•   
  •   

Monde GB: la pression monte autour d'un conseiller accusé d'avoir enfreint le confinement

14:51  24 mai  2020
14:51  24 mai  2020 Source:   msn.com

Royaume-Uni : un proche conseiller de Johnson aurait enfreint le confinement

  Royaume-Uni : un proche conseiller de Johnson aurait enfreint le confinement Selon deux quotidiens britanniques, Dominic Cummings se serait rendu chez ses parents alors qu'il présentait des symptômes du Covid-19.Lire aussi Au Royaume-Uni, un déconfinement « light »

Mais la pression montait samedi autour du premier ministre britannique. Par Le Figaro avec AFP. Dominic Cummings derrière Boris Johnson DANIEL Contestant toute violation des règles, un porte-parole de Downing Street a affirmé que le conseiller avait agi ainsi car il avait besoin d'aide pour la

britannique a pris la défense samedi d ' un proche conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings, accusé d ' avoir enfreint les règles du confinement Car celle-ci a confirmé avoir été informée le 31 mars, et a indiqué avoir procédé à un rappel des règles en application des recommandations

Le conseiller de Downing Street Dominic Cummings, devant son domicile londonien le 23 mai 2020 © DANIEL LEAL-OLIVAS Le conseiller de Downing Street Dominic Cummings, devant son domicile londonien le 23 mai 2020

La pression s'intensifie dimanche au Royaume-Uni pour exiger le départ d'un proche conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings, visé par de nouvelles accusations de non-respect du confinement instauré pour lutter contre le nouveau coronavirus.

Après avoir justifié le choix de ce conseiller puissant et controversé de se rendre fin mars chez ses parents à Durham (400 km au nord-est de Londres), alors qu'il craignait d'être atteint du Covid-19, Downing Street a dû faire face à de nouvelles révélations.

GB: la pression monte autour d'un conseiller accusé d'avoir enfreint le confinement

  GB: la pression monte autour d'un conseiller accusé d'avoir enfreint le confinement La pression s'intensifie dimanche au Royaume-Uni pour exiger le départ d'un proche conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings, visé par de nouvelles accusations de non-respect du confinement instauré pour lutter contre le nouveau coronavirus.Après avoir justifié le choix de ce conseiller puissant et controversé de se rendre fin mars chez ses parents à Durham (400 km au nord-est de Londres), alors qu'il craignait d'être atteint du Covid-19, Downing Street a dû faire face à de nouvelles révélations.

Google peut avoir un contrat de licence avec certains de ces éditeurs, mais cela n'a aucun impact sur le classement des résultats. Boris Johnson sous pression pour virer un conseiller soupçonné d ’ avoir enfreint le confinement . La pression monte autour du Premier ministre britannique Boris

Le conseiller de Johnson, Dominic Cummings, aurait enfreint les règles du confinement , selon deux journaux britanniques. Le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson est sous pression , samedi 23 mai, après des révélations concernant l'un de ses conseillers , le controversé Dominic

Selon le Guardian et le Daily Mirror, Dominic Cummings, 48 ans, a également été vu à Durham le 19 avril (BIEN: 19 avril), cinq jours après son retour à Londres pour se remettre au travail après sa guérison.

"Nous ne perdrons pas notre temps à répondre à un flot de fausses allégations à propos de M. Cummings provenant de journaux militants", a rétorqué samedi soir Downing Street.

Selon les deux quotidiens, Dominic Cummings a également été vu le 12 avril, le dimanche de Pâques, à Barnard Castle, à une cinquantaine de kilomètres de Durham.

Interrogé dimanche matin sur la BBC, le ministre des Transports Grant Shapps a déclaré que Dominic Cummings ne démissionnerait pas. La veille, il avait assuré que le conseiller conservait l'"entier soutien" du Premier ministre Boris Johnson.

Royaume-Uni : Boris Johnson défend Cummings et présente la suite du déconfinement

  Royaume-Uni : Boris Johnson défend Cummings et présente la suite du déconfinement Le Premier ministre Britannique Boris Johnson a apporté dimanche un soutien sans failles à son conseiller spécial Dominic Cummings, dans la tourmente pour avoir quitté Londres en plein confinement. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a apporté dimanche 24 mai son soutien à son conseiller spécial Dominic Cummings, accusé de n'avoir pas respecté les règles du confinement imposé pour lutter contre le nouveau coronavirus. Lors de la même conférence de presse, il a expliqué les modalités de réouverture des écoles.

Le confinement aurait permis, selon une étude citée par le Premier ministre, d'éviter 62 000 morts du coronavirus. Fixée au 11 mai, la date de fin des règles Il a aussi laissé la porte ouverte à un nouveau prolongement du confinement si la situation s'aggravait d'ici le 11 mai. Le ministre de l'Intérieur

Saluant les efforts déployés en cette période d'épidémie, le Président Emmanuel Macron a pourtant souligné qu'elle n'était pas encore maîtrisée et a annoncé le prolongement du confinement en France jusqu'au lundi 11 mai.

Au Royaume-Uni, deuxième pays dans le monde le plus durement touché par la pandémie avec 36.675 morts --plus de 41.000 en incluant les cas non confirmés--, cette affaire vient embarrasser Boris Johnson, déjà cible de critiques sur sa gestion de la crise.

Cerveau de la campagne en 2016 pour le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, Dominic Cummings est parfois dépeint comme une sorte de mauvais génie du leader conservateur.

