•   
  •   

Monde Liban. Pour l’Iran, l’aide « ne doit pas être conditionnée à un changement politique »

15:26  14 août  2020
15:26  14 août  2020 Source:   ouest-france.fr

Explosions dans le port de Beyrouth : ce que l’on sait de l’accident

  Explosions dans le port de Beyrouth : ce que l’on sait de l’accident Deux puissantes explosions successives ont secoué Beyrouth et ses environs. L’accident s’est déroulé dans le secteur portuaire de la capitale libanaise. Les circonstances des explosions sont encore floues. D’après le dernier bilan communiqué par les autorités libanaises, l’accident a fait au moins 73 morts et 3 700 blessés. © Visactu Carte de la situation où les explosions ont été observées à Beyrouth au Liban. Deux violentes explosions ont secoué la capitale du Liban.

L ’ aide au Liban « ne doit pas être conditionnée à un changement » politique , dit Zarif. « J’ai hâte de les accueillir très prochainement à la Maison Blanche pour la signature formelle de l’accord. Cela se passera vraisemblablement dans les trois prochaines semaines.

14:11 L ’ aide au Liban « ne doit pas être conditionnée à un changement » politique , dit Zarif. 14:10 Niger: l’attaque semble avoir été « préméditée » pour « cibler des Occidentaux » (source judiciaire française). 14:10 Manoeuvres françaises en Grèce: Berlin « prend acte », appelle à la « désescalade ».

Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, en visite à Beyrouth le vendredi 14 août. © WAEL HANZEH / EPA / MAXPPP Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, en visite à Beyrouth le vendredi 14 août.

L’aide au Liban, dévasté par l’explosion au port de Beyrouth, « ne devrait pas être conditionnée à un changement politique », a déclaré vendredi 14 août le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, alors que les États-Unis et la France pressent en ce sens.

Explosions à Beyrouth: la communauté internationale propose son aide au Liban

  Explosions à Beyrouth: la communauté internationale propose son aide au Liban Alors que le Liban tente de gérer les dégâts de la double explosion survenue à Beyrouth mardi 4 août, des messages de soutien affluent du monde entier. Les dirigeants continuent à proposer l’envoi d’aide à ce pays, déjà ravagé par l’une des plus graves crises économiques de son histoire. Parmi eux, les États-Unis, le Qatar, la France, l’Iran… et même Israël, pays ennemi et avec lequel le Liban est officiellement en état de guerre. Des scènes apocalyptiques règnent à Beyrouth mercredi 5 août, au lendemain de la double explosion qui a fait au moins 100 morts et 4 000 blessés, selon un bilan de la Croix-Rouge libanaise.

L’aide au Liban, dévasté par l’explosion au port de Beyrouth, ne devrait pas être conditionnée à un changement politique, a déclaré vendredi 14 août le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, alors que les États-Unis et la France pressent en ce sens.

"Le Liban est plus que jamais pour Paris son observatoire privilégié au Moyen-Orient"

  INTERVIEW - Les historiens Stéphane Malsagne et Dima de Clerck, spécialistes du Liban, reviennent sur la relation entre ce pays et la France, alors qu'Emmanuel Macron est à Beyrouth ce jeudi. Emmanuel Macron s'est rendu à Beyrouth ce jeudi après les deux explosions qui ont dévasté la capitale libanaise. Le président français a exhorté le gouvernement à mener des "réformes indispensables" sans quoi le pays continuerait à "s'enfoncer". "Je suis là aussi pour lancer une nouvelle initiative politique.

« Ce n’est pas humain d’exploiter la douleur des gens à des fins politiques »

Le ministre iranien des Affaires étrangères s’est exprimé après un entretien avec son homologue libanais démissionnaire Charbel Wehbé à Beyrouth, où se trouvent également le numéro trois de la diplomatie américaine David Hale et la ministre française des Armées Florence Parly.

