•   
  •   

Monde « Colonialisme », « spectacle » : Erdogan attaque violemment Macron sur le Liban

17:05  13 août  2020
17:05  13 août  2020 Source:   lepoint.fr

«Le Liban c'est la famille de la France»

  «Le Liban c'est la famille de la France» Emmanuel Macron est arrivé à Beyrouth le 6 août pour témoigner de l'amitié de la France au pays du cèdre après un drame de plus dans «ce pays bien-aimé», pour reprendre les mots du journaliste Jean‑Dominique Merchet. Une catastrophe qui fait la une des médias français et qui émeut, comme tous les drames traversés par le Liban. Pourquoi ce pays nous touche-t-il à ce point? Les liens historiques de la France avec lui sont connus: «Le Liban c'est la famille de la France», résume le ministre des Affaires étrangères Jean‑Yves le Drian. «Une évidence qui s'impose, parce que c'est le Liban, parce que c'est la France», dit le président français à son arrivée.

«Ce que Macron et compagnie veulent, c'est rétablir l'ordre colonial ( au Liban )», a lancé Le Liban a été sous mandat français de 1920 à son indépendance en 1943. Avant cela, il a été sous domination Les attaques virulentes d' Erdogan interviennent dans un contexte de tensions croissantes entre la

« Emmanuel Macron accusé de « colonialisme » et de « spectacle » au Liban .

Turquie, France, Liban, Erdogan, Macron © Fournis par Le Point Turquie, France, Liban, Erdogan, Macron

« Ce que Macron et compagnie veulent, c'est rétablir l'ordre colonial [au Liban]. » Les mots sont signés Recep Tayyip Erdogan, lors d'un discours prononcé à Ankara. Jeudi 13 août, le chef de l'État turc s'en est vivement pris au président de la République française, critiquant notamment sa venue la semaine dernière à Beyrouth, en lien avec la double explosion dans le port de Beyrouth qui a laissé une partie de la capitale ravagée et fait plus de 170 morts. Selon Recep Tayyip Erdogan donc, Emmanuel Macron a des visées « coloniales » au Liban et sa visite à Beyrouth n'était rien d'autre qu'un « spectacle ». Des accusations portées alors que les relations entre Paris et Ankara sont de plus en plus tendues.

Le président turc Erdogan accuse Macron de « colonialisme » et de « spectacle » au Liban

  Le président turc Erdogan accuse Macron de « colonialisme » et de « spectacle » au Liban Erdogan a accusé Emmanuel Macron de visées « colonialistes », après la visite très médiatisée du président français au Liban, jeudi 6 août. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé jeudi 13 août son homologue français Emmanuel Macron de visées « coloniales » au Liban et qualifié sa récente visite à Beyrouth de « spectacle », dans un contexte de tensions croissantes entre Ankara et Paris.« Ce que Macron et compagnie veulent, c’est rétablir l’ordre colonial (au Liban) », a lancé Recep Tayyip Erdogan lors d’un discours à Ankara.

Dans le cadre du Festival Le Mois Kréyol #2, la Cie Moun San Mélé présentera sa version théâtrale du Discours sur le Colonialisme d'Aimé Césaire.

" Colonialisme algorithmique", la présentation de Rumman Chowdhury traitant du développement des technologies en intelligence artificielle sur le

Lire aussi Luc de Barochez ? Macron l'Hercule face au Hezbollah

« Nous, ce n'est pas courir après les photos ou faire le spectacle devant les caméras qui nous intéresse », a-t-il ajouté. Le chef de l'État turc faisait référence au déplacement très médiatisé d'Emmanuel Macron à Beyrouth la semaine dernière. Si le président turc ne s'est pas personnellement rendu à Beyrouth, il y a dépêché son vice-président et son chef de la diplomatie la semaine dernière. Le Liban a été sous mandat français de 1920 à son indépendance en 1943. Avant cela, il a été sous domination ottomane pendant quatre siècles.

Les positions de la France dénoncées par la Turquie

Les attaques virulentes de Recep Tayyip Erdogan interviennent dans un contexte de tensions croissantes entre la Turquie et la France, liées notamment à des intérêts divergents en Libye et en Méditerranée orientale. Les recherches turques d'hydrocarbures dans cette zone maritime ont suscité la colère de la Grèce et de l'Union européenne. Soutenant Athènes, Paris a dénoncé les actions « unilatérales » d'Ankara et annoncé jeudi avoir temporairement renforcé sa présence militaire en Méditerranée orientale avec le déploiement de deux avions et deux navires de guerre.

Lire aussi En Méditerranée, la bataille du gaz est lancée

La presse progouvernementale turque a accueilli cette nouvelle avec indignation, accusant la France de « dépasser les bornes » et de « chercher la guerre ». Recep Tayyip Erdogan n'a pas directement commenté la décision française jeudi, mais il s'en est pris sans le nommer à un « pays qui n'a pas de littoral en Méditerranée orientale », le sommant de « ne pas se croire plus grand qu'il ne l'est ».

"On a le sentiment d'un Emmanuel Macron qui fait la leçon aux Libanais", déplore Sébastien Chenu .
Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Rassemblement national, revient sur Europe 1 sur le déplacement du président de la République à Beyrouth. "On a le sentiment d'un Emmanuel Macron qui fait la leçon aux Libanais", déplore-t-il.

usr: 1
C'est intéressant!