•   
  •   

Monde Covid-19 aux États-Unis : pas de meeting de campagne pour le candidat démocrate Joe Biden

04:50  01 juillet  2020
04:50  01 juillet  2020 Source:   france24.com

À Tulsa, Trump retrouve les estrades de campagne mais pas la foule espérée

  À Tulsa, Trump retrouve les estrades de campagne mais pas la foule espérée Ignorant les mises en garde sur le coronavirus, Donald Trump a renoué ce samedi soir 20 juin avec les meetings dont il raffole. Mais la foule attendue à Tulsa pour donner un coup de fouet à une campagne de réélection mal engagée n'était pas au rendez-vous. Près de la moitié des sièges étaient vacants. Tout l’anneau supérieur du stade est resté inoccupé et il restait aussi beaucoup de place juste devant la scène où se retrouvent habituellement ses plus fervents partisans, a constaté notre envoyée spéciale à Tulsa, Anne Corpet. Faute de monde, une partie du programme qui devait se dérouler sur une scène en extérieur a tout simplement été annulée.

Nouveau rebondissement dans cette étrange campagne présidentielle américaine : Joe Biden a annoncé mardi 30 juin qu’il suivrait « les consignes du docteur » et n’organiserait pas de meetings électoraux à cause de la pandémie liée au Covid - 19 , jouant un contraste risqué face à son rival

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a déclaré ce mardi 30 juin qu'il suivrait «les consignes du docteur» et n'organiserait pas de meetings électoraux à RFI n'est pas responsable des contenus provenant de sites Internet externes. Fréquentation certifiée par l'ACPM/OJD.

Joe Biden porte un masque lors d'une conférence de presse le 30 juin 2020 à Wilmington, dans le Delaware. © Kevin Lamarque, Reuters Joe Biden porte un masque lors d'une conférence de presse le 30 juin 2020 à Wilmington, dans le Delaware.

Joe Biden a annoncé mardi qu'il ne tiendrait pas de meeting de campagne pour la présidentielle de novembre à cause de la pandémie de coronavirus. Un contraste risqué face à son rival républicain Donald Trump, qu'il domine pour l'instant dans les sondages.

C'est décidément une campagne pas comme les autres qui se déroule aux États-Unis. Joe Biden a annoncé, mardi 30 juin, qu'il suivrait "les consignes du docteur" et n'organiserait pas de meetings électoraux à cause de la pandémie de Covid-19. "Je vais suivre les consignes du docteur, pas juste pour moi mais pour le pays. Et cela veut dire que je ne vais pas organiser de meetings", a déclaré le candidat démocrate à la Maison Blanche.

Peu de monde au meeting de Trump? La faute aux manifestants, selon son équipe

  Peu de monde au meeting de Trump? La faute aux manifestants, selon son équipe L'équipe de Donald Trump tentait dimanche la contre-offensive après la relance décevante de sa campagne de réélection, attribuant aux manifestants et aux médias la faible affluence à son meeting organisé la veille en pleine pandémie. L'ancien vice-président de Barack Obama n'a pas organisé de meeting depuis début mars, lorsque la pandémie est venue mettre un brusque coup d'arrêt à la campagne électorale américaine. Cela ne l'a pas empêché de prendre le large dans les sondages ces dernières semaines devant Donald Trump. "J'aimerais bien voir un meeting de Biden.

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a déclaré mardi qu’il suivrait « les consignes du docteur » et n’organiserait pas de meetings électoraux à cause de la pandémie de Covid - 19 , contrairement à son rival Donald Trump. « Il s’agit de la campagne la plus étrange de l’histoire

Le premier signalement d'un cas de Covid - 19 aux États - Unis a lieu le 21 janvier 2020, chez un homme qui est revenu le 15 janvier d'une visite familiale à Le président Trump se montre sceptique quant à la dangerosité du virus. Le 10 février, en meeting dans le New Hampshire, il déclare : « En

Il n'a pas précisé s'il parlait de son médecin personnel ou de l'avis des autorités sanitaires plus généralement. Et il n'a pas indiqué si cette décision pourrait changer en cas d'amélioration de la situation d'ici au 3 novembre, jour de l'élection présidentielle.

