•   
  •   

Monde Hong Kong: la police ordonne l’arrestation de 6 militants pro-démocratie en exil

17:10  01 août  2020
17:10  01 août  2020 Source:   rfi.fr

La Chine suspend les traités d'extradition de Hong Kong avec l'Australie, le Royaume-Uni et le Canada

 La Chine suspend les traités d'extradition de Hong Kong avec l'Australie, le Royaume-Uni et le Canada La Chine déclare avoir suspendu les traités d'extradition de Hong Kong avec l'Australie, le Canada et le Royaume-Uni en réponse à des décisions similaires prises par ces pays. Les trois pays avaient tous suspendu les traités d'extradition avec Hong Kong ce mois-ci après que Pékin eut imposé une nouvelle loi générale sur la sécurité qui criminalise de nombreuses formes de dissidence politique .

Après le report d'un an des législatives à Hong Kong officiellement à cause du Covid-19, et au grand dam de l'opposition pro - démocratie , la police hong -kongaise a ordonné vendredi 31 juillet l ' arrestation de 6 militants pro -démocrates en exil , notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni.

- La police de Hong Kong a procédé aux premières arrestations en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale de Pékin. Nathan Law, une des figures du camp pro - démocratie , qui a pris le chemin de l’ exil quand la loi est entrée en vigueur, a également dénoncé ces arrestations sur Twitter.

Une couple passe devant une rangée de policiers à Hong Kong, le jour de l'anniversaire de la rétrocession du territoire à la Chine, le 1er juillet 2020. © REUTERS/Tyrone Une couple passe devant une rangée de policiers à Hong Kong, le jour de l'anniversaire de la rétrocession du territoire à la Chine, le 1er juillet 2020.

Après le report d'un an des législatives à Hong Kong officiellement à cause du Covid-19, et au grand dam de l'opposition pro-démocratie, la police hong-kongaise a ordonné vendredi 31 juillet l'arrestation de 6 militants pro-démocrates en exil, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Hong Kong: «Le licenciement de Benny Tai est une revanche politique pour Pékin»

  Hong Kong: «Le licenciement de Benny Tai est une revanche politique pour Pékin» L'annonce du licenciement de l'universitaire Benny Tai, figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, suscitait ce mercredi émoi et colère dans l'ex-colonie britannique. Pour Kenneth Chan, professeur en sciences politiques à l’Université baptiste de Hong Kong, au travers de ces évictions, Pékin entend prendre sa revanche sur les manifestations anti-gouvernementales de l’année dernière. RFI : Après le licenciement de Shiu Ka-chun, un professeur de droit social de votre université lundi, c’est au tour de Benny Tai de perdre son poste.

La police d' Hongkong a procédé samedi 18 avril à une dizaine d'arrestation dans les rangs des militants pro - démocratie , ont rapporté des médias et sources politiques. Parmi les arrestations , figure celle de l'avocat âgé des 81 ans Martin Lee, figure du mouvement pro - démocratie , indique la

"Les Etats-Unis condamnent l ' arrestation d 'activistes pro - démocratie à Hong Kong ", a déclaré le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo. "Pékin et ses représentants à Hong Kong continuent de prendre des mesures incohérentes avec les engagements pris" dans le cadre de la rétrocession de

L'exil et la nationalité étrangère ne nous protègeront pas... C'est le constat amer de Samuel Chu, militant hong-kongais pour la démocratie et citoyen américain. Il a appris vendredi 31 être recherché pour avoir « incité à la sécession et à la collusion avec des puissances étrangères ». Au total, la police hong-kongaise a ordonné vendredi 31 juillet l’arrestation de 6 militants pro-démocratie en exil.

« Si je suis visé, n'importe quel Américain, n'importe quel citoyen de n'importe quel pays qui s'exprime en faveur de Hong Kong, peut l'être et le sera aussi », a-t-il déclaré. C'est la première fois que les autorités hong-kongaises invoquent la compétence extraterritoriale de la nouvelle loi sur la sécurité nationale pour s'en prendre à des militants hors de la région.

Candidats pro-démocratie exclus des élections à Hong Kong, militants arrêtés en vertu de la loi sur la sécurité nationale

 Candidats pro-démocratie exclus des élections à Hong Kong, militants arrêtés en vertu de la loi sur la sécurité nationale Les 12 candidats, qui comprenaient des législateurs en exercice et des dirigeants de l'opposition de premier plan tels que Joshua Wong, ont déclaré qu'ils avaient été disqualifiés pour s'être opposés à la loi de sécurité nationale , ce qui donne à la Chine continentale de vastes pouvoirs à Hong Kong. Les disqualifications sont l’une des façons dont les groupes d’opposition craignent que le gouvernement ne fasse pencher les élections de septembre en faveur de Pékin.

Samedi, la police de Hong Kong a ordonné l ’ arrestation de six activistes pro - démocratie vivant en exil , dont Nathan Law, qui s’est récemment réfugié à Londres. « La police de Hong Kong a officiellement ordonné l ’ arrestation de six fauteurs de troubles qui ont fui à l’étranger

Des centaines de policiers sont intervenus vendredi pour déloger les manifestants pro - démocratie du quartier de Mong Kok, partie continentale de Hong >> À voir sur France 24 : "Les manifestations de Hong Kong en images". Les sites des militants se réduisent comme peau de chagrin, mais les

À (re)lire: Entretien – Report des législatives à Hong Kong: « L'exécutif et Pékin peuvent faire ce qu'ils veulent »

Egalement recherché, Nathan Law, l'un des leaders des manifestations de 2019. Il a récemment fui Hong Kong pour la Grande-Bretagne, tout comme Simon Cheng, un ancien employé du consulat britannique à Hong Kong qui a obtenu l'asile à Londres après s'être plaint de tortures en Chine.

Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, 4 étudiants ont été arrêtés pour incitation à la sécession sur les réseaux sociaux et 12 candidats pro-démocrates ont été disqualifiés pour les législatives qui devait avoir lieu en septembre.

Après le report de ces élections dans un an, l'Allemagne a suspendu son traité d'extradition avec Hong Kong, imitant ainsi le Royaume-Uni ou l'Australie. Ce que Pékin a condamné comme une violation des lois internationales.

Le bureau principal de Pékin à Hong Kong dénonce les sanctions américaines `` ridicules '' .
© [Fichier: Tyrone Siu / Reuters] De nouvelles mesures gèlent les avoirs américains des fonctionnaires sanctionnés et empêchent généralement les citoyens et les groupes américains de faire affaire avec eux [Fichier: Tyrone Siu / Reuters] Le bureau principal de Pékin à Hong Kong a critiqué les États-Unis pour avoir imposé des sanctions "ridicules" aux hauts responsables chinois et hongkongais, rejetant les mesures comme des "actions de clown" qui n'effrayeraient ni n'intimideraient les Chinois.

usr: 1
C'est intéressant!