•   
  •   

Monde Au Sahel, la guerre fait rage entre Al-Qaeda et l'EI

16:55  21 mai  2020
16:55  21 mai  2020 Source:   liberation.fr

Meghan Markle et Harry ont-ils fait passer un message secret avec la couverture de leur biographie ?

  Meghan Markle et Harry ont-ils fait passer un message secret avec la couverture de leur biographie ? Doit-on voir un message dans la couverture de la biographie à paraitre sur Meghan Markle et le prince Harry. Selon Roberto Fiorito, expert de la famille royale, c'est évident. Il l'explique dans son podcast dont les propos sont rapportés dans le Daily Star. C'est le livre qui fait trembler la famille royale et excite les afficionados des Sussex. « Trouver la liberté, Harry et Meghan : la création d'une famille royale moderne ( Finding Freedom, Harry and Meghan and the making of a modern royal family en anglais) » ne doit sortir que le 11 août prochain que déjà, l'ouvrage signé des auteurs Omid Scobie et Carolyn Durand fait parler.

Des réfugiés du centre du Mali à Bamako, le 29 avril. © MICHELE CATTANI Des réfugiés du centre du Mali à Bamako, le 29 avril.

Depuis le début de l'année, les deux principales branches du jihad au Mali, l'Etat islamique au Grand Sahara et le Jnim, se livrent une bataille fratricide.

Cette fois-ci, l’affrontement se déroule à bas bruit. Pas de vidéos triomphalistes ni de communiqués à en-tête. Depuis plusieurs mois, les deux branches principales du jihad au Mali, l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (ou Jnim, selon son acronyme arabe), se livrent pourtant une bataille mortelle dans les sables du nord et du centre du pays. Cette lutte fratricide aurait déjà fait plus de 250 morts parmi les combattants des deux camps, selon un décompte de l’ONG Armed Conflict Location & Event Data (Acled).

Tunisie : Hamdi Nagguez remis en liberté

  Tunisie : Hamdi Nagguez remis en liberté Détenu depuis deux semaines suite à une altercation avec un agent des forces de l’ordre, le défenseur international tunisien Hamdi Nagguez va être remis en liberté. © Fournis par Mercato 365 FOOTBALL : Tunisie vs Algerie- Coupe d Afrique des Nations - 19/01/2017 Hamdi Nagguez va sortir de prison. Détenu depuis deux semaines, le latéral droit international tunisien avait été condamné à quatre mois de prison ferme pour « atteinte à un fonctionnaire public ». En plein confinement, le joueur du FK Suduva en Lituanie avait eu une altercation avec un agent des forces de l’ordre, dans la ville de Msaken.

Ils sont les héritiers de l’occupation jihadiste des villes du septentrion malien, en 2012. Tandis qu’une partie des islamistes chassés par l’opération française Serval ont reconstitué leurs forces et se sont regroupés sous la bannière du Jnim, prêtant allégeance à Al-Qaeda en 2017, une autre a rejoint formellement l’Etat islamique la même année. La filiale d’Al-Qaeda est dirigée par le Touareg malien Iyad ag-Ghaly, leader du groupe Ansar ed-Dine, qui régnait sur Kidal pendant l’occupation ; la franchise de l’EI par Adnane Abou Walid al-Sahraoui et Abdoul Hakim al-Sahraoui, originaires du Sahara-Occidental, ex-membres du Mujao, qui contrôlait la ville de Gao.

Ni les militaires maliens, ni les 5 100 soldats français de l’opération Barkhane (qui a succédé à Serval), ni les 13 000 casques bleus de la Mission des Nations unies n’ont pu empêcher les deux groupes de recruter massivement et d’étendre leur influence au nord puis au centre du Mali, et jusqu’au Burkina Faso et au Niger voisins.

Barr rejette l'affirmation de Trump selon laquelle l'enquête sur la Russie était un complot d'Obama

 Barr rejette l'affirmation de Trump selon laquelle l'enquête sur la Russie était un complot d'Obama WASHINGTON - Le procureur général William P. Barr a rejeté les tentatives du président Trump de renommer l'enquête sur la Russie comme un complot criminel conçu par l'ancien président Barack Obama, affirmant lundi qu'il ne s'attendait pas à ce qu'aucun des accusations contre M. Obama ou l'ancien vice-président Joseph R. Biden Jr. à la suite d'une enquête sur la façon dont leur administration a géré l'ingérence électorale russe.

L’une des composantes les plus puissantes du Jnim est la katiba Macina, avec à sa tête le prédicateur peul Hamadou Kouffa, maître de la zone du delta central du fleuve Niger. Elle a connu plusieurs défections, en fin d’année dernière, au profit de l’EIGS. La branche locale de l’Etat islamique, implantée dans la région voisine du Liptako-Gourma, dite des «trois frontières», a attiré des mécontents de la gouvernance d’Hamadou Kouffa. «D’abord, certains jihadistes étaient frustrés des règles du partage des butins de guerre en vigueur dans la katiba Macina. Kouffa s’approprie tout et distribue ensuite en fonction des besoins, tandis que l’EIGS applique automatiquement une répartition entre les chefs et les combattants, explique un bon connaisseur de la région. Ensuite, il y a une discorde sur la question des droits de pâturage.»