- "Certainement pas indispensable" -

L'opposition travailliste a demandé l'ouverture d'une enquête. L'unité affichée chez les conservateurs a commencé à se fissurer au grand jour dimanche matin, lorsque Steve Baker, député influent au sein du parti majoritaire, a estimé que Dominic Cummings devait partir. "Il n'est certainement pas indispensable", a déclaré M. Baker sur la chaîne d'information Sky News, "je pense que c'est la fin du chemin".

Conseiller accusé d'avoir enfreint le confinement : Johnson bien en peine d'éteindre l'incendie

  Conseiller accusé d'avoir enfreint le confinement : Johnson bien en peine d'éteindre l'incendie Boris Johnson, qui a choisi de garder son conseiller spécial Dominic Cummings accusé d'avoir enfreint le confinement contre le coronavirus, n'est pas parvenu à éteindre la polémique et apparaît affaibli avant l'annonce prochaine d'assouplissements des restrictions. L'intervention de Boris Johnson, loin d'avoir clos la polémique, l'a affaibli politiquement, y compris au sein de ses propres troupes. "C'est un cas classique du +faites ce que je dis, pas ce que je fais+", a ainsi estimé l'ancien ministre conservateur Paul Maynard, "ça semble complètement indéfendable, sa position est intenable".

Des poules, des oeufs, des lapins mais aussi des personnages tirés des contes de Perrault, tel ce chat botté de la chocolaterie Puyricard, envahissent Le luxe est une industrie et un commerce qui exigent une bonne dose de passion, mais aussi d ’ avoir les pieds sur terre. On apprécie les étudiants dotés

Déclaration des événements d’exploitation et de sûreté des centrales nucléaires. Dans le réacteur, la fission des atomes d'uranium produit une grande quantité de chaleur. Cette chaleur fait augmenter la température de l'eau qui circule autour du réacteur, à 320 °C. L'eau est maintenue sous pression

Etrillant un Dominic Cummings qui "a l'habitude de croire que les règles ne s'appliquent pas à lui", le député conservateur Damian Collins a quant à lui estimé sur Twitter que le gouvernement se porterait mieux "sans lui".

"Des millions de gens ont mis leurs vies entre parenthèses, ont fait des sacrifices énormes pour obéir aux règles pendant cette période", a souligné une responsable du parti travailliste, Sarah Jones. "Nous avons vu les coeurs brisés de gens qui n'ont pas pu assister aux obsèques de ceux qu'ils aiment", a-t-elle dénoncé sur Sky News.

Dominic Cummings, conseiller du Premier ministre britannique Boris Johnson, devant son domicile londonien, le 23 mai 2020 © DANIEL LEAL-OLIVAS Dominic Cummings, conseiller du Premier ministre britannique Boris Johnson, devant son domicile londonien, le 23 mai 2020

Après les premières révélations, Downing Street avait expliqué que Dominic Cummings s'était rendu chez ses parents car il avait besoin d'aide pour la garde de son fils, alors que sa femme était malade, et qu'il avait séjourné dans un bâtiment séparé de la propriété. Sa soeur laissait les courses à l'extérieur pour la famille.

Aux journalistes venus le questionner devant son domicile londonien samedi matin, Dominic Cummings a affirmé s'être comporté "de manière raisonnable et légale".

Accusé d'avoir enfreint le confinement, Dominic Cummings se défend

  Accusé d'avoir enfreint le confinement, Dominic Cummings se défend Accusé d'avoir enfreint le confinement, le conseiller spécial du Premier ministre britannique Boris Johnson, Dominic Cummings, s'est défendu ce lundi 25 mai lors d'une conférence de presse. Au lendemain d'une intervention de Boris Johnson qui n'est pas parvenu à éteindre la polémique, Dominic Cummings a décidé d'assurer lui-même sa défense. Le conseiller du Premier ministre a répondu point par point aux accusations de non-respect des règles de confinement qui le visent.

Parler de sentiments avec des verbes français ! Le confinement vu par Louis de Funès. 72 kilos. Je voudrais remercier à tous les visiteurs du blog , à tous ceux qui vous êtes abonnés, à tous ceux qui me suivent et à tous les sites qui ont mentionné ce blog, lui ont dédié quelques lignes, un post, un lien.

Des dérogations sur attestation sont possibles dans le cadre de : Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont Déplacements brefs, dans la limite d ' une heure quotidienne et dans un rayon maximal d ' un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité

Avant cette affaire, le Royaume-Uni a connu deux démissions retentissantes pour non-respect du confinement en vigueur depuis le 23 mars. Un influent conseiller scientifique du gouvernement, le Pr Neil Ferguson avait démissionné après avoir reçu chez lui une femme, présentée comme sa maîtresse.

Le conseiller de Downing Street Dominic Cummings devant son domicile londonien, le 23 mai 2020 © DANIEL LEAL-OLIVAS Le conseiller de Downing Street Dominic Cummings devant son domicile londonien, le 23 mai 2020

Début avril, la cheffe des services sanitaires écossais, Catherine Calderwood, a quitté son poste après avoir reconnu s'être rendue à deux reprises dans sa résidence secondaire.

spe/lch

Un membre du gouvernement britannique démissionne après le scandale Cummings .
Douglas Ross, secrétaire d'État pour l'Écosse, déclare son désaccord avec les explications de Dominic Cummings, accusé de n'avoir pas respecté le confinement.Lire aussi Boris Johnson fragilisé par le déconfinement sauvage de son bras droit Dominic Cummings

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 2
C'est intéressant!