•   
  •   

Monde Biden s’en prend au « pouvoir brutal » de Trump et demande un report du vote sur la Cour suprême

01:45  21 septembre  2020
01:45  21 septembre  2020 Source:   ouest-france.fr

Joe Biden veut marquer la différence avec Donald Trump

  Joe Biden veut marquer la différence avec Donald Trump Face à des électeurs installés dans un drive-in, Joe Biden a voulu montrer qu'il était aux antipodes de Donald Trump. 1/10 DIAPOSITIVES © Jonathan Ernst / Reuters Joe Biden à Scranton, en Pennsylvanie, le 17 septembre 2020. Joe Biden à Scranton, en Pennsylvanie, le 17 septembre 2020. 2/10 DIAPOSITIVES © Jonathan Ernst / Reuters Joe Biden à Scranton, en Pennsylvanie, le 17 septembre 2020. Joe Biden à Scranton, en Pennsylvanie, le 17 septembre 2020.

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a accusé dimanche Donald Trump d'exercer le pouvoir de manière " brutale " en essayant de nommer un nouveau juge à la Cour suprême avant le scrutin, ce qui suscite des réserves au sein même du parti républicain. En lice pour sa réélection, le

Le processus de traitement des données personnelles est décrit en détail dans la Politique de Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a demandé dimanche aux sénateurs de ne pas Deux sénatrices républicaines opposées au vote . Le Président Donald Trump , qui brigue un second

Joe Biden au National Constitution Center de Philadelphie, en Pennsylvanie, ce 20 septembre. © Mark Makela/REUTERS Joe Biden au National Constitution Center de Philadelphie, en Pennsylvanie, ce 20 septembre.

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a demandé, ce dimanche 20 septembre 2020, aux sénateurs de ne pas voter sur le poste vacant à la Cour suprême des États-Unis avant la présidentielle de novembre. Il a dénoncé, au passage, le « pouvoir brutal » qu’exerce, selon lui, Donald Trump.

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a demandé, ce dimanche 20 septembre, aux sénateurs de ne pas voter sur le poste vacant à la Cour suprême des États-Unis avant que les Américains aient choisi leur président.

Donald Trump fonce sur la Cour suprême

  Donald Trump fonce sur la Cour suprême Donald Trump a tout à gagner en désignant d’ici au 3 novembre celui ou celle qui remplacera Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. Donald Trump savait exactement ce qu’il faisait lorsqu’il a rendu publique, le 9 septembre, une liste de 20 candidats possibles pour une nomination à la Cour suprême. À 87 ans, Ruth Bader Ginsburg, elle, pensait se remettre de son cinquième cancer et indiquait suivre un entraînement physique pour tenir au moins jusqu’au 3 novembre, date de la présidentielle, et si possible jusqu’au 20 janvier, date de l’investiture du prochain président.

à la Cour suprême de Donald Trump avant la présidentielle du 3 novembre, consolidant ainsi la majorité du parti pour procéder à ce vote controversé. Biden , avant tout vote et, en cas de victoire de l’ancien vice-président de Barack Obama, attendre même sa prise de fonctions en janvier 2021.

Donald Trump d'exercer le pouvoir de manière " brutale " en essayant de nommer un nouveau juge à la Cour ne voterait pas pour attribuer un poste à la Cour suprême "si près des élections". Ancienne juge à la Cour suprême de Floride, elle exerce aujourd'hui dans une cour d'appel fédérale

La volonté du président Donald Trump de remplacer la juge Ruth Bader Ginsburg, décédée vendredi, avant le scrutin du 3 novembre est juste un exercice de pouvoir politique brutal, a-t-il ajouté lors d’une intervention depuis Philadelphie.

Le président a déjà été très clair, c’est une affaire de pouvoir. Purement et simplement. De pouvoir, a-t-il encore asséné.

Un précédent en 2016

Joe Biden a également reproché au chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell d’avoir annoncé « dans l’heure qui suivait l’annonce de la mort » de RBG qu’il organiserait un vote pour la remplacer et ancrer solidement la Cour suprême dans le conservatisme.

Le leader républicain avait pourtant refusé d’auditionner un juge nommé à la Cour suprême par le président démocrate Barack Obama en 2016 au motif qu’il s’agissait d’une année électorale et de nombreux sénateurs républicains étaient d’accord, a-t-il rappelé.

Première manifestation anti-Netanyahu à Jérusalem depuis le reconfinement

  Première manifestation anti-Netanyahu à Jérusalem depuis le reconfinement Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche soir à Jérusalem pour réclamer le départ du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, inculpé pour corruption et accusé de mauvaise gestion de la crise sanitaire, alors que le pays est reconfiné depuis vendredi. Les manifestations ont été autorisées malgré le reconfinement, dans le cadre duquel les Israéliens ne peuvent toutefois sortir de chez eux que dans un rayon d'unLes manifestations ont été autorisées malgré le reconfinement, dans le cadre duquel les Israéliens ne peuvent toutefois sortir de chez eux que dans un rayon d'un kilomètre pour se détendre, et plus loin uniquement pour aller faire des courses ou pour travailler si leur profession est j

dimanche Donald Trump d'exercer le pouvoir de manière " brutale " en essayant de nommer un nouveau juge à la Cour suprême avant le scrutin, ce nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre Vous allez

Les démocrates lui demandent d’attendre la présidentielle du 3 novembre. Le Monde avec AFP Publié Mais Donald Trump semble décidé à s’engager dans la désignation au pas de charge d’un Biden et Obama appellent Trump à la retenue. De leur côté, les progressistes veulent en effet à tout

Ils ne peuvent pas changer de pied, quatre ans plus tard, juste parce que ça dessert leurs intérêts, a-t-il estimé.

Je ne suis pas naïf, je ne m’adresse pas au président Trump ni à Mitch McConnell mais à la poignée de sénateurs républicains, qui savent au fond d’eux-mêmes ce qui est bon pour leur pays, a-t-il encore dit.

Respectez vos obligations constitutionnelles, suivez votre conscience, leur a lancé Joe Biden.

Le parti républicain dispose de 53 élus sur 100, mais deux sénatrices républicaines modérées ont déjà fait savoir qu’elles ne comptaient pas participer à un vote avant l’élection ce qui complique l’équation pour Donald Trump.

L’équilibre de la Cour suprême en question

Donald Trump a affirmé dans la nuit de samedi à dimanche qu’il proposerait rapidement un nom, celui d’une femme, pour remplacer la juge à la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg. Il a évoqué une annonce dès la semaine prochaine. Parmi les favorites, un nom revient : celui d’Amy Coney Barrett.

La mort de Ruth Bader Ginsburg réduit à trois, sur neuf juges nommés à vie, le nombre de progressistes à la Cour suprême, ce temple du droit américain, où s’arbitrent les grands débats de la société.

Les républicains ont l’occasion de l’ancrer durablement dans une idéologie conservatrice, en nommant un neuvième magistrat. Les démocrates vont se battre pour empêcher ce déséquilibre.

Biden préférerait ne pas parler du siège ouvert à la Cour suprême .
Mais ce n'est pas ce sur quoi Biden s'est concentré dans un discours de lundi du Wisconsin, au cours duquel il a parlé des États-Unis passant à 200000 décès confirmés de coronavirus . En fait, il n'a pas du tout mentionné le décès de Ginsburg ou de la Cour suprême. Mardi, il n'a fait aucune apparition publique. L'environnement à enjeux élevés, en théorie, offre à Biden l'occasion d'exploiter l'énergie des électeurs et des donateurs indignés.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!