•   
  •   

Monde Afrique du Sud: le président éclaboussé par les scandales de corruption liés au coronavirus

11:05  19 août  2020
11:05  19 août  2020 Source:   msn.com

secouent le président sud-africain

 secouent le président sud-africain Les scandales de greffe de coronavirus L'Afrique du Sud est sous le choc des scandales de corruption liés au coronavirus qui ont porté atteinte à la crédibilité du président Cyril Ramaphosa et à l'image du pays à l'étranger, mais a stimulé des efforts sans précédent pour renforcer la transparence.

L'ancien président sud -africain Jacob Zuma, éclaboussé dans des scandales qui lui ont valu son poste en 2018, doit être jugé à partir de mardi pour la première fois, pour corruption dans une affaire de contrat d'armement vieux d'une vingtaine d'années impliquant le groupe français Thales.

L’ancien président sud -africain Jacob Zuma, éclaboussé dans des scandales qui lui ont valu son poste en 2018, doit être jugé à partir de ce mardi 15 octobre pour la première fois, pour corruption dans une affaire de contrat d’armement vieux d’une vingtaine d’années impliquant le groupe français

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa en visite dans un centre de traitement du Covid-19 à Johannesburg le 24 aril 2020 © Jerome Delay Le président sud-africain Cyril Ramaphosa en visite dans un centre de traitement du Covid-19 à Johannesburg le 24 aril 2020

Une récente série d'affaires de corruption liées à la pandémie de coronavirus a écorné l'image du président sud-africain Cyril Ramaphosa mais pourrait, jugent les analystes, le forcer enfin à tenir sa promesse de nettoyer le pays.

Dans une Afrique du Sud toujours engluée dans les remugles des scandales de la présidence de Jacob Zuma (2009-2018), les accusations de détournement de fonds publics destinés à la lutte contre le Covid-19 ou au soutien des populations n'ont surpris personne.

Afrique : une lueur d'espoir avec la baisse du nombre quotidien de cas de Covid

  Afrique : une lueur d'espoir avec la baisse du nombre quotidien de cas de Covid Début août, le cap du million de personnes infectées par le Covid-19 était franchi. Trois semaines plus tard, le CDC Afrique a revu les chiffres. Et ils sont plutôt bons.« Nous avons commencé à lentement aplatir la courbe », a-t-il déclaré, précisant que les officiels accueillaient la nouvelle de cette légère amélioration avec « un optimisme prudent ». « Il est (encore) très, très tôt. Nous avons affaire à un virus très sensible qui se répand très rapidement, mais il est important d'identifier ces tendances légères qui sont positives », a-t-il ajouté.

Le président de la République démocratique du Congo a annoncé mercredi une série de mesures pour endiguer Les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer Un ex-Premier Ministre reconnu coupable dans le scandale de corruption en Malaisie.

La police sud -africaine fait face à un nouveau scandale avec la mort d’un chauffeur de taxi mozambicain Mouvement de colère près du poste de police de Daveyton, en Afrique du Sud , le Deux chefs de la police ont été démis pour des affaires de corruption ; l’un d’entre eux a même été

Les ONG en charge des plus démunis se sont d'abord émues de la gestion très personnelle de l'aide alimentaire par certaines autorités locales. Puis certains hôpitaux ont dénoncé la "disparition" de lots entiers de matériels de protection promis à leurs soignants.

Test Covid à l'hôpital de Soweto le 14 juillet 2020 © Luca Sola Test Covid à l'hôpital de Soweto le 14 juillet 2020

Rien à voir avec les milliards de rands évaporés des entreprises publiques ces dernières années, bien sûr, mais ces petits vols au quotidien ont choqué.

"Cette corruption-là est plus réelle", note l'économiste Thabi Leoka. "Quand (elle touche) des familles qui ont faim et attendent leurs colis alimentaires, sa réalité est d'autant plus rude..."

Le phénomène a pris un tour politique le mois dernier lorsque la presse a révélé les irrégularités qui entouraient l'attribution d'un contrat attribué au mari de la porte-parole du président, Khusela Diko, contrainte de se mettre en congé le temps de l'enquête.

La tranquillité des manchots africains menacée par le ravitaillement en mer des bateaux

  La tranquillité des manchots africains menacée par le ravitaillement en mer des bateaux Dans le vacarme des moteurs, un bateau de tourisme s'approche d'un imposant navire chargé de carburant pour le ravitaillement des bateaux en mer, amarré dans la baie d'Algoa en Afrique du Sud, à deux pas de la plus grande colonie mondiale de manchots africains. "Le bruit des moteurs perturbe la capacité des manchots et des dauphins à trouver du poisson", explique Gary Koekemoer, qui dirige la Société sud-africaine pour la faune et l'environnement dans la baie d'Algoa. "Tout animal qui utilise un sonar ou un son pour localiser sa proie aura du mal à naviguer avec les vibrations des moteurs".

