•   
  •   

Monde Amy Coney Barrett, candidate de Trump à la Cour suprême

13:20  27 septembre  2020
13:20  27 septembre  2020 Source:   liberation.fr

Cour suprême : Amy Coney Barrett, candidate rêvée de la droite religieuse américaine

  Cour suprême : Amy Coney Barrett, candidate rêvée de la droite religieuse américaine La juge Amy Coney Barrett est la favorite pour remplacer Ruth Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis. Cette femme, mère de famille nombreuse, coche toutes les cases aux yeux de la droite religieuse américaine. Mais son profil ultra-religieux pourrait aussi servir d'épouvantail pour l'électorat modéré, à six semaines de la présidentielle. "Je me la réserve pour [remplacer] Ruth Ginsburg". C'est ce que le président américain Donald Trump a confié à ses conseillers à propos d'Amy Coney Barrett en 2018, la dernière fois qu'un poste à la Cour suprême s'était libéré.

Donald Trump a choisi la juge conservatrice Amy Coney Barrett pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des Etats-Unis, rapportent vendredi les grands médias américains, avançant des sources républicaines bien placées. Le président Trump doit confirmer officiellement son choix ce

Les liens d' Amy Coney Barrett avec une communauté religieuse controversés pourraient handicaper sa candidature pour accéder à un poste de juge à la Depuis, Donald Trump n'a rien fait pour apaiser les craintes des libéraux qui voient en Amy Coney Barrett leur pire cauchemar. Elle a d'ailleurs été la

Le juge Amy Coney Barrett a été nommée par le président américain Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. © Olivier DOULIERY Le juge Amy Coney Barrett a été nommée par le président américain Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême.

Le président a officiellement nommé samedi cette juge conservatrice de 48 ans pour succéder à Ruth Bader Ginsburg.

Huit jours après le décès de la juge Ruth Bader Ginsburg, et alors que l’icône progressiste n’a pas encore été inhumée, Donald Trump a officialisé samedi depuis la Maison Blanche le nom de sa candidate pour lui succéder à la Cour suprême. Aux antipodes de «RBG», Amy Coney Barrett, juge fédérale à la cour d’appel des Etats-Unis, est une catholique de 48 ans, connue pour ses convictions religieuses traditionalistes. Sous réserve d’une confirmation par le Sénat, elle viendra renforcer la majorité conservatrice au sein de la plus haute instance judiciaire américaine, dont les juges, qui y siègent à vie, arbitrent les grands débats de société, du port des armes à l’avortement. Amy Coney Barrett «défendra vos droits et libertés accordés par Dieu», a promis le président américain à ses partisans, lors d’un meeting en Pennsylvanie samedi soir.

Bloomberg lance un achat publicitaire de 40 millions de dollars pour stimuler Biden en Floride

 Bloomberg lance un achat publicitaire de 40 millions de dollars pour stimuler Biden en Floride L'achat gargantuesque, financé par le PAC Independence USA soutenu par Bloomberg, intervient également au moment où le vote anticipé commence en Floride. "Cet automne, le chemin vers la présidence passe par la Floride - et avec les bulletins de vote par correspondance cette semaine, les électeurs commenceront bientôt à décider qui obtiendra ses 29 votes électoraux", a déclaré Bloomberg . "C'est pourquoi nous le faisons.

En 2018, Amy Coney Barrett avait déjà figuré parmi les favoris de Donald Trump pour un poste à la haute cour , qui fut finalement attribué à Brett Kavanaugh après une féroce bataille politique. En début de carrière, elle a travaillé pour le juge conservateur de la Cour suprême Antonin Scalia, dont

Donald Trump a fait son choix depuis quelques jours et il l'a annoncé solennellement ce samedi depuis la roseraie de la Maison Blanche : la juge conservatrice Amy Coney Barrett est désignée pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis

«Loyauté inflexible»

Un peu plus tôt à la Maison Blanche, le président avait décrit Barrett comme «l’un des esprits juridiques les plus brillants de la nation», et salué sa «loyauté inflexible envers la Constitution». Avec sept enfants, dont deux adoptés, elle pourrait devenir «la première mère à siéger à la Cour suprême avec des enfants en âge scolaire», a souligné Trump, renforçant un tableau conçu pour plaire à la droite chrétienne, qui place la famille au cœur de ses valeurs. «Je suis habituée à faire partie d’un groupe de neuf : ma famille», a-t-elle affirmé, clin d’œil au nombre de juges à la Cour suprême.

A un peu plus d’un mois de l’élection présidentielle, les républicains entendent bien avancer au pas de course. Amy Coney Barrett pourrait être auditionnée par la chambre haute du Congrès dès mi-octobre, puis être confirmée par le Sénat, où les républicains sont majoritaires, juste avant le scrutin présidentiel. Au grand dam des démocrates : en 2016, les républicains avaient bloqué le candidat de Barack Obama pour un siège à la Cour, prétextant qu’il s’agissait d’une année électorale. «La Constitution américaine a été conçue pour donner aux électeurs la possibilité de faire entendre leur voix sur qui siège à la Cour, rappelle Joe Biden, rival de Trump à la présidentielle, dans un communiqué. Le Sénat ne devrait pas pourvoir ce siège vacant tant que les Américains n’auront pas choisi leur prochain président et leur prochain Congrès.»

Donald Trump nomme la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour suprême

  Donald Trump nomme la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour suprême Le président américain Donald Trump a officialisé samedi sa volonté de voir la juge Amy Coney Barrett remplacer Ruth Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis. Cette femme, mère de famille nombreuse, coche toutes les cases aux yeux de la droite religieuse américaine. Mais son profil ultra-religieux pourrait aussi servir d'épouvantail pour l'électorat modéré, à six semaines de la présidentielle. Donald Trump a fait son choix. Le président américain a confirmé samedi 26 septembre son souhait de voir