•   
  •   

Monde EN IMAGES. Biélorussie : les manifestations ne faiblissent pas après la réélection de Loukachenko

21:05  13 août  2020
21:05  13 août  2020 Source:   ouest-france.fr

Biélorussie. Cinq questions sur les manifestations contre l’énième victoire du président Loukachenko

  Biélorussie. Cinq questions sur les manifestations contre l’énième victoire du président Loukachenko À la tête du pays depuis 1994, Alexandre Loukachenko se prépare à accomplir un nouveau mandat après sa victoire à la présidentielle, dimanche 9 août. Mais celui qui est souvent présenté comme « le dernier dictateur d’Europe » fait, cette fois-ci, face à une opposition plus coriace, incarnée par une femme. Svetlana Tikhanovskaïa est soutenue par de nombreux manifestants antigouvernementaux sortis dans les rues après le vote pour dénoncer des fraudes. Quand on vote en Biélorussie, à la fin, c’est toujours Alexandre Loukachenko qui gagne.

Un affrontement entre forces de l’ordre et manifestants à Minsk, en Biélorussie, le 11 août. © ANNA IVANOVA / EPA/MAXPPP Un affrontement entre forces de l’ordre et manifestants à Minsk, en Biélorussie, le 11 août.

Quatre jours après la réélection du président sortant Alexandre Loukachenko, la contestation ne faiblit pas en Biélorussie. Deux personnes sont mortes dans les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants et plus de 6 700 ont été arrêtées depuis dimanche 9 août. Retour en images sur les événements qui secouent ce pays d’Europe de l’est.

Biélorussie : cinq minutes pour comprendre les manifestations contre Loukachenko

  Biélorussie : cinq minutes pour comprendre les manifestations contre Loukachenko Biélorussie : cinq minutes pour comprendre les manifestations contre LoukachenkoQui est Alexandre Loukachenko ?

Des forces de l’ordre bloquent des manifestants après les premiers résultats de l’élection en Biélorussie qui donnent Alexandre Loukachenko vainqueur, dimanche 9 août. © TATYANA ZENKOVICH / EPA-EFE Des forces de l’ordre bloquent des manifestants après les premiers résultats de l’élection en Biélorussie qui donnent Alexandre Loukachenko vainqueur, dimanche 9 août.

La répression continue en Biélorussie. Quatre jours après l’élection présidentielle controversée, où le président autoritaire sortant Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, a été réélu avec 80.23 % de voix, les manifestations et les arrestations se poursuivent dans le pays. Au moins 6 700 personnes ont été interpellées depuis le 9 août, jour du scrutin. Au moins deux personnes ont trouvé la mort dans les affrontements avec les forces de l’ordre, qui ont tiré à balles réelles.

L’opposante Svetlana Tikhanovskaïa en conférence de presse lundi 10 août après la réelection de Loukachenko. © SERGEI GAPON / AFP L’opposante Svetlana Tikhanovskaïa en conférence de presse lundi 10 août après la réelection de Loukachenko.

La candidate rivale d’Alexandre Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaïa, devenue l’égérie de l’opposition après avoir remplacé son époux, le vidéoblogueur Sergueï Tikhanovski, arrêté le 29 mai, s’est réfugiée en Lituanie, au lendemain du vote. Retour en images sur une semaine tourmentée en Biélorussie.

Biélorussie : "Plus la répression sera violente, plus il sera difficile pour l’UE de jouer la prudence”

  Biélorussie : Alors que la Biélorussie fait face à une escalade de violences depuis la réélection d’Alexandre Loukachenko à la tête du pays, les ministres européens des Affaires étrangères doivent se réunir, vendredi, en vue de possibles sanctions contre le régime, malgré la réticence de certains États membres. La colère des Biélorusses va-t-elle réveiller l'UE ? Pour le quatrième jour consécutif, des milliers de manifestants ont défilé, mercredi 12 août, dans plusieurs grandes villes de Biélorussie pour protester contre la réélection d’Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994.

Premières manifestations réprimées

Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre dans la nuit de lundi 10 à mardi 11 août. © ANNA IVANOVA / EPA-MAXPPP Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre dans la nuit de lundi 10 à mardi 11 août.

Dimanche 9 août, dans la soirée, un sondage officiel donne Alexandre Loukachenko largement en tête avec près de 80 % des voix. Svetlana Tikhanovskaïa réfute ces estimations. La majorité est avec nous, affirme-t-elle alors.