Cette intense activité diplomatique se poursuit dix jours après l’explosion meurtrière au port de Beyrouth, qui a fait plus de 171 morts et 6 500 blessés et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

Nous pensons que le peuple et le gouvernement du Liban doivent décider, et que d’autres ne devraient pas conditionner leur aide à un changement au Liban en cette situation d’urgence, a déclaré le ministre iranien.

OL : Pape Cheikh Diop prêté au DFCO avec option d’achat

  OL : Pape Cheikh Diop prêté au DFCO avec option d’achat Le milieu de terrain polyvalent Pape Cheikh Diop a été prêté avec option d'achat à Dijon.

M. Zarif répondait à un journaliste qui l’interrogeait sur les appels à la formation d’un gouvernement neutre, ne comprenant pas de représentants des partis politiques traditionnels.

À notre avis, ce n’est pas humain d’exploiter la souffrance et la douleur des gens à des fins politiques, a encore dit le responsable iranien.

Il a affirmé que c’est à l’État et au peuple du Liban de décider de l’avenir du Liban, où l’Iran soutient le puissant mouvement chiite Hezbollah, qui s’oppose à un gouvernement neutre, selon des médias locaux.

250 millions d’euros distribués à la population, et non aux dirigeants

Jeudi, le sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires politiques, David Hale, a appelé dès son arrivée à Beyrouth à la formation d’un gouvernement qui répond à la volonté du peuple libanais et s’engage véritablement et agit pour la réforme.

La veille, le président français Emmanuel Macron avait mis en garde contre toute interférence extérieure au Liban lors d’un entretien téléphonique avec le président iranien Hassan Rohani.

«Le Liban c'est la famille de la France»

  «Le Liban c'est la famille de la France» Emmanuel Macron est arrivé à Beyrouth le 6 août pour témoigner de l'amitié de la France au pays du cèdre après un drame de plus dans «ce pays bien-aimé», pour reprendre les mots du journaliste Jean‑Dominique Merchet. Une catastrophe qui fait la une des médias français et qui émeut, comme tous les drames traversés par le Liban. Pourquoi ce pays nous touche-t-il à ce point? Les liens historiques de la France avec lui sont connus: «Le Liban c'est la famille de la France», résume le ministre des Affaires étrangères Jean‑Yves le Drian. «Une évidence qui s'impose, parce que c'est le Liban, parce que c'est la France», dit le président français à son arrivée.

Réunis dimanche à l’initiative d’Emmanuel Macron, les donateurs, qui ont collecté plus de 250 millions d’euros, avaient appelé les autorités libanaises à s’engager à des réformes et annoncé que l’aide serait directement distribuée à la population, faute de confiance en ses dirigeants.

Face à la colère de la rue qui rend la classe politique responsable de l’explosion au port -où était stockées des tonnes de nitrate d’ammonium depuis six ans de l’aveu même de certains dirigeants et sources sécuritaires-, le gouvernement de Hassan Diab a démissionné lundi.

Mais le président Michel Aoun, de plus en plus décrié, n’a pas encore fixé la date des consultations avec les blocs parlementaires représentant les partis politiques traditionnels, rejetés par le mouvement de contestation, pour désigner son successeur.

Au Liban, la France tente l'impossible .
L'opération humanitaire française au Liban s'accompagne d'un jeu politique en coulisses pour éviter que le pays ne sombre dans le chaos. Un puits de douleur et de colère mais aussi un guêpier où chaque piqûre peut rendre fou… ou impuissant. Un an après son premier ­déplacement à Beyrouth, une ­semaine après celui d'Emmanuel Macron, la ministre des Armées Florence Parly a pris conscience de cette réalité à chaque pas de sa visite sur place jeudi et vendredi au Liban. Pour apaiser une population meurtrie par l'explosion du 4 août, qui a fait plus de 170 morts, 6.500 blessés et mis à la rue 300.

usr: 1
C'est intéressant!