•   
  •   

Monde Biélorussie : "Loukachenko doit partir", dit Macron avant une visite en Lituanie

11:25  27 septembre  2020
11:25  27 septembre  2020 Source:   france24.com

Biélorussie. Poutine dit à Loukachenko être « convaincu » qu’il résoudra la crise

  Biélorussie. Poutine dit à Loukachenko être « convaincu » qu’il résoudra la crise Le président russe a rencontré son homologue biélorusse à Sotchi pour évoquer la crise politique en Biélorussie. Le pays est en proie à de nombreuses manifestations depuis le début du mois d’août depuis la réélection d’Alexandre Loukachenko. Contesté dans la rue depuis août, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a rencontré lundi son homologue russe Vladimir Poutine, son principal soutien qui s’est dit « convaincu » qu’il surmontera la crise, sans s’avancer publiquement sur un soutien plus marqué.

Le président de Biélorussie , Alexandre Loukachneko, « doit partir », affirme le président français Emmanuel Macron , dans un entretien avec le Journal du dimanche. Emmanuel Macron effectuera de lundi à mercredi sa première visite en Lituanie et en Lettonie, deux Etats baltes qui espèrent son

Il est clair que Loukachenko doit partir », déclare M. Macron , cité ce 27 septembre par le journal. Le Président se dit également «impressionné par le courage des manifestants» en Biélorussie . Concernant le rôle de Poutine dans la recherche d'une solution à la crise politique, M. Macron juge

Le président Emmanuel Macron lors de la conférence de presse finale du 7ème sommet MED7 des pays méditerranéens le 10 septembre 2020 à Porticcio, Corse. © Ludovic Marin, AFP Le président Emmanuel Macron lors de la conférence de presse finale du 7ème sommet MED7 des pays méditerranéens le 10 septembre 2020 à Porticcio, Corse.

Emmanuel Macron effectuera de lundi à mercredi sa première visite en Lituanie et en Lettonie, deux États baltes qui espèrent son appui face à la crise politique en Biélorussie et aux pressions russes. À la veille de son départ, il a défendu que le président contesté Alexandre "Loukachenko doit partir".

ENTRETIEN. Svetlana Tikhanovskaïa ne voit pas « l’avenir de la Biélorussie avec Loukachenko »

  ENTRETIEN. Svetlana Tikhanovskaïa ne voit pas « l’avenir de la Biélorussie avec Loukachenko » Svetlana Tikhanovskaïa, la figure de proue de l’opposition face à l’autoritaire président biélorusse Loukachenko, sera à Bruxelles ce lundi 21 septembre pour rencontrer des élus et dirigeants européens. Elle vient réclamer « des sanctions à l’encontre des responsables de la violente répression » qui s’abat sur le pays depuis l’élection frauduleuse du 9 août. Et elle a une liste de noms. L’opposante biélorusse à Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaïa, a quitté son exil lituanien pour se rendre à Bruxelles, siège de l’Union européenne, ce lundi 21 septembre.

Loukachenko disait alors qu’il ne voulait pas se transformer en gouverneur d’une province de la Fédération de Russie. Un curieux : La situation en Biélorussie pourrait-elle dériver vers ce qu’a connu l’Ukraine en 2014 avec Maïdan ? La Russie resterait-elle attentiste en cas de déstabilisation du

Biélorussie : le président Loukachenko voit derrière les manifestations des influences étrangères. Affirmant entendre «les chenilles des chars de l'OTAN» aux frontières du pays, Alexandre Loukachenko a affirmé : «La Lettonie, la Lituanie et la Pologne ainsi que, malheureusement, notre

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko "doit partir", selon le président français. Emmanuel Macron l’a dit dimanche 27 septembre à la veille de sa première visite de lundi 28 à mercredi 30 septembre en Lituanie et en Lettonie, deux pays baltes centraux dans la crise politique en Biélorussie et qui espèrent l’appui de Paris. Selon l’Élysée, il n’est pas exclu qu’Emmanuel Macron rencontre Svetlana Tikhanovskaïa, réfugiée à Vilnius.

Au cours de sa tournée, le chef de l’État français doit rencontrer ses homologues lituanien Gitanas Nauseda et letton Egils Levits, ainsi que le Premier ministre letton Arturs Krisjanis Karins. Il rendra également visite au contingent de 300 soldats français stationnés sur la base lituanienne de Rukla, dans le cadre de la présence renforcée de l'Otan dans la région.

