•   
  •   

Monde Manifestations aux États-Unis: Donald Trump opte pour la manière forte

06:50  02 juin  2020
06:50  02 juin  2020 Source:   rfi.fr

Donald Trump golfe pendant que les Américains meurent

  Donald Trump golfe pendant que les Américains meurent Près de 100 000 Américains ont déjà succombé au coronavirus… Mais cela n’empêche pas Donald Trump d’aller golfer Si Donald Trump est la cible de nombreuses critiques pour sa mauvaise gestion de la crise du coronavirus, ça ne l’a pas empêché de quitter la Maison Blanche samedi pour jouer au golf. Selon plusieurs sources, cette […]Selon plusieurs sources, cette escapade au Trump National Golf Club de Sterling, en Virginie, serait sa première sur l’un de ses terrains de golf privés depuis début mars. Cependant, on ignore si le président a joué au golf ou non pendant les deux « week-ends de travail » qu’il a passés à Camp David en mai.

La manière forte que semble privilégier Donald Trump n'a - évidemment - pas convaincu tout le monde. Loin de là. Gretchen Whitmer, la gouverneure démocrate de l ' Etat du Michigan déclare dans un communiqué de presse que Donald Trump a été "profondément inquiétant" , ajoutant que ses

Donald Trump avait alors jugé qu’il y avait « des gens très bien » des deux côtés. « Le président Trump aggrave les choses », a déclaré la maire L’émotion a largement dépassé les frontières des Etats - Unis . A Londres, des centaines de personnes ont manifesté dimanche en scandant « Pas de

Washington, le 1er juin 2020. Donald Trump passe devant un mur couvert de graffitis récents, pour se rendre à l'église Saint-John après son allocution à la Maison Blanche sur la crise sociale en cours aux États-Unis. © REUTERS/Tom Brenner Washington, le 1er juin 2020. Donald Trump passe devant un mur couvert de graffitis récents, pour se rendre à l'église Saint-John après son allocution à la Maison Blanche sur la crise sociale en cours aux États-Unis.

Pour sa première prise de parole publique, en direct depuis la Maison Blanche, Donald Trump a fait plusieurs annonces martiales : déploiement de milliers de militaires à Washington, demande aux gouverneurs de « dominer les rues » de leurs États... Alors que l'autopsie officielle de la mort de George Floyd, il y a une semaine, confirme l'homicide et que les manifestations s'étendent à travers le pays, le président américain fait un pas de plus vers l'escalade.

Twitter cache le tweet de Trump pour avoir violé ses règles sur la glorification de la violence

 Twitter cache le tweet de Trump pour avoir violé ses règles sur la glorification de la violence Twitter a caché l'un des tweets de Donald Trump, qui, selon lui, viole ses règles en glorifiant la violence. Plutôt que d'être supprimé, le tweet a été marqué avec un avis et peut toujours être lu s'il est cliqué. © Fourni par CNET Twitter a caché l'un des tweets de Donald Trump. Capture d'écran / Katie Collins "Ce Tweet a enfreint les règles de Twitter sur la glorification de la violence", a déclaré le tag.

TWITTER - Dans un tweet, Donald Trump a annoncé dimanche 31 mai que son administration allait inscrire la mouvance "antifa" (antifasciste) sur sa liste américaine des organisations terroristes, alors que des manifestations continuaient dans plusieurs villes du pays pour la sixième nuit consécutive

Donald Trump , qui a dénoncé à plusieurs reprises un crime «tragique», s'en est pris aux «casseurs». Dans la nuit du 28 au 29 mai, pour la troisième fois, les manifestations ont tourné à l'émeute aux abords du commissariat où travaillaient les quatre membres des forces de l'ordre.

Le président américain Donald Trump a promis lundi de mettre fin « maintenant » aux manifestations violentes qui secouent les principales villes des États-Unis depuis la mort, la semaine dernière, d'un homme afro-américain de 46 ans, George Floyd. L'autopsie officielle a confirmé, lundi 1er juin, un décès  par asphyxie et arrêt cardiaque lors de son interpellation par la police de Minneapolis, un genou du policier sur son cou lui ayant fatalement couper la respiration.

