours dire la vérité aux malades et à leur famille." ­Suzanne Kruizinga, membre du conseil d'administration de l'hôpital, ajoute : "Un programme a été mis en place pour préparer les plus âgés à choisir en cas d'infection grave : rester chez soi ou venir en unité intensive." "Là encore, c'est dans un souci de transparence et d'efficacité, enchaîne Harald Faber, du service réanimation. Tout le monde ne survivra pas au Covid-19."

"Pour l'instant", les malades ne meurent pas seuls

Réalisme doublé d'un zeste d'humanité. "Pour l'instant, nous sommes encore en mesure d'autoriser un membre de la famille à assister au départ de l'un des siens, poursuit le médecin. Pas un malade ne meurt seul." Une différence culturelle majeure d'autant plus facile à promouvoir qu'Assen n'a pas encore vu les gens contaminés affluer et engorger le centre hospitalier.

Dans la région du Brabant, à Breda, on comprend le calme ­d'Assen. "Ils n'ont encore rien vu, souligne le maire, Paul Delpla. C'est aussi une région beaucoup moins peuplée que la nôtre. Et ils ont raison : ils bénéficient de ce qui s'est passé chez nous et de la mise en place des mesures de sécurité prises dans la foulée." Breda affichait vendredi une légère baisse des malades en réanimation. "Les Néerlandais ont compris les mesures, assure encore le maire. Enfermer pendant quatre semaines des enfants ou des jeunes gens de 18 ou 20 ans, ça n'a rien de naturel, mais tout le monde s'y plie." Une crainte : le week-end devrait être très beau. Le gouvernement, ­inquiet, martèle cette consigne : "Pas question de ­sortir à plus de trois!" Par sécurité, il a aussi augmenté la présence policière sur tout le territoire. Parce que le confinement intelligent a, lui aussi, ses limites.

Coronavirus : Wuhan, la vie après le confinement

  Coronavirus : Wuhan, la vie après le confinement Le foyer de la pandémie de coronavirus reprend doucement vie, après deux mois de confinement © 20 Minutes Coronavirus: Wuhan, la vie après le confinement CONFINEMENT - Le foyer de la pandémie de coronavirus reprend doucement vie, Deux mois après s’être confinée, Wuhan, point de départ de la pandémie de coronavirus, semble reprendre son souffle doucement.


AUSSI SUR MSN : Coronavirus: «Nous devons retourner au travail» affirme Donald Trump

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Coronavirus : pas de déconfinement possible sans système de tests massifs et d'isolement, estime l'Inserm .
"La levée du confinement sans stratégie de sortie entraînerait une deuxième vague écrasant largement le système de santé", estime une étude de l'Inserm mise en ligne dimanche. Elle laisse par ailleurs entendre que le déconfinement ne pourrait pas intervenir avant fin mai ou juin. Le déconfinement provoquerait une nouvelle vague épidémique si n'était pas mis en place un système de tests massifs et d'isolement des personnes infectées, selon une étude réalisée notamment par l'Inserm. Elle laisse par ailleurs entendre qu'il ne pourrait pas intervenir avant fin mai ou courant juin.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 13
C'est intéressant!