Brandissant le très lourd bilan américain, la nouvelle poussée de cas de coronavirus dans le sud et l'ouest du pays et l'exacerbation des profondes divisions politiques, l'ancien vice-président de Barack Obama a éreinté la gestion de la pandémie par Donald Trump.

Campagne "étrange"

"Les Américains n'ont pas fait ces énormes sacrifices ces quatre derniers mois (...) pour que vous gâchiez tous ces efforts avec vos tirades et tweets au milieu de la nuit", a déclaré Joe Biden, lors d'un discours dans un lycée de sa ville de Wilmington, dans le Delaware.

Trump en Arizona pour vanter son "mur" sur fond de poussée épidémique

  Trump en Arizona pour vanter son Trump en Arizona pour vanter son "mur" sur fond de poussée épidémique © Reuters/CARLOS BARRIA TRUMP EN ARIZONA POUR VANTER SON "MUR" YUMA, Arizona (Reuters) - Trois jours après son premier meeting de campagne depuis le début de la crise du coronavirus, qui a attiré moins de spectateurs qu'attendus à Tulsa, Donald Trump s'est rendu mardi dans l'Arizona pour vanter la construction du mur à la frontière mexicaine et mobiliser sa base électorale. Il y a quatre ans, le président républicain l'avait emporté de peu dans cet Etat du sud, avec moins de 100.

Après une campagne secouée par les rebondissements, Bernie Sanders a abandonné mercredi 8 avril la course à la Maison Blanche en promettant de travailler avec Joe Biden , désormais vainqueur assuré de la primaire démocrate , qui a appelé au rassemblement pour battre Donald Trump.

Vendredi, nouveau record de cas de COVID - 19 aux États - Unis en une seule journée. Le vice-président Mike Pence insiste : au total (New York) Un collectif de soutien au candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden a annoncé vendredi avoir fait une recrue de choix, Mary Joe

"Ils ne l'ont pas fait pour que vous puissiez ignorer la science et faire d'initiatives responsables comme porter un masque une position politique. Et ils ne l'ont certainement pas fait, monsieur le président, pour que vous puissiez vous en laver les mains et tourner le dos à cette responsabilité", a-t-il lancé.

Confiné pendant de longues semaines chez lui, Joe Biden n'a organisé aucune sortie publique entre le 15 mars et le 25 mai. "Il s'agit de la campagne la plus étrange de l'histoire moderne, me semble-t-il", a-t-il reconnu.

"Hâte" de débattre

Pour l'instant, elle lui réussit : Joe Biden mène Donald Trump de plus de neuf points dans la moyenne des sondages nationaux, mais aussi, point crucial, dans les États clés qui font et défont les élections aux États-Unis en basculant d'un parti à l'autre.

Risquée, cette annonce marque un net contraste avec Donald Trump. Présentée comme un gage de prudence responsable, elle pourrait ainsi renforcer l'image que tente de dresser son rival d'un candidat trop vieux, affaibli, fragile. Affirmant qu'il profite de la pandémie pour "se cacher" chez lui, le président se moque régulièrement de Joe Biden, mettant même en doute ses capacités mentales.

Connu pour ses gaffes et ses envolées parfois confuses, Joe Biden a voulu balayer ces accusations d'une phrase courte : "J'ai vraiment hâte de comparer mes capacités cognitives avec" celles de Donald Trump. Et le démocrate d'affirmer qu'il avait aussi "hâte" de participer aux trois débats prévus à la rentrée.

Avec AFP

Young Turks dit qu'Elizabeth Warren devrait être le choix du vice-président de Biden .
L'hôte de Cenk Uyger, l'hôte de l'émission politique en ligne "The Young Turks", a déclaré que le sénateur Elizabeth Warren (D-Mass.) Est la meilleure chance pour un progressiste de devenir l'ancien vice-président Joe Biden (D) colistier. © Getty Images coronavirus communauté COVID-19 elizabeth warren sénatrice masse donald reed hareng "Pour moi, c'est une évidence en ce qui concerne les progressistes", a-t-il déclaré mardi sur "Rising" de Hill.TV.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!