•   
  •   

Monde À la Une: l’image de la Cour suprême américaine écornée

21:05  23 septembre  2020
21:05  23 septembre  2020 Source:   rfi.fr

Baptême du prince Charles : les 40 photos officielles de la Cour grand-ducale

  Baptême du prince Charles : les 40 photos officielles de la Cour grand-ducale Le prince Charles de Luxembourg, fils du prince héritier Guillaume et de la princesse Stéphanie, a été baptisé ce samedi à l’abbaye de Clervaux. Retour en photos et en vidéo sur la cérémonie. 1/40 DIAPOSITIVES © Cour grand-ducale / Sophie Margue Le prince Charles de Luxembourg avec ses parents le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie à l'abbaye de Clervaux, le 19 septembre 2020 Le prince Charles de Luxembourg avec ses parents le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie à l'abbaye de Clervaux, le 19 septembre 2020 2/40 DIAPOSI

La Cour suprême des États-Unis, à Washington. © REUTERS/Carlos Barria La Cour suprême des États-Unis, à Washington.

La Cour suprême américaine attend de connaître le nom du ou de la candidate que Donald Trump doit annoncer samedi prochain. Une Cour suprême dont l’image pourrait bien être écornée par la bataille politique entre républicains et démocrates, selon le Washington Post. Le quotidien, qui ne se fait plus d’illusion sur la possibilité qu’un juge progressiste soit nommé, estime que la principale victime de cette guerre entre républicains et démocrates n’est autre que la Cour suprême, une institution censée être non-partisane.

USA: Biden critique le projet de Trump de nommer un candidat à la Cour suprême

  USA: Biden critique le projet de Trump de nommer un candidat à la Cour suprême USA: Biden critique le projet de Trump de nommer un candidat à la Cour suprême © Reuters/MARK MAKELA USA: BIDEN CRITIQUE LE PROJET DE TRUMP DE NOMMER UN CANDIDAT À LA COUR SUPRÊME PHILADELPHIE/WASHINGTON (Reuters) - Le candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis Joe Biden a exhorté dimanche les républicains du Sénat à ne pas voter pour un candidat nommé à la Cour suprême à l'approche de l'élection présidentielle du 3 novembre.

Une institution décrédibilisée et qui, en cas de victoire démocrate à la présidentielle, et si les démocrates venaient également à remporter la majorité au Sénat, pourrait même faire l’objet d’une réforme, comme l’ont laissé entendre certains élus. Il serait notamment question d’augmenter le nombre de juges qui y siègent pour rétablir un équilibre entre progressistes et conservateurs. Car si tel n’est pas le cas, on sait ce qu’il adviendra, prévient le quotidien, notamment concernant trois sujets centraux et majeurs : les armes à feu, l’avortement et les libertés religieuses.

Les républicains qui soutiennent Joe Biden

Si les sénateurs républicains semblent prêts à suivre Donald Trump pour ce qui est de la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême, d’autres républicains n’hésitent plus à afficher désormais leur soutien à Joe Biden dans la course à la présidentielle. Après l’annonce hier de la veuve du sénateur républicain John McCain, ancien candidat républicain à la présidentielle, qui a annoncé soutenir la candidature de Joe Biden que son mari avait affronté en 2008 alors qu’il était candidat à la vice-présidence, USA Today revient aujourd’hui sur le panel de républicains qui affichent ouvertement leur soutien pour le candidat démocrate.

Cour suprême: Trump promet une candidate dès la fin de semaine

  Cour suprême: Trump promet une candidate dès la fin de semaine Donald Trump a annoncé lundi qu'il désignerait en fin de semaine une nouvelle juge pour la Cour suprême afin de succéder à Ruth Bader Ginsburg et a martelé que le vote au Sénat devrait se tenir avant l'élection présidentielle, attisant une féroce bataille politique qui accapare déjà la campagne. Balayant les cris d'indignation des démocrates, le président a estimé que le Sénat, à majorité républicaine, avait "largement le temps" de confirmer laBalayant les cris d'indignation des démocrates, le président a estimé que le Sénat, à majorité républicaine, avait "largement le temps" de confirmer la nomination d'une nouvelle magistrate avant le scrutin du 3 novembre qui l'opposera à Joe Biden.

Ils sont des dizaines, parmi lesquels d’anciens membres de l’administration Trump comme James Matthis ou John Bolton. On retrouve également des élus ou d’anciens élus de premier plan tels que Jeff Flake, ancien sénateur de l’Arizona, Rick Snyder, ancien gouverneur du Michigan, Charlie Dent ou John Kasich. Des centaines de fonctionnaires de l’administration ont aussi donné leur avis sur la question. Des prises de position utilisées par le parti démocrate pour démontrer que leur candidat est à même d’unir les Américains. Un message, précise le quotidien, destiné aux électeurs encore indécis.

