•   
  •   

Monde Libye. Les Émirats appellent la Turquie à cesser de « s’immiscer » dans les affaires arabes

19:05  01 août  2020
19:05  01 août  2020 Source:   ouest-france.fr

Tensions avec la Turquie: Athènes déploie ses navires militaires en mer Égée

  Tensions avec la Turquie: Athènes déploie ses navires militaires en mer Égée Athènes a déployé plusieurs navires militaires mardi 21 juillet dans le sud et le sud-est de la mer Égée et a engagé des « préparatifs renforcés », selon l’expression d’une source de la marine. La Grèce dénonce les manœuvres d’Ankara, qui vient de déployer un bateau de recherches d’hydrocarbures près de l’île grecque de Kastellorizo. Une provocation de plus, estiment les autorités à Athènes. Ankara avait annoncé mardi 21 juillet le déploiementAnkara avait annoncé mardi 21 juillet le déploiement de son vaisseau Oruç Reis près d'une petite île grecque toute proche des côtes turques. Et le navire d'exploration est parti en mer escorté par de nombreux bâtiments militaires.

Le drapeau libyen (photo d’illustration) © ALI JAREKJI / REUTERS Le drapeau libyen (photo d’illustration)

La tension monte entre la Turquie et les Émirats arabes unis ce samedi 1er août autour de la situation en Libye. Abou Dhabi accuse Ankara d’avoir un comportement « colonialiste » alors que chacun des deux pays soutient un gouvernement différent en Libye.

Les Émirats arabes unis ont exhorté ce samedi 1er août la Turquie à arrêter de « s’immiscer » dans les affaires des pays arabes et se défaire d’une logique « colonialiste », après avoir été accusés par Ankara d’actions « malintentionnées » en Libye, pays en guerre.

Vente OM: Le projet Ajroudi-Boudjellal est «très solide»

  Vente OM: Le projet Ajroudi-Boudjellal est «très solide» Dans son rêve de racheter l’OM avec Mourad Boudjellal, l’homme d’affaires Mohamed Ayachi Ajroudi serait bien soutenu par des fonds venant d’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis. Alors que les joueurs d’André Villas-Boas préparent bien tranquillement une saison qui marque le retour de l’OM en Ligue des champions, une guerre somme toute improbable est […]

La Turquie a vivement dénoncé vendredi par la voix de son ministre de la Défense, Hulusi Akar, les actions des Émirats en Libye, où les deux pays soutiennent des camps opposés, et affirmé que les « comptes seront faits » entre Ankara et Abou Dhabi.

En réponse, le ministre d’État des Émirats aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, a demandé samedi à la Turquie de « cesser de s’immiscer dans les affaires arabes ».

Passe d’arme entre la Turquie et les Émirats

Anwar Gargash a affirmé que la Turquie devait se défaire des comportements rappelant l’ère de « la Sublime porte (symbole de l’Empire ottoman) et du langage colonialiste ».

« La Sublime porte et les illusions colonialistes n’ont de place que dans les archives de l’histoire […] et les relations entre États ne se gèrent pas par les menaces », a-t-il ajouté dans un tweet.

Crise en Libye: l'Arabie saoudite cherche à rapprocher les positions des pays voisins

  Crise en Libye: l'Arabie saoudite cherche à rapprocher les positions des pays voisins Au lendemain de ses échanges, lundi 27 juillet, au Caire, autour de la crise libyenne, le chef de la diplomatie saoudienne s’est rendu mardi à Alger puis à Tunis avant de se rendre à Rabat où il était ce mercredi. Le but de cette tournée diplomatique saoudienne surprise au Maghreb n’est pas précisé, mais vise, selon plusieurs sources, à rapprocher les points des vues des pays voisins de la Libye sur une solution à cette crise. D’Alger, à Tunis à Rabat, le discours du ministre des Affaires étrangères saoudien était le même : il souligne en cohérence avec ses homologues « le rôle central » des pays voisins de la Libye dans le « règlement pacifique du conflit » libyen, dans « la prot

Le ministre turc de la Défense s’en était pris à Abou Dhabi dans un entretien avec la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera.

« Il faut demander à Abou Dhabi d’où vient cette hostilité, ces mauvaises intentions, cette jalousie », avait affirmé Hulusi Akar.

Tensions entre les deux gouvernements libyens

Ces déclarations interviennent dans un contexte de tensions croissantes entre les pays impliqués dans le conflit en Libye, qui oppose le Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et siégeant à Tripoli, et le maréchal Khalifa Haftar, qui règne sur l’est et une partie du sud de ce pays.

Le GNA est soutenu militairement par la Turquie et Khalifa Haftar est appuyé par l’Égypte voisine, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Russie.

Les tensions se sont renforcées ces dernières semaines, l’Égypte menaçant d’intervenir militairement si le GNA avance vers la ville stratégique de Syrte, le prochain objectif affiché des forces de Tripoli.

Rivalité régionale

Le conflit en Libye a aggravé les tensions entre Ankara et Abou Dhabi, dont les relations se sont dégradées ces dernières années sur fond de rivalité régionale et en raison du soutien apporté par les Turcs au Qatar dans la querelle qui oppose ce pays à ses voisins du Golfe.

En 2018, la Turquie avait ainsi donné le nom d’un dignitaire ottoman critiqué par Abou Dhabi à la rue où était située l’ambassade des Émirats à Ankara.

Les États-Unis appellent à une solution politique en Libye, ciblent les passeurs .

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 6
C'est intéressant!