Habitants déplacés

Des deux côtés, une grande partie des combattants sont issus de la communauté peule, un peuple de bergers. «Depuis des siècles, dans le delta central, les éleveurs extérieurs paient une taxe aux Dioros, les maîtres de la terre, pour avoir accès aux bourgoutières [riches en plantes fourragères, ndlr] de la zone inondée, explique un habitant. Alors que Kouffa respecte ce système traditionnel, l’EIGS dit que la terre n’appartient qu’à Dieu et refuse ce versement. Beaucoup de Peuls nomades ont été sensibles à cet argument.» En janvier, les premiers incidents ont été signalés. Il s’agissait de règlements de compte isolés visant les transfuges. Mais depuis la fin mars, les deux organisations s’affrontent «en face-à-face». La première bataille, remportée par la katiba Macina, a eu lieu près de la ville de Dialloubé.

Un homme sommé de porter un masque aurait tiré sur le cuisinier de Waffle House

 Un homme sommé de porter un masque aurait tiré sur le cuisinier de Waffle House AURORA, Colorado (KKTV) - Un client d'Aurora Waffle House aurait agressé puis abattu un cuisinier - le tout portant un masque. © Fourni par Colorado Springs-Pueblo KKTV Kelvin Watson (encart) et la Waffle House sur East Mississippi Avenue à Aurora où le tournage aurait eu lieu tôt le matin du 15. Le suspect était dans le restaurant le matin du 14 mai et aurait explosé de rage lorsqu'on lui aurait dit de mettre un masque.

«Après avoir chassé l’EIGS du delta central, les hommes du Jnim ont poursuivi leurs attaques plus à l’est, dans la zone du Gourma. Ils harcèlent les combattants de l’Etat islamique jusqu’à la frontière du Burkina», précise ce même habitant. «Le Jnim a pris le dessus, en particulier dans le Macina. Dans le Gourma, la situation est plus difficile à déchiffrer, même si le Jnim semble aussi avoir l’avantage, juge Héni Nsaïbia, chercheur à Acled. En même temps, les forces françaises de l’opération Barkhane ont maintenu une pression intense contre l’EIGS dans le Liptako-Gourma, en particulier dans la province d’Oudalan, au Burkina Faso, et dans la région de Ménaka au Mali.»

Même s’ils se déroulent en brousse, loin des habitations, les combats ont déplacé des milliers d’habitants ruraux, venus chercher refuge dans les villes moyennes. «Il n’y a plus aucun homme jeune dans les villages. Ils ont été recrutés, ou bien ils ont fui pour ne pas l’être», affirme un témoin. «Dans certains villages du delta, le retour de la katiba Macina a été vécu comme un soulagement, raconte Boubacar Ba, du Centre d’analyse sur la gouvernance et la sécurité du Sahel. L’EIGS, plus radical, faisait régner une terreur noire. Ils ne font quasiment aucun compromis avec les autorités locales, qu’elles soient traditionnelles ou officielles.»

Au Sahel, la guerre fait rage entre Al-Qaeda et l'EI

  Au Sahel, la guerre fait rage entre Al-Qaeda et l'EI Depuis le début de l'année, les deux principales branches du jihad au Mali, l'Etat islamique au Grand Sahara et le Jnim, se livrent une bataille fratricide. Cette fois-ci, l’affrontement se déroule à bas bruit. Pas de vidéos triomphalistes ni de communiqués à en-tête. Depuis plusieurs mois, les deux branches principales du jihad au Mali, l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (ou Jnim, selon son acronyme arabe), se livrent pourtant une bataille mortelle dans les sables du nord et du centre du pays.

«Fin de l’exception sahélienne»

Dans une édition de son hebdomadaire en ligne Al-Nada, publiée au début du mois de mai, l’Etat islamique a reconnu qu’une «guerre» faisait rage entre les deux organisations, citant six batailles ayant mobilisé à chaque fois des dizaines de véhicules. «L’EIGS a subi une pression institutionnelle de la part de l’Etat islamique central, l’invitant à rompre ses liens avec Al-Qaeda, un ennemi contre lequel l’Etat islamique a mené des batailles destructrices dans d’autres zones de conflit, explique Héni Nsaïbia. D’où la fin de l’exception sahélienne, qui les voyait jusque-là coexister, coopérer et se coordonner à divers degrés face à leurs adversaires communs.» Depuis la fin de l’année dernière, l’EIGS est officiellement rattaché à l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest, né d’une puissante faction de Boko Haram dans le bassin du lac Tchad.

En ce qui concerne le Mali, les propagandistes de l’EI évoquent la «traîtrise» du Jnim, qui a déclenché les hostilités «en pleine croisade» contre la France et ses alliés. Ils accusent Hamadou Kouffa et Iyad ag-Ghaly de collaborer avec les autorités maliennes «apostates» (en janvier, le président Ibrahim Boubacar Keita a annoncé sonder les possibilités de discussions avec le Jnim) et avec des mouvements «idolâtres» et «tribaux» (les groupes rebelles touaregs). Une critique récurrente au niveau international dans la bouche de l’Etat islamique. Notamment en Afghanistan, où l’organisation reproche de la même façon aux talibans leurs négociations avec Washington et Kaboul.

Rama X furieux : le roi de Thaïlande sous le feu des critiques pour son séjour en Allemagne .
Rama X n'en finit plus de faire polémique. Le roi de Thaïlande, installé dans un luxueux hôtel allemand depuis le début du confinement, est vivement critiqué en Allemagne. Une situation qui l'a rendu fou furieux.La polémique est même montée jusqu'à la sphère politique allemande, notamment Katharina Schulze, leader du parti écologiste au Parlement de Bavière. "Ces privilèges pour un monarque, qui sont refusés aux gens ordinaires, nécessitent une explication", a-t-elle notamment déclaré. La colère est également populaire : des militants thaïlandais et allemands ont manifesté devant son hôtel, tandis que des marches de protestation ont eu lieu à Berlin.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 6
C'est intéressant!