Des célébrités paient les arriérés des ex-détenus de l’État de Floride

Des célébrités, dont Michael Bloomberg ou la star du basket LeBron James, ont versé vingt millions de dollars pour payer les dettes d’anciens détenus en Floride. Ces anciens détenus n’avaient pas le droit de voter en vertu d’une loi qui le leur interdit s’ils ont des amendes ou des frais de justice à payer. Au total, 775 000 anciens détenus seraient dans cette situation, selon Politico.

Cour suprême: soutenu par les républicains, Trump désignera sa candidate samedi

  Cour suprême: soutenu par les républicains, Trump désignera sa candidate samedi Malgré l'indignation des démocrates, Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la progressiste Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême, fort d'une majorité consolidée au Sénat pour voter sur sa confirmation sans attendre l'issue de la présidentielle américaine. Les démocrates sont vent debout, arguant qu'il faudrait attendre l'élection du 3 novembre, qui opposera Donald Trump à Joe Biden, avant tout vote. Voire même, en cas de victoire de l'ancien vice-président de Barack Obama, attendre sa prise de fonctions en janvier 2021.

Leurs voix pourraient bien être décisives pour les démocrates s’ils souhaitent s’imposer dans cet État très disputé. À deux semaines de la date limite pour s’inscrire sur les listes électorales des célébrités dont Michael Bloomberg, LeBron James, John Legend ou encore Steven Spielberg ont participé à cette initiative. Au total, 44 000 personnes ou entreprises ont financé un fonds pour régler ces arriérés et permettre à ces anciens détenus de participer à l’élection du 3 novembre prochain.

Plus 300 000 enfants déscolarisés au Pérou

Une conséquence de la pandémie de Covid-19, selon le ministère péruvien de l’Éducation. Un chiffre qui représente 15% des élèves inscrits, selon El Espectador. Des enfants qui n’ont plus de lien avec l’école soit parce qu’ils ont dû travailler pendant cette période de pandémie pour aider leur famille, soir parce qu’il n’avait pas les moyens de suivre les classes à distance. Et selon le ministère péruvien de l’Éducation qui est à l’origine de ce décompte, le chiffre pourrait être encore plus élevé. C’est une preuve que le système éducatif ne fonctionne pas estime une spécialiste de l’éducation dans les colonnes du quotidien.

Le scrutin de novembre finira devant la Cour suprême, dit Trump

  Le scrutin de novembre finira devant la Cour suprême, dit Trump Le scrutin de novembre finira devant la Cour suprême, dit Trump © Reuters/TOM BRENNER LE SCRUTIN DE NOVEMBRE FINIRA DEVANT LA COUR SUPRÊME, DIT TRUMP WASHINGTON (Reuters) - L'issue du scrutin présidentiel du 3 novembre prochain se décidera devant la Cour suprême, a déclaré mercredi le président Donald Trump, candidat à sa propre succession. Selon lui, cette hypothèse justifie que le siège laissé vacant par la mort vendredi dernier de la juge Ruth Ginsburg soit pourvu le plus rapidement possible.

Le Pérou est l’un des pays les plus touchés par la pandémie, rappelle El Espectador et la fermeture des classes a été l’une des premières mesures annoncées. Depuis maintenant quelques semaines, les autorités ont mis en place le programme « J’apprends à la maison » qui doit permettre de suivre des cours à la télévision, la radio ou encore sur internet. Un programme sur lequel compte beaucoup le ministère de l’Éducation.

Réaction de la presse brésilienne après le discours de Jair Bolsonaro devant l’ONU

Un discours au cours duquel Jair Bolsonaro a dénoncé entre autres une campagne brutale de désinformation sur l’Amazonie et le Pantanal, deux régions où les incendies continuent de faire des ravages. Le site d’information G1passe les déclarations au crible et révèle de nombreuses « fausses informations ». Par exemple : contrairement à ce que Jair Bolsonaro affirmait, les images satellites montrent clairement que les responsables des incendies ne sont pas les Indiens qui brûlent des petites parcelles de terre, mais bien des grands propriétaires qui déboisent la forêt.

Selon un politologue interviewé par l’hebdomadaire Carta Capitale, le discours était l’un des plus vides jamais prononcés à l’ONU, « un affront à l’intelligence d’autrui », selon lui. Sur les réseaux sociaux, des internautes se sont amusés à coller sur les photos du président un long nez de Pinocchio. Concernant l’appel que Jair Bolsonaro a lancé à la communauté internationale pour combattre « la haine contre les chrétiens », Carta Capital rappelle que cette communauté est certes poursuivie en Afghanistan ou en Érythrée, mais pas au Brésil.

Voici ce qui s'est passé lorsque les républicains du Sénat ont refusé de voter sur la nomination de Merrick Garland à la Cour suprême .
La mort de la juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg à moins de deux mois de l'élection présidentielle a forcé un réexamen du blocus de 11 mois par les républicains de Merrick Garland en 2016. © SAUL LOEB / AFPGetty Images Le président américain Barack Obama rejoint son candidat à la Cour suprême, le juge de la cour d'appel fédérale Merrick Garland (à gauche), lors de l'annonce de la nomination de la Rose Garden de la Maison Blanche à Washington, DC, le 16 mars , 2016.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!