Lors de cette allocution prononcée en direct à 22h30 GMT depuis les jardins de la Maison Blanche, Donald Trump a qualifié les débordements de dimanche 31 mai à Washington de « honte » et les considère comme du « terrorisme intérieur ».

Le président américain a invoqué la loi sur l’insurrection qui lui permet de mobiliser l’armée, précise notre correspondante à New York, Loubna Anaki.

Trump demande un report de la réunion du Groupe des 7 et cherche à l'élargir

 Trump demande un report de la réunion du Groupe des 7 et cherche à l'élargir WASHINGTON (AP) - Le président Donald Trump a déclaré samedi qu'il reporterait une réunion du Groupe des 7 pays jusqu'à l'automne et a appelé à une augmentation de la composition du groupe parce qu'il le considère comme un groupe dépassé qui ne représente pas correctement ce qui se passe dans le monde.

Le président des États - Unis , Donald Trump , a demandé à tous les gouverneurs de déployer la garde nationale « en nombre suffisant pour dominer les rues (Washington) Tiraillé, hésitant, les yeux rivés sur sa base électorale, Donald Trump cherche une réponse face à la colère et aux manifestations

Donald Trump a promis de « stopper la violence collective » et a dénoncé les agissements de « gauchistes radicaux », notamment des « antifas » qu'il dit vouloir placer sur la liste des organisations Difficile de savoir combien se retrouvent effectivement dans les manifestations de ces derniers jours.

« Je mobilise toutes les ressources fédérales, civiles et militaires, pour stopper les émeutes et pillages, destructions et incendies. Et protéger les droits des Américains, y compris le 2ème amendement », a-t-il dit. Il décide l'envoi de renforts militaires et policiers dans les rues de Washington. « Des milliers de soldats lourdement armés », a même appuyé le président américain.

La dernière fois que la loi sur l’insurrection a été utilisée, c’était en 1992 lors des émeutes qui ont suivi la mort de Rodney King. L’armée avait été déployée à la demande du gouverneur de Californie.

Donald Trump s'est également adressé aux maires et gouverneurs pour leur demander de « dominer les rues » de leurs villes et États. « Si une ville ou un État refuse de prendre les mesures qui sont nécessaires pour défendre la vie et les biens de leurs habitants, alors j'enverrai l'armée américaine et résoudrai rapidement le problème pour eux », a-t-il menacé. Un message qui confirme les fuites qui ont eu lieu quelques heures auparavant.

Trump dénonce les gouverneurs comme «faibles», demande instamment la répression des manifestations

 Trump dénonce les gouverneurs comme «faibles», demande instamment la répression des manifestations WASHINGTON (AP) - Le président Donald Trump a tourné en dérision lundi les gouverneurs du pays comme «faibles» et a exigé des mesures de répression plus sévères contre les manifestants au lendemain d'une autre nuit de violentes manifestations dans des dizaines de Villes américaines. © PRESSE ASSOCIÉE Le président Donald Trump s'adresse aux médias à bord de l'Air Force One, samedi 30 mai 2020, à Andrews Air Force Base, Md.

Aux Etats - Unis , les manifestations condamnant les violences policières se poursuivent, l'affaire George Floyd a été le détonateur d'une contestation qui Donald Trump est de plus en plus critiqué pour la manière dont il commente les protestations. Comme l'analyse le chercheur spécialiste des

Le Président des États - Unis , pressé de remettre l’économie en marche et obsédé par sa réélection, les soutient sur Twitter. Etats - Unis : les manifestations anti-confinement se multiplient après les déclarations de Trump - Продолжительность: 1:40 FRANCE 24 141 246 просмотров.

Mais pour l’heure aucun gouverneur n’a réclamé l’intervention de l’armée. Plusieurs d’entre eux ont estimé que cela ne ferait qu’aggraver la situation, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

Tandis que le président s'exprimait, la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants à proximité de la résidence présidentielle. Majoritairement pacifistes durant la journée, les manifestations basculent dans la violence une fois la nuit tombée, donnant lieu à des pillages et des affrontements entre contestataires et forces de l'ordre.