Cette première nuit est marquée par des manifestations antigouvernementales à travers le pays, qui sont violemment réprimées. 3 000 manifestants sont arrêtés et des dizaines de personnes blessées.

Lundi matin, 10 août, les premiers résultats officiels tombent. Ils donnent Alexandre Loukachenko vainqueur avec 80 % des voix, loin devant Svetlana Tikhanovskaïa, qui n’obtient que 10 % des voix. Après le scrutin, elle enjoint le régime à céder le pouvoir et revendique la victoire.

Des manifestants se réunissent mardi 11 août sur le lieu où un homme a été tué à Minsk dans les affrontements avec les forces de l’ordre la veille. © SERGEI GAPON / AFP Des manifestants se réunissent mardi 11 août sur le lieu où un homme a été tué à Minsk dans les affrontements avec les forces de l’ordre la veille.

Des rassemblements contre le pouvoir reprennent de plus belle dans le pays, pour dénoncer une élection marquée par les fraudes. Si Svetlana Tikhanovskaïa adhère à cette idée, elle préfère rester en retrait pour éviter les provocations selon son entourage.

Biélorussie : Loukachenko s’entretient avec Poutine, les manifestations continuent

  Biélorussie : Loukachenko s’entretient avec Poutine, les manifestations continuent Biélorussie : Loukachenko s’entretient avec Poutine, les manifestations continuentFace à cette nouvelle journée de mobilisation, le président Loukachenko a lui discuté par téléphone des événements en cours avec Vladimir Poutine. Le dirigeant russe s'est dit « confiant » dans une résolution prochaine de la crise. Mais quelques minutes avant cet entretien, le président Loukachenko avait annoncé lors d'une réunion vouloir s'entretenir avec Poutine pour évoquer la « menace » visant, selon lui, son pays et « toute notre région ». Signe que la tension reste vive entre les deux parties.

Un mort lors de la deuxième soirée de manifestations

Des manifestants marchent dans les rues de Minsk le soir du 11 août, pour la troisième soirée consécutive de protestations. © YAUHEN YERCHAK / EPA-MAXPPP Des manifestants marchent dans les rues de Minsk le soir du 11 août, pour la troisième soirée consécutive de protestations.

Tandis que Vladimir Poutine salue son homologue biélorusse pour sa réélection, malgré des dissensions récentes entre les deux pays, tout comme la Chine et le Venezuela, de nombreux autres pays et l’Union européenne mettent en doute l’honnêteté du scrutin et condamnent la répression des manifestations.

Quand la nuit tombe sur Minsk, des protestations éclatent dans plusieurs villes, dont la capitale. Le bilan : 2 000 personnes arrêtées, et un premier mort du côté des manifestants est à déplorer, tué par un engin explosif qu’il s’apprêtait à lancer sur les forces de l’ordre, selon la police.

Un homme s’agenouille devant les militaires biélorusses. © TATYANA ZENKOVICH / EPA/MAXPPP Un homme s’agenouille devant les militaires biélorusses.

L’opposante Tikhanovskaïa réfugiée en Lituanie

Des forces de l’ordre arrêtent des manifestants à Minsk, en Biélorussie, le 12 août. © YAUHEN YERCHAK / EPA/MAXPPP Des forces de l’ordre arrêtent des manifestants à Minsk, en Biélorussie, le 12 août.

Svetlana Tikhanovskaïa déclare mardi 11 août dans une vidéo avoir pris la décision difficile de quitter son pays pour la Lituanie. Je sais que beaucoup me condamneront, beaucoup me comprendront, beaucoup me haïront, reconnaît-elle, évoquant ses deux enfants, qu’elle avait déjà mis à l’abri par crainte des répressions du pouvoir.

Biélorussie : que représente le drapeau rouge et blanc exhibé par les manifestants à Minsk ?

  Biélorussie : que représente le drapeau rouge et blanc exhibé par les manifestants à Minsk ? L'opposition à Loukachenko défile sous les couleurs du premier drapeau de la République populaire biélorusse de 1918, que les soviétiques et le Président ont fait disparaître. Question posée par Pierre, le 15/08/2020. Bonjour, Depuis la réélection contestée du président Loukachenko pour un sixième mandat en Biélorussie, des milliers de personnes manifestent dans les rues du pays en brandissant un drapeau blanc-rouge-blanc, différent du drapeau officiel rouge et vert. 21st Century #LadyGodiva, a woman marches through her city on a horse carrying a white-red-white historical flag of #Belarus. pic.twitter.

