•   
  •   

Monde Orban: "Nous rejetons toujours la relocalisation des demandeurs d'asile"

21:40  25 septembre  2020
21:40  25 septembre  2020 Source:   fr.reuters.com

Immigration : le règlement de Dublin, l'impossible réforme ?

  Immigration : le règlement de Dublin, l'impossible réforme ? En voulant abroger le règlement de Dublin, qui impose la responsabilité des demandeurs d'asile au premier pays d'entrée dans l'Union européenne, Bruxelles reconnaît des dysfonctionnements dans l’accueil des migrants. Mais les Vingt-Sept, plus que jamais divisés sur cette question, sont-ils prêts à une refonte du texte ? Éléments de réponses. Ursula Von der Leyen en a fait une des priorités de son mandat : réformer le règlement de Dublin, qui impose la responsabilité des demandeurs d'asile au premier pays d'entrée dans l'Union européenne, Bruxelles reconnaît des dysfonctionnements dans l’accueil des migrants.

HONGRIE-ORBAN:Orban: "Nous rejetons toujours la relocalisation des demandeurs d'asile"

ORBAN: © Reuters/POOL ORBAN: "NOUS REJETONS TOUJOURS LA RELOCALISATION DES DEMANDEURS D'ASILE"

par Gabriela Baczynska et John Chalmers

BRUXELLES (Reuters) - Le Premier ministre hongrois Viktor Orban rejette le pacte migratoire présenté mercredi par la Commission européenne, car il obligerait la Hongrie à accueillir des demandeurs d'asile, même s'il y voit certains aspects positifs.

ÉDITO. Moria, « honte de l’Europe »

  ÉDITO. Moria, « honte de l’Europe » Les incendies qui ont ravagé le camp de Moria attirent l’attention sur la situation dramatique des demandeurs d’asile oubliés aux frontières de l’Europe. Il est indispensable de construire une politique européenne commune. Ne nous apportez pas de pain. Donnez-nous la Liberté. Cet appel d’un demandeur d’asile de Moria est poignant. Car nombre d’entre eux manquent de tout depuis les incendies qui ont ravagé ce camp, empirant leurs conditions de vie, déjà inhumaines.

Le projet de réforme de la politique migratoire de l'instance exécutive de l'Union européenne propose d'introduire parmi les Vingt-Sept un "mécanisme de solidarité obligatoire" et de renoncer à la règle contestée voulant que le pays de première arrivée soit chargé de gérer les demandes d'asile, un système qui a exercé une contrainte maximale sur l'Italie, la Grèce ou Malte et l'Espagne, en première ligne sur les routes migratoires via la Méditerranée.

Dès le lendemain de sa présentation, la Hongrie et les autres pays du groupe de Visegrad - Pologne, République tchèque, Slovaquie - ont fait savoir qu'ils continueraient à refuser de recevoir des demandeurs d'asile sur leur territoire pour soulager d'autres pays membres.

Nouveau pacte asile et migration: le plan pour sortir l’Europe de l'impasse

  Nouveau pacte asile et migration: le plan pour sortir l’Europe de l'impasse Sortir de l’impasse sur les migrations: c’est l’objectif du nouveau pacte de la Commission européenne pour l’asile et la migration, qui est présenté ce 23 septembre à Bruxelles. Attendu depuis des mois, reporté pour cause de pandémie, il arrive alors que la destruction du camp de Moria sur l’île grecque de Lesbos, a mis plus de 12 000 personnes à la rue et provoqué un sursaut en Europe. Il n’y aura « plus jamais de Moria » a promis la Commission. Et c’en est fini du règlement de Dublin, qui laissait les pays aux frontières extérieures assumer seuls la prise en charge des demandeurs d’asile.

Pour Viktor Orban, qui a accordé une interview à Reuters vendredi, lendemain d'une rencontre avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le diable est niché dans les détails de la proposition.

"Il y a quelques bonnes nouvelles et il y a des problèmes qui n'ont toujours pas été résolus", estime le Premier ministre hongrois.

"Certains tabous ont disparu", relève-t-il, louant le durcissement des règles concernant le renvoi dans leur pays d'origine des demandeurs d'asile non admissibles dans l'UE.

Viktor Orban soutient que les demandes d'asile doivent être gérées dans des "hotspots" en dehors de l'UE, une mesure jugée quasiment impossible à appliquer en raison de problèmes pratiques et juridiques, et que les demandeurs aux portes de l'Europe doivent être être enfermés dans des centres de rétention.

Les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent depuis longtemps les conditions de détention des migrants en Hongrie et Budapest a perdu plusieurs recours devant la justice européenne sur sa gestion des demandeurs d'asile depuis la crise migratoire de 2015.

Bruxelles dévoile sa nouvelle réforme de la politique migratoire

  Bruxelles dévoile sa nouvelle réforme de la politique migratoire Le "nouveau Pacte sur la migration et l'asile" qui doit être présenté mercredi par la Commission européenne, doit remplacer le controversé règlement Dublin. Il doit rendre obligatoire la "solidarité" de tous les membres de l'Union européenne avec les pays de première arrivée de migrants lorsque ces derniers sont "sous pression". Bruxelles présente mercredi 23 septembre une épineuse réforme, cinq ans après la crise des réfugiés de 2015. L'incendie il y a quinze jours du camp de migrants de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, a encore rappelé l'urgence d'une politique commune de l'asile, qui n'a cessé ces dernières années de buter sur

"NOUS SOMMES PLUTÔT TÊTUS"

Viktor Orban, qui se veut le champion de la droite anti-immigration en Europe, assume sa politique en assurant que les demandes d'asile peuvent être traitées dans les ambassades de Hongrie à l'étranger.

"Personne ne peut entrer sur le territoire hongrois sans avoir complété une procédure de demande légale et obtenu une autorisation claire pour le faire", dit-il. "L'immigration en Hongrie est une question de sécurité nationale."

Le Premier ministre hongrois, ancien libéral et militant anticommuniste, dit vouloir protéger ce qu'il considère comme l'identité culturelle chrétienne de l'Europe et rejette la notion de société multiculturelle.

"En Hongrie, nous sommes très stricts sur le fait que nous n'aimerions pas avoir une société parallèle, une société ouverte ou une culture mixte", affirme-t-il. "Nous ne pensons pas que le mélange d'une société musulmane et d'une société chrétienne puisse être pacifique et assurer la sécurité et la qualité de vie du peuple."

Selon lui, s'il était appliqué tel quel, le projet de réforme de la politique migratoire proposé par la Commission obligerait Budapest à accueillir des migrants arrivés en Italie ou en Grèce.

Orban approuve la candidature de Trump à la réélection

 Orban approuve la candidature de Trump à la réélection Le Premier ministre hongrois de © [Fichier: Mark Wilson / Getty Images / AFP] Le président hongrois Viktor Orban (à gauche) et le président américain Donald Trump [Fichier: Mark Wilson / Getty Images / AFP] Hongrois Le Premier ministre Viktor Orban a approuvé la candidature de Donald Trump à la réélection à la présidence américaine, affirmant que ses rivaux démocrates ont imposé au monde un «impérialisme moral» que les dirigeants non libéraux comme lui rejettent.

"C'est un point très problématique", dit-il. "Ce n'est rien d'autre que de la relocalisation baptisée autrement. Et nous rejetons toujours la relocalisation."

Alors que les tractations entre pays membres n'ont pas encore commencé, Viktor Orban juge qu'il est trop tôt pour que la Hongrie envisage d'opposer son veto à cette réforme. Il faudra des mois avant que tous les Etats membres aient clarifié leur position.

Il ne fait cependant à ses yeux aucun doute que Budapest n'acceptera rien qui pourrait conduire la Hongrie à être contrainte d'accueillir des personnes en provenance du Moyen-Orient ou d'Afrique.

"Ce point n'est pas acceptable pour le peuple hongrois", prévient-il. "C'est pourquoi sur certains points, nous sommes plutôt têtus."

(Version française Juliette Portala et Jean-Stéphane Brosse)


Vidéo: Migration: la Commission européenne plaide pour «une solidarité obligatoire» entre États membres de l’UE (Le Figaro)

UE : la réponse de Jourova à Orban .
La commissaire Jourova mène crânement le combat pour le respect de l'état de droit. Elle a présenté son rapport sur les 27. La Hongrie y est épinglée.Née sous un régime autoritaire, Vera Jourova, 56 ans, a été la victime, en 2006, d'une cabale dans son pays qui l'a conduite à passer plus d'un mois en détention préventive à la suite d'une dénonciation calomnieuse. Aussi, quand il s'agit de défendre l'indépendance de la justice contre l'influence des politiques ou les influences mafieuses, la native de Trebic parle d'expérience. Le combat contre l'arbitraire n'est pas éteint en Europe à condition que les Lumières restent allumées.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!