A moins d’un mois des élections générales en Afrique du Sud , les scandales de corruption n’en finissent pas de pourrir la campagne de son parti , le Congrès Après l’ex- président Jacob Zuma, une pléiade de ministres, d’élus et de hauts fonctionnaires, c’est au tour du secrétaire général du parti

Accusé de corruption , Thandisizwe Diko est à la fois le mari de la porte-parole de la présidence sud -africaine et le roi de la nation amaBhaca. Mari de la porte-parole de la présidence, il est soupçonné d’avoir profité de ses relations politiques pour obtenir des contrats liés à la lutte contre le

Manifestation d'employés de la restauration à Johannesburg le 22 juillet 2020 © Luca Sola Manifestation d'employés de la restauration à Johannesburg le 22 juillet 2020

D'autres personnalités du Congrès national africain (ANC) au pouvoir ont depuis été éclaboussés dans d'autres affaires, dont son secrétaire général Ace Magashule.

Tous ont bien sûr clamé leur innocence.

Sommé de réagir, le chef de l'Etat a promis de traquer "les hyènes qui rôdent autour de proies blessées".

"Lorsque la corruption émerge dans une situation qui met en péril la confiance et la cohésion sociales, les enjeux sont importants", juge un des responsables de l'ONG Corruption Watch, Karam Singh. "Le moment semble venu d'enclencher les réformes".

Lorsqu'il a succédé à Jacob Zuma début 2018, Cyril Ramaphosa a promis de tordre rapidement le cou au pillage systématique des ressources publiques autorisé par son prédécesseur et de punir sévèrement ses auteurs. Mais à ce jour, bien peu ont fait l'objet de poursuites et encore moins ont été envoyés derrière les barreaux.

`` Signes d'espoir '' alors que les cas de Covid-19 en Afrique se stabilisent

 `` Signes d'espoir '' alors que les cas de Covid-19 en Afrique se stabilisent © Getty Images Les Africains ont été exhortés à continuer à porter des masques et à pratiquer la distanciation sociale Les cas quotidiens moyens de coronavirus en Afrique ont chuté la semaine dernière, selon les centres africains pour la maladie Contrôle et prévention (CDC Afrique). La moyenne quotidienne à l'échelle du continent était de 10 300 la semaine dernière, contre 11 000 la semaine précédente. Le directeur de Africa CDC, le Dr John Nkengasong, a déclaré que c'était un "signe d'espoir".

Le président sud -africain Jacob Zuma se retrouve de nouveau dans la tourmente après les révélations mercredi 16 mars d’un membre de son L’opposition demande depuis quelques mois ouvertement la démission du président , éclaboussé par d’autres affaires de corruption ou d’abus de biens sociaux.

Le scandale de la résidence privée du président Jacob Zuma, Nkandla, n'en finit plus de faire des remous. Jacob Zuma le président sud -africain, le 16 décembre 2013 à Pretoria. La corruption a atteint un niveau absolument scandaleux. Notre président , notre leader de l'ANC devrait être celui

- "Président spectateur" -

Ses mises en garde à tous les aigrefins attirés par l'odeur des 24 milliards d'euros du plan d'aide public de lutte contre la pandémie alléchés n'ont eu que peu d'effet.

"Il a tout de suite dit que l'argent du Covid serait étroitement surveillé (...) mais cela n'a pas été très dissuasif", remarque Collette Schulz-Herzenberg, spécialiste de l'éthique publique à l'université de Stellenbosch. "Ça montre bien que Ramaphosa n'a que peu de poids face à la corruption".

Déjà étrillé par l'opposition et une partie de l'opinion pour la rigueur de son confinement, avec interdiction des ventes d'alcool et de tabac, M. Ramaphosa l'est désormais aussi sur le front de la lutte contre la corruption.

"Nous avons un président spectateur", a déploré le chef de l'opposition John Steenhuisen, "les Sud-Africains sont fatigués de cette vacuité".

A un an des prochaines élections locales, certains prédisent déjà au camp présidentiel une facture salée.

"Cette corruption est tellement outrancière", soupire l'analyste politique Ralph Mathekga, "il est clair que la colère du public va éclater dans les urnes".

L'exaspération qui a saisi le public pourrait toutefois servir au pouvoir pour engager les réformes de fond indispensables à l'éradication de la corruption, veut croire Karam Singh. "C'est une occasion unique", insiste-t-il.

Pour couper court au soupçon, certaines autorités provinciales ont récemment publié les détails de leurs contrats liés au coronavirus. Plus tôt ce mois-ci, le ministre des Finances Tito Mboweni s'est prononcé pour la transparence obligatoire des appels d'offre publics.

"Cela aurait dû être fait il y a des années déjà", relève Collette Schulz-Herzenberg.

Très pessimiste, Ralph Mathekga doute, lui, sérieusement que la pandémie de Covid-19 suffise à "changer le paysage moral" de la politique sud-africaine. "Quand un système a atteint le point où la pourriture est devenue la règle, il y a peu de chance qu'il évolue..."

sch-pa/jhd

LNP s'engage à adopter de nouvelles lois protégeant les journalistes du Queensland s'il remporte le gouvernement .
© Fourni par ABC News La chef de l'opposition du Queensland, Deb Frecklington, déclare que la protection des médias est "un élément fondamental de notre démocratie". (ABC News: Tim Swanston) L'Opposition d'État a promis aux élections de revoir les lois actuelles du Queensland dans le but de mieux protéger les journalistes contre l'obligation de révéler des sources confidentielles.

usr: 1
C'est intéressant!