•   
  •   

Monde Mali : un président civil ou militaire ? Les deux, mon colonel

01:15  22 septembre  2020
01:15  22 septembre  2020 Source:   liberation.fr

"Africa Mia", émouvante épopée musicale des Maravillas de Mali, dans les pas de Boncana Maïga

  De jeunes Maliens, envoyés se former à la musique à Cuba au milieu des années 60, ont fait sensation sur l'île et au-delà en créant un groupe mythique, les Maravillas de Mali. "Africa Mia", le documentaire co-réalisé par Richard Minier, retrace leur incroyable parcours. © Fournis par Franceinfo Derrière le documentaire Africa Mia, il y a la persévérance d'un homme, Richard Minier, producteur de musique et co-réalisateur avec Edouard Salier du film sorti dans les salles françaises le 16 septembre. En janvier 2000, le cinéaste français découvre à Bamako, la capitale du Mali, un musicien qui l'intrigue : Dramane Coulibaly.

Un civil ou un militaire ? Le collège devrait comprendre cinq représentants de la junte, deux du Mouvement du 5-Juin, deux religieux et deux membres de la société civile , selon une On ignore si le collège choisira un président de transition lundi, veille du 60e anniversaire de l’indépendance du Mali . Parmi ses interlocuteurs, ont figuré notamment le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta

Des militaires avaient renversé le 18 août le président Ibrahim Boubacar Keïta, au pouvoir depuis 2013 et affaibli par des mois de contestation générée par la grave crise sécuritaire, économique et institutionnelle traversée par le pays, mais aussi la corruption reprochée à toute la classe politique.

Bah Ndaw à Bamako, en juillet 2014. © HABIBOU KOUYATE Bah Ndaw à Bamako, en juillet 2014.

L'homme désigné pour conduire la transition, Bah Ndaw, est un officier à la retraite. Son vice-président sera l'actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta.

Le président de la transition désigné ce lundi est bien un civil. L’exigence de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est donc remplie. Pour la forme. En réalité, l’homme chargé de conduire le Mali jusqu’aux prochaines élections générales, programmées dans dix-huit mois, est un officier de l’armée de l’air à la retraite. Bah Ndaw, 70 ans, a été brièvement ministre de la Défense et des Anciens Combattants en 2014, pendant le premier mandat du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Il sera secondé par un vice-président lui aussi militaire: le colonel Assimi Goïta, 37 ans, commandant des forces spéciales et chef de la junte qui a renversé le même «IBK».

Les manifestants biélorusses maintiennent la pression sur Loukachenko

  Les manifestants biélorusses maintiennent la pression sur Loukachenko Les manifestants biélorusses maintiennent la pression sur Loukachenko © Reuters/STRINGER LES MANIFESTANTS BIÉLORUSSES MAINTIENNE MOSCOU (Reuters) - Des dizaines de milliers de Biélorusses ont de nouveau manifesté dimanche à Minsk pour exiger le départ du président Alexandre Loukachenko. Plus d'une dizaine d'opposants à l'autocrate biélorusse, au pouvoir depuis 26 ans, ont été arrêtés, selon l'agence de presse russe Tass. Près de 400 personnes avaient déjà été interpellées samedi lors d'une manifestation de femmes, selon la police.

Le colonel à la retraite, Bah Ndaw, ancien ministre malien de la Défense, a été officiellement désigné ce lundi pour diriger la transition jusque-là menée par une junte militaire établie après le renversement le 18 août dernier du président démocratiquement élu, Ibrahim Boubacar Keita.

La Cedeao exige un président civil au Mali . Le président Ibrahim Boubacar Keita a été renversé, mardi 18 août, par des militaires qui l’ont poussé à la démission et mis en place un Comité national de salut publique (CNSP), dirigé par le colonel Assimi Goïta, devenu le nouvel homme fort du pays.

«Le Grand»

Le choix de ce binôme présidentiel indique que les responsables du putsch du 18 août n’ont aucune intention de lâcher la main. Ils ont d’ailleurs soigneusement encadré cette nomination, comme, jusqu’à présent, toutes les étapes de la transition.

Le Comité national pour le salut du peuple (le nom officiel de la junte) a lui-même choisi les membres du collège de désignation. Il était composé de cinq représentants du CNSP, deux figures religieuses, deux représentants du mouvement de contestation qui a fait vaciller le régime cet été et deux personnalités de la société civile.

En quelques heures, ce lundi, ce collège a accouché du nom de Bah Ndaw, inconnu du grand public malien. Le temps pressait, à la veille de l’expiration de l’ultimatum de la Cédéao : l’organisation sous-régionale avait donné jusqu’au 22 septembre aux putschistes pour rendre le pouvoir aux civils.