Plus tard dans la journée, l’agence de presse étatique biélorusse Belta diffuse une vidéo de Svetlana Tikhanovskaïa dans laquelle elle lit d’une voix monocorde un texte appelant au respect de la loi et à ne pas descendre dans la rue. Le ton contraste avec la première vidéo, dans laquelle, elle n’appelait aucunement à arrêter les manifestations.

Ses soutiens affirment que l’enregistrement a été réalisé sous la pression, probablement lundi soir, lorsque l’opposante a été retenue plusieurs heures au siège de la Commission électorale.

Face à ces nouvelles révélations, la communauté internationale réagit. L’Union européenne dénonce une élection ni libre ni équitable, exige la fin de la répression et menace de ré-imposer des sanctions contre le Bélarus. La plupart des sanctions contre le Bélarus ont été levées en 2016, en termes de démocratie. Le pays reste toutefois toujours sous le coup d’un embargo sur les ventes d’armes et de matériel pouvant être utilisé pour la répression. Quatre personnes sont encore interdites de séjour dans l’UE et leurs avoirs ont été gelés.

Des femmes prennent part à la manifestation contre les violences en Biélorussie le 13 août. © STRINGER / REUTERS Des femmes prennent part à la manifestation contre les violences en Biélorussie le 13 août.

Des tirs à balles réelles pour la troisième nuit d’affrontements

De nouvelles manifestations ont lieu dans la nuit de mardi à mercredi, encore une fois violemment dispersées. Selon les autorités, les contestataires sont moins nombreux. Environ mille personnes sont arrêtées.

Biélorussie : la pression monte sur Loukachenko, chahuté dans une usine

  Biélorussie : la pression monte sur Loukachenko, chahuté dans une usine Une nouvelle manifestation des partisans de l'opposition au président a eu lieu lundi soir. Alexandre Loukachenko, a été chahuté dans une usine lors d'un déplacement.

La police reconnaît avoir tiré avec des armes à feu sur des manifestants agressifs à Brest (sud-ouest), blessant une personne.

Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères des États membres de l’Union Européenne est annoncée pour vendredi. La Pologne, la Lettonie et la Lituanie proposent sans attendre un plan de médiation.

De Prague, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo appelle le régime à ne pas recourir à la force. Nous voulons que le peuple biélorusse jouisse des libertés qu’il réclame, déclare-t-il. Le président français Emmanuel Macron exprime sa très grande préoccupation, lors d’un échange téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Un deuxième décès, 6 700 arrestations au total

Les autorités confirment mercredi soir la mort en détention d’un homme interpellé lors d’un rassemblement à Grodno (sud-est), deuxième décès depuis le début de la contestation. Les manifestations reprennent à la nuit tombée.

L’écrivaine Svetlana Alexievitch, seule Biélorusse distinguée par un prix Nobel, exhorte le président Alexandre Loukachenko à quitter le pouvoir, dans une interview à Radio Liberty.

Jeudi 13 août, les autorités annoncent 700 nouvelles arrestations, portant à plus de 6 700 le total depuis dimanche. Le ministère de l’Intérieur biélorusse a estimé que la contestation faiblissait mais le niveau d’agressivité à l’égard des forces de l’ordre restait élevé, relevant que 103 policiers avaient été blessés, dont 28 sont hospitalisés. Aucun bilan détaillé n’a été publié concernant les manifestants, contre lesquels des balles en caoutchouc, matraques et grenades sonores sont utilisées sans retenue.

Jeudi 11 août, la mobilisation continue en ordre dispersé dans plusieurs villes, dont Minsk. Des dizaines de femmes vêtues de blanc constituent d’éphémères chaînes humaines pacifiques, fleurs à la main, pour appeler les violences à cesser.

Biélorussie. Déplacement d’un haut diplomate américain, défense du pays ordonnée par Loukachenko .
Le chef de l'État ivoirien Alassane Ouattara a été investi samedi candidat de son parti à la présidentielle d'octobre, qui s'annonce très tendue. Le troisième mandat qu'il brigue est jugé inconstitutionnel par ses opposants.

usr: 1
C'est intéressant!