► Lire aussi : Manifestations aux États-Unis: qui sont les «gauchistes radicaux» pointés par Trump?

Donald Trump brandit une Bible

Son allocution achevée, dans un acte au caractère théâtral, Donald Trump a quitté la Maison Blanche pour se rendre, à pied, devant l'église Saint-John, bâtiment emblématique tout proche et qui a été dégradé dimanche soir par un départ de feu en marge d'une manifestation contre le racisme.

Arrivé, Bible en main, devant ce bâtiment emblématique surnommé « l'église des présidents », il a déclaré : « Nous avons un grand pays », et « c'est le plus grand pays du monde. Et nous allons garantir sa sécurité », a-t-il ajouté un peu plus tard, rejoint devant le bâtiment notamment par le ministre de la Justice Bill Barr et par la porte-parole de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany.

Manifestations aux États-Unis: une répétition générale de la présidentielle ?

  Manifestations aux États-Unis: une répétition générale de la présidentielle ? La colère s'étend aux États-Unis, une semaine après la mort de George Floyd, un homme noir, nouvelle victime de violence policière. Il est mort lundi dernier, asphyxié par un policier. Quelles seront les conséquences de cette crise sur l'élection présidentielle du 3 novembre ? Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a accusé ce lundi 1er juin le président américain Donald Trump d'utiliser l'armée «contre les Américains» et du gaz lacrymogène contre des «manifestants pacifiques» pour une opération de communication. C'est peut-être le tournant de la campagne. Le moment où elle se cristallise.

ÉTATS - UNIS - Ni les appels au calme, ni les menaces de Donald Trump d’envoyer l’armée, n’auront suffi à calmer la colère après la mort de George Floyd. Partout les manifestants ont dénoncé les bavures policières qui frappent les Noirs de manière disproportionnée.

À travers les États - Unis , des manifestations ont viré à l’émeute jusqu'aux portes de la Maison Blanche. VOICI - Donald Trump réfugié dans son bunker de la Maison-Blanche pendant les manifestations à Washington.

Une séquence que les photographes ont immortalisée dans un cliché qui plaira sans aucun doute à la base électorale du président.

Les forces de l'ordre avaient auparavant évacué les nombreux manifestants présents sur le site et dans le square Lafayette adjacent.

Ni le renvoi de l'agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n'ont calmé les esprits, bien au contraire: les protestations se sont propagées dans au moins 140 villes américaines. Face aux affrontements mêlant manifestants, casseurs et forces antiémeute, les soldats de la Garde nationale ont été déployés dans plus de deux douzaines de métropoles, dans un climat de tension inédit depuis les années 1960.

L'agent Derek Chauvin, qui a été inculpé d'homicide involontaire, doit comparaître le 8 juin devant un tribunal. Pas de quoi espérer donc une baisse immédiate de la tension ambiante, d'autant que cette même semaine prochaine seront célébrées les obsèques de George Floyd, au Texas.

L'émotion a dépassé les frontières des États-Unis. Des manifestations contre les brutalités policières et le racisme aux Etats-Unis ont aussi eu lieu durant le week-end en Grande-Bretagne, en Allemagne ou au Canada et lundi en Nouvelle-Zélande. Lundi toujours, des milliers de personnes se sont rassemblées à Dublin et Amsterdam.

► Lire aussi : Mort de George Floyd: marche de soutien au mouvement Black Lives Matter à Dublin (reportage)

USA: L'armée face aux manifestations ? Pas nécessaire, dit Trump .
USA: L'armée face aux manifestations ? Pas nécessaire, dit Trump © Reuters/TOM BRENNER USA: L'ARMÉE FACE AUX MANIFESTATIONS ? PAS NÉCESSAIRE, DIT TRUMP WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a dit mercredi penser qu'il ne sera pas nécessaire de déployer l'armée en réponse aux manifestations qui secouent les Etats-Unis depuis la mort la semaine dernière d'un homme afro-américain lors de son interpellation par la police de Minneapolis, dans le Minnesota.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!