•   
  •   

Monde Gunfire entendu au milieu des informations faisant état d'une possible tentative de coup d'État au Mali

16:12  18 août  2020
16:12  18 août  2020 Source:   cbsnews.com

Mali. Des milliers de personnes se mobilisent pour demander la démission du président Keïta

  Mali. Des milliers de personnes se mobilisent pour demander la démission du président Keïta Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi 12 août à Bamako, au Mali, pour réclamer la démission du président Keïta, au pouvoir depuis 2013. Il est accusé d’avoir mis en place un système « oligarchique et ploutocratique ». Des milliers de personnes se sont rassemblées à Bamako au Mali mardi, réclamant la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta, accusé par l’opposition d’avoir mis en place un système oligarchique et ploutocratique.Les appels au dialogue de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et la pluie n’ont pas découragé les opposants, rassemblés au son des vuvuzelas au centre de Bamako.

a group of people standing in front of a crowd: TOPSHOT-MALI-POLITICS-DEMONSTRATION © ANNIE RISEMBERG / AFP / Getty TOPSHOT-MALI-POLITICS-DEMONSTRATION a group of people standing in front of a crowd: A woman cheers during a protest organised by M5-RFP, part of the opposition June 5th movement, who are calling for Malian President Ibrahim Boubacar Keita to resign, in Bamako, August 11, 2020. / Credit: ANNIE RISEMBERG/AFP/Getty © Fourni par CBS News Une femme applaudit lors d'une manifestation organisée par M5-RFP, dans le cadre de la mouvement d'opposition du 5 juin, qui appelle le président malien Ibrahim Boubacar Keita à démissionner, à Bamako, le 11 août 2020. / Crédit: ANNIE RISEMBERG / AFP / Getty

Bamako - Des coups de feu ont été entendus mardi sur une base militaire près de la capitale du Mali, Bamako , ont déclaré plusieurs témoins et un responsable de la sécurité dans un contexte de crise politique en cours dans l'État du Sahel. L'ambassade de Norvège dans la ville a alerté les Norvégiens au Mali qu'il pourrait y avoir une mutinerie militaire en cours, et il y a eu d'autres informations non confirmées faisant état d'une rébellion par certains membres des forces armées. Les soldats

L’Afrique de l’Ouest condamne le « putsch » au Mali et ferme les frontières

  L’Afrique de l’Ouest condamne le « putsch » au Mali et ferme les frontières La Communauté des États ouest-africains (Cédéao) a condamné le renversement du président malien Ibrahim Boubacar Keïta et de son gouvernement par des « militaires putschistes ». Les frontières aérienne et terrestre entre ses membres et le pays ont été fermées. Une visioconférence des chefs d’États aura lieu jeudi. La Communauté des États ouest-africains (Cédéao) a condamné mardi soir dans un communiqué le renversement du président malien Ibrahim Boubacar Keïta et de son gouvernement par des « militaires putschistes », exigeant leur libération immédiate.

ont tiré leurs armes en l'air dans une base militaire à Kati, une ville située à environ 15 km de Bamako.

"Ils étaient nombreux et ils étaient très nerveux", a déclaré à l'AFP un médecin de la ville.

Un responsable de la sécurité, qui était sur place, a confirmé que des soldats avaient tiré en l'air et qu'ils semblaient agir de manière coordonnée.

La situation n'est pas claire, mais la nouvelle de l'ouverture du feu par les soldats a rapidement fait craindre une tentative de coup d'État dans le Mali fragile.

L'ambassade de France, ancienne puissance coloniale, a recommandé mardi sur les réseaux sociaux que tout le monde reste chez lui.

L'agence de presse Reuters a déclaré que l'ambassade de Norvège avait alerté les citoyens qu'elle avait "été informée d'une mutinerie dans les forces armées et que des troupes sont en route pour Bamako". Reuters a déclaré que le communiqué exhortait les Norvégiens à "faire preuve de prudence et de préférence rester chez eux jusqu'à ce que la situation soit claire".

Des soldats maliens promettent des élections après un coup d'État

 Des soldats maliens promettent des élections après un coup d'État © [ORTM TV via AP] Le colonel-major Ismael Wague, au centre, annonce la prise de contrôle du Mali mercredi à la télévision d'État [ORTM TV via AP] Soldats qui ont renversé le président malien dans un coup d'État qui a suscité la condamnation internationale, s'est engagé mercredi à rétablir la stabilité et à superviser une transition vers les élections dans un délai "raisonnable".

Mali est plongé dans une impasse politique profonde depuis des mois, alors que le président Ibrahim Boubacar Keita a subi de fortes pressions du mouvement d'opposition du 5 juin pour qu'il démissionne.

a man wearing a hat: Mali President Ibrahim Boubacar Keita poses for a photo during the G5 Sahel summit in Nouakchott, Mauritania, June 30, 2020. / Credit: Ludovic Marin/Pool/REUTERS © Fourni par CBS News Mali Le président Ibrahim Boubacar Keita pose pour une photo lors du sommet du G5 Sahel à Nouakchott, Mauritanie, le 30 juin 2020. / Crédit: Ludovic Marin / Pool / REUTERS

L'alliance lâche de l'opposition et des chefs religieux a canalisait une colère profonde face à une économie désastreuse, une corruption gouvernementale perçue et un conflit jihadiste brutal .

Mais la poussée du Mouvement du 5 juin pour renverser Keita a basculé dans la crise le mois dernier, lorsqu'au moins 11 personnes ont été tuées pendant trois jours de troubles à la suite d'une manifestation.

Le groupe d'opposition a depuis rejeté les tentatives de médiation avec le président de 75 ans et a promis de continuer à organiser des rassemblements contre lui. On pense que le conflit jihadiste de

Mali depuis huit ans contribue aux tensions politiques actuelles dans le pays, Keita étant sous pression pour arrêter les combats.

Le gouvernement lutte pour contenir une insurrection djihadiste qui a éclaté pour la première fois en 2012 et qui a fait des milliers de morts depuis.

Mali : "les échanges se passent bien" entre la junte et la délégation de la Cédéao à Bamako .
À la tête d'une délégation ouest-africaine arrivée samedi à Bamako, l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan s'est dit "très optimiste" quant aux pourparlers engagés avec la junte qui a pris le pouvoir mardi au Mali après avoir renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta. "Très optimiste" : c'est avec ces deux mots que l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan a résumé les pourparlers engagés samedi 22 août avec la junte au pouvoir au Mali"Très optimiste" : c'est avec ces deux mots que l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan a résumé les pourparlers engagés samedi 22 août avec la junte au pouvoir au Mali après avoir renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta.

usr: 1
C'est intéressant!