Biélorussie : la mobilisation contre Loukachenko se poursuit, Tikhanovskaïa à Bruxelles ce lundi

  Biélorussie : la mobilisation contre Loukachenko se poursuit, Tikhanovskaïa à Bruxelles ce lundi Biélorussie : la mobilisation contre Loukachenko se poursuit, Tikhanovskaïa à Bruxelles ce lundiLa veille déjà, une marche des femmes avait rassemblé des milliers de personnes dans les rues de la capitale. Elle avait également donné lieu à des centaines d'interpellations. Mais les pressions policières n'ont pas empêché la réussite de ce nouveau rendez-vous dominical et un défilé sur l'avenue des Vainqueurs jusqu'au palais de l'Indépendance, résidence de celui que l'on qualifie de « dernier dictateur d'Europe ».

Alors que la transition au Mali est toujours en discussion, la contestation peine à se mettre d'accord sur le rôle des militaires . Etablie par un comité d’experts dits indépendants, cette charte préconisait ce matin une transition de deux ans avec un président désigné par le Comité national pour le salut du

Le nouveau Président est censé officier comme chef de l'État pendant plusieurs mois avant un retour des civils au pouvoir. Dans le même temps, le colonel Goïta a été désigné vice- Président de transition, a annoncé l'intéressé dans un bref flash spécial.

Mardi, les chefs d’Etat de la région doivent décider de lever, maintenir ou renforcer les sanctions commerciales et financières qui pèsent sur le Mali depuis le coup d’Etat du 18 août. Le profil du président de la transition, un vrai faux civil, va leur compliquer la tâche.

Surnommé «le Grand» par ses camarades, le discret Bah Ndaw, 1,95 mètre, a été l’aide de camp du président Moussa Traoré au temps de la dictature, avant de démissionner. «C’est un militaire de carrière sans éclat, à la réputation droite, explique le chercheur Marc-André Boisvert, spécialiste de l’armée malienne. Il vient de l’armée de l’air, dont les soldats ont tendance à avoir moins de connexions avec le reste de l’armée que les autres corps. Il a survécu à tous les régimes, il faut y voir une personnalité qui ne soulève pas la controverse.» L’ex-Premier ministre Moussa Mara, qui fut son chef de gouvernement, abonde : «C’est un homme intègre, je l’ai proposé à l’époque au vu de son honnêteté et du respect dont il bénéficiait dans l’armée.»

Mali. L’ex-ministre de la Défense Ba N’Daou désigné président de transition

  Mali. L’ex-ministre de la Défense Ba N’Daou désigné président de transition Le nouveau président est censé officier comme chef de l’État pendant plusieurs mois avant un retour des civils au pouvoir. L’ex-ministre de la Défense Ba N’Daou a été désigné lundi président de transition du Mali par un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août, a annoncé le chef de cette junte, le colonel Assimi Goïta, à la télévision nationale.

Un civil a été tué et deux autres blessés mardi par des militaires français de Barkhane dans un incident impliquant un bus, à une cinquantaine de kilomètres de Gao. En tout cas, les deux balles tirées ont finalement traversé le pare-brise du bus et ont blessé trois personnes, dont une grièvement.

Le collège chargé de désigner le président qui va diriger la transition au cours des prochains mois se Le collège mis en place par la junte militaire au pouvoir va se réunir dans un contexte marqué par les Le collège devrait comprendre cinq représentants de la junte, deux du Mouvement du 5-Juin

Flash spécial

En 2015, Bah Ndaw, fervent défenseur de l’Etat central, était considéré comme réfractaire à la signature des accords d’Alger avec les mouvements rebelles touaregs. Comme beaucoup d’officiers de l’armée malienne. «Il donnait l’impression de traîner les pieds sur les questions de défense, d’intégration des combattants rebelles, rappelle un observateur. Il souhaitait le retour de l’armée à Kidal.»

Sa nomination pourrait-elle plomber encore davantage le processus de paix d’Alger, déjà au point mort ? Pour désamorcer la crise, une rencontre avec la Coordination des mouvements de l’Azawad (ex-rebelles) est inscrite dès mardi au programme du CNSP.

Bah Ndaw prêtera serment vendredi, a annoncé, dans un flash spécial diffusé à la télévision malienne, l’actuel numéro 1 de la junte… qui est donc appelé à devenir son vice-président. Il appartiendra au chef de l’Etat de nommer un Premier ministre. Mais le populaire Assimi Goïta, doté d’importantes prérogatives sécuritaires selon la charte de la transition et appelé à remplacer le président en cas d’incapacité, semble placer son aîné sous tutelle. Les jeunes colonels putschistes qui ont fait tomber «IBK» ne sont pas près de retourner à leurs casernes.

Défaites électorales, démissions en cascade, réorganisation… Que se passe-t-il à La République en marche ? .
Le parti d'Emmanuel Macron a présenté un nouvel organigramme lors d'un bureau exécutif houleux, lundi soir. Il tente d'endiguer la crise dans laquelle il s'enfonce depuis plusieurs semaines. © Fournis par Franceinfo Des luttes intestines révélatrices d'une ambiance délétère. La République en marche (LREM) est frappée par une crise sans précédent où se multiplient les rebondissements.Le dernier en date : Mounir Mahjoubi, député de Paris et ex-secrétaire d'Etat au Numérique, est devenu le nouveau porte-parole du parti de la majorité, a appris le service politique de franceinfo, mardi 22 septembre.

usr: 0
C'est intéressant!