Biélorussie. Loukachenko a prêté serment en secret pour un 6e mandat présidentiel

  Biélorussie. Loukachenko a prêté serment en secret pour un 6e mandat présidentiel Alors qu’il est confronté à une vague de protestation sans précédent, Alexandre Loukachenko a prêté serment en catimini et sous protection pour un sixième mandat. Il affirme avoir été élu à 80 % alors que des milliers de manifestants et manifestantes demandent sa démission. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, confronté à un mouvement de contestation post-électoral sans précédent, a prêté serment mercredi 23 septembre pour un sixième mandat, a indiqué l’agence étatique Belta à l’issue d’une cérémonie tenue secrète.

L'opposition dit vouloir dialoguer avec Alexandre Loukachenko , tout en demandant son départ La rencontre avec le ministre des Affaires étrangères Vladimir Makei intervient alors que l'UE doit Finalement, Loukachenko avait raison quand il disait que des forces étrangères sont aux portes de

«Alexandre Loukachenko a prononcé le serment en langue biélorusse, après quoi il a signé l'acte de prestation Dans son discours inaugural devant un parterre de hauts responsables, le chef En effet, aujourd’hui [Alexandre] Loukachenko a pris sa retraite. Cela veut dire que ses ordres aux forces de

L'Alliance atlantique a déployé des rotations permanentes de troupes en Pologne et dans les États baltes face à la politique jugée agressive de Moscou depuis l'annexion en 2014 de la Crimée ukrainienne.

"Un pouvoir autoritaire qui n’arrive pas à accepter la logique de la démocratie"

Outre les relations bilatérales, les discussions d’Emmanuel Macron avec les dirigeants baltes devraient porter sur la crise dans la Biélorussie voisine, après la réélection le 9 août du président Alexandre Loukachenko, accusé par l'opposition d'avoir truqué l'élection et soutenu par Vladimir Poutine.

"Ce qui se passe en Biélorussie, c'est une crise de pouvoir, un pouvoir autoritaire qui n'arrive pas à accepter la logique de la démocratie et qui s'accroche par la force. Il est clair que Loukachenko doit partir", a affirmé Emmanuel Macron dans des déclarations au Journal du dimanche (JDD), publiées dimanche 27 septembre.

L'Union européenne (UE) comme les pays baltes n'ont pas reconnu son élection et la Lituanie a donné refuge à la cheffe de file de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa.

Les trois États baltes ont décidé des sanctions à l'encontre de fonctionnaires biélorusses jugés responsables de la répression contre l'opposition. L'UE devrait également prendre des sanctions contre le régime de Minsk, mais se trouve pour l'instant bloquée par le veto de Chypre.

Bélarus : des dizaines d'interpellations après l'investiture surprise de Loukachenko

  Bélarus : des dizaines d'interpellations après l'investiture surprise de Loukachenko Plus de 150 arrestations : la police bélarusse a dispersé mercredi des manifestations de l'opposition contre la prestation de serment inattendue du président bélarusse Alexandre Loukachenko, confronté à un mouvement de contestation historique.Des Etats européens ont dénoncé l'obstination de M. Loukachenko, Berlin déclarant "ne pas le reconnaître", faute de "légitimité démocratique".Le Département d'Etat américain a déclaré que les Etats-Unis "ne peuvent pas considérer Alexandre Loukachenko comme le président légitimement élu du Bélarus"."Les élections du 9 août n'étaient ni libres ni justes.

Équilibre fragile en Biélorussie entre Loukachenko et l’opposition. Il y a maintenant un certain Loukachenko a montré à ses adversaires que quoi qu’il arrive, il n’a l’intention d’aller nulle part et se « C’est-à- dire que les manifestations ont diminué, mais si aucune mesure adéquate n’est prise

Pourquoi la dictature de Loukachenko en Biélorussie vacille maintenant. Un mois plus tard, mis en difficulté par une inédite vague de contestation à Minsk, Alexandre Loukachenko est soupçonné de vouloir regonfler sa popularité en cherchant un ennemi pour se montrer en père de la nation.

