•   
  •   

Monde La CEDEAO maintiendra les sanctions du Mali jusqu'à ce que le Premier ministre civil soit nommé

20:28  25 septembre  2020
20:28  25 septembre  2020 Source:   aljazeera.com

"Africa Mia", émouvante épopée musicale des Maravillas de Mali, dans les pas de Boncana Maïga

  De jeunes Maliens, envoyés se former à la musique à Cuba au milieu des années 60, ont fait sensation sur l'île et au-delà en créant un groupe mythique, les Maravillas de Mali. "Africa Mia", le documentaire co-réalisé par Richard Minier, retrace leur incroyable parcours. © Fournis par Franceinfo Derrière le documentaire Africa Mia, il y a la persévérance d'un homme, Richard Minier, producteur de musique et co-réalisateur avec Edouard Salier du film sorti dans les salles françaises le 16 septembre. En janvier 2000, le cinéaste français découvre à Bamako, la capitale du Mali, un musicien qui l'intrigue : Dramane Coulibaly.

a man wearing a uniform: The new interim president of Mali, Bah Ndaw, right, attends the Inauguration ceremony with Mali's new Vice President Colonel Assimi Goita [Amadou Keita/Reuters] © Le nouveau président par intérim du Mali, Bah Ndaw, à droite, assiste à la cérémonie d'inauguration avec le président malien ... Le nouveau président par intérim du Mali, Bah Ndaw, à droite, assiste à la Cérémonie d'inauguration avec le nouveau vice-président du Mali, le colonel Assimi Goita [Amadou Keita / Reuters]

Les États d'Afrique de l'Ouest maintiendront les sanctions contre le Mali jusqu'à ce qu'il nomme un Premier ministre civil, a déclaré le chef du bloc régional de la CEDEAO.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, qui compte 15 pays, a imposé des sanctions au Mali après le coup d'État militaire du 18 août, qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita.

Mali: naissance d’un pays sur les cendres de la Fédération

  Mali: naissance d’un pays sur les cendres de la Fédération Le 22 septembre 1960, un congrès extraordinaire de l’Union soudanaise RDA proclamait à Bamako la transformation du Soudan français en République du Mali, un pays « libre de tous engagements et de liens politiques vis-à-vis de la France ». L’enthousiasme des militants rassemblés au collège technique de Bamako ne peut faire oublier que cette naissance s’est faite dans la douleur et dans les accusations. Accusations contre les responsables du Sénégal voisin et contre l’ancienne puissance coloniale, la France. Car la République du Mali naît des cendres de la Fédération du même nom, consumée par le conflit entre leaders soudanais et sénégalais.

Les sanctions "seront levées lorsqu'un Premier ministre civil sera nommé", a déclaré vendredi le président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou. Les voisins de

Mali ont adopté une ligne dure après le coup d’État du mois dernier, imposant des sanctions dans le but de pousser le gouvernement militaire à rétablir rapidement le régime civil.

Les restrictions commerciales incluent une interdiction des échanges commerciaux et des flux financiers, mais pas des produits de première nécessité, des médicaments, des équipements pour lutter contre la pandémie de coronavirus, du carburant ou de l'électricité. Le gouvernement militaire de

Mali a approuvé un plan de restauration du régime civil après le coup d’État et a nommé un comité qui a choisi le colonel à la retraite et ancien ministre de la Défense, Bah Ndaw, âgé de 70 ans, comme président par intérim.

Mali: le chef de la junte demande la levée des sanctions ouest-africaines

  Mali: le chef de la junte demande la levée des sanctions ouest-africaines Le chef de la junte au Mali, le colonel Assimi Goïta, a pressé mardi la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) de lever ses sanctions et réitéré son soutien à la présence des forces françaises et de l'ONU face aux jihadistes."Nous avons accepté les principes de la Cédéao, à savoir la nomination d'un président civil, puis la désignation d'un Premier ministre. Je pense que dans les jours à venir la Cédéao doit enlever ces sanctions pour le bonheur de la population malienne", a déclaré le colonel Goïta en marge des cérémonies du 60ème anniversaire de l'indépendance du pays.

Ndaw, qui a prêté serment vendredi, a promis d'honorer le plan - ou «charte de transition» - et de remettre le pouvoir dans les 18 mois.

«La charte est mon guide», a déclaré Ndaw lors de la cérémonie.

«Le Mali m'a tout donné. Je suis heureux d'en être l'esclave soumis, prêt à tout faire pour qu'il revienne à la pleine légalité constitutionnelle, avec des autorités élues, des représentants légitimes.

"La période de transition qui débute ne conteste aucun engagement international du Mali, ni les accords signés par le gouvernement."

«Nous sommes optimistes» Le colonel Assimi Goita, 37 ans, chef du coup d'État du

, a également prêté serment en tant que vice-président par intérim.

La charte de transition n'a cependant jamais été dévoilée.

Brou a souligné l'importance de publier le document et a averti que la CEDEAO ne pouvait pas accepter que Goita, en tant que vice-président, puisse potentiellement remplacer Ndaw.

Un président de transition désigné au Mali : «Une étape encourageante», selon Paris

  Un président de transition désigné au Mali : «Une étape encourageante», selon Paris Un président de transition désigné au Mali : «Une étape encourageante», selon ParisAinsi en a décidé lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août. Ce comité a désigné comme président de la transition Bah Ndaw, 70 ans, éphémère ministre de la Défense en 2014. « Nous prenons acte de ces premières nominations qui représentent une première étape encourageante dans le processus de transition au Mali, qui doit mener à la tenue d'élections d'autorités légitimes.

«La principale préoccupation de la CEDEAO est de maintenir la démocratie constitutionnelle dans la région», a-t-il déclaré. Les voisins de

Mali ont regardé avec inquiétude les bouleversements politiques dramatiques à Bamako, soucieux d’éviter que ce pays fragile ne sombre dans le chaos.

Des pans du vaste pays échappent déjà au contrôle du gouvernement, en raison d'un soulèvement armé qui a débuté en 2012 et qui a également enflammé les tensions ethniques.

Des milliers de soldats et de civils sont morts dans le conflit à ce jour, et des centaines de milliers ont dû fuir leurs maisons.

Les tensions générées par le conflit - ainsi qu'une économie désastreuse et la corruption - ont contribué aux manifestations de masse contre Keita, qui ont abouti au putsch du mois dernier.

Le bloc de 15 pays de la CEDEAO a adopté une ligne dure, imposant des sanctions au Mali et menaçant un «embargo total» si des chefs militaires étaient installés dans le gouvernement intérimaire.

Jeudi, l'ancien président nigérian et médiateur de la CEDEAO Goodluck Jonathan, avait commenté favorablement la prochaine prestation de serment.

«Nous sommes optimistes que cet événement marquera le début du retour à la normale au Mali», a-t-il déclaré sur Twitter.

Mali: pourquoi la Cédéao n'a pas encore levé son embargo .
Le président de la transition Bah N’Daw, son Premier ministre le diplomate Moctar Ouane, ainsi que le vice-président le colonel Assimi Goïta se sont rencontrés lundi 28 septembre à Bamako pour évoquer les tâches qui les attendent pour les 18 prochains mois. Mais ils doivent d'abord faire face à un problème : l'embargo décrété contre le Mali par la Cédéao n'est pas encore levé malgré la nomination d'un Premier ministre civil. Avec notre correspondant à Bamako,Serge DanielBamako n’a pas encore officiellement réagi à la non-levée de l’embargo décrété par la Communauté économiques des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

usr: 0
C'est intéressant!