>> À voire aussi : Svetlana Tikhanovskaïa, cheffe de l'opposition biélorusse : "Nous voulons un nouveau pays"

Pour une transition pacifique

L'Élysée a indiqué qu'il n'était "pas exclu" que le président français rencontre à Vilnius l'opposante biélorusse. Svetlana Tikhanovskaïa a déclaré jeudi 24 septembre au journal Le Figaro qu'elle "attend beaucoup" d’Emmanuel Macron et espère qu'il "s'engage pour nous aider à sortir de l'impasse".

Dans ses déclarations au JDD, le chef d’État s'est dit "impressionné par le courage des manifestants" au Belarus. "Ils savent les risques qu'ils prennent en défilant tous les week-ends et pourtant, ils poursuivent le mouvement pour faire vivre la démocratie dans ce pays qui en est privé depuis si longtemps", a-t-il salué.

La France réclame pour la Biélorussie une transition pacifique, avec la fin de la répression puis par l'engagement d'un dialogue prenant en compte la volonté de la population, "en évitant le risque d'une plus grande répression, voire une intervention de la Russie", a rappelé l'Élysée.

"Il se trouve que j'ai parlé à Vladimir Poutine le 14 septembre, le jour où il recevait Loukachenko à Sotchi. Je lui ai dit que la Russie a un rôle à jouer, et ce rôle peut être positif s'il pousse Loukachenko à respecter la vérité des urnes et à libérer les prisonniers politiques. C'était il y a quinze jours, nous n'y sommes pas", a déclaré le président au JDD.

Tensions avec la Russie

Le président français prend soin depuis le début de son quinquennat de se rendre dans chacun des États européens. Il s'agira du premier déplacement présidentiel français dans les États baltes depuis la visite de Jacques Chirac en 2001.

L’UE ne reconnaît pas Loukachenko comme président de la Biélorussie

  L’UE ne reconnaît pas Loukachenko comme président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko, dont la réélection est vivement contestée, a prêté serment mercredi de manière inattendue lors d’une cérémonie qui n’a été rendue publique qu’après-coup.La réélection très controversée d’Alexandre Loukachenko lors d’une présidentielle le 9 août a déclenché un mouvement de contestation inédit dans le pays qui se poursuit malgré la répression des manifestations, l’incarcération ou l’exil des figures de l’opposition. La cérémonie d’investiture de mercredi avait immédiatement provoqué une nouvelle mobilisation de l’opposition à Minsk, réprimée par des dizaines d’interpellations.

« Alexandre Loukachenko a prononcé le serment en langue biélorusse, après quoi il a signé l’acte de prestation de serment, puis la présidente de la commission électorale (…) lui a remis le certificat de président de la République de Biélorussie », a fait savoir l’agence de presse étatique Belta à l’issue

« Pars , pars !»: toujours le même cri, jeté à la face de leur président par les Biélorusses qui manifestent depuis neuf «Venez, asseyez-vous et travaillons sur cette Constitution», a-t-il dit . Une proposition que Loukachenko a reprise plus tard dans la journée, évoquant une nouvelle fois son possible départ

Son voyage s'effectue dans un contexte de tensions avec la Russie, provoquées par l'affaire de l'empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny, a aussi souligné l'Élysée.

Les États baltes souhaitent tous deux un appui de la France face à la Russie. "La Lituanie attend une réponse ferme du président Emmanuel Macron sur la Russie et la situation en Biélorussie. La discussion devrait aussi porter sur le rôle de l'Otan pour garantir la sécurité de la région, les Américains étant considérés comme le facteur clé de la sécurité des États Baltes", explique le professeur de l'Université de Vilnius Ramunas Vilpisauskas.

Avec AFP


Vidéo: Biélorussie : pas de consensus européen pour des sanctions, malgré l'appel de l'opposition (France 24)

Biélorussie : Emmanuel Macron rencontrera Svetlana Tikhanovskaïa, l’opposante à Loukachenko .
Biélorussie : Emmanuel Macron rencontrera Svetlana Tikhanovskaïa, l’opposante à LoukachenkoA Vilnius, les dirigeants lituaniens attendent le soutien clair de la France, contre le régime de la Biélorussie voisine et les pressions russes. L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa, qui se trouve dans la capitale de ce pays balte, l'a appelé à jouer les médiateurs.

usr: 1
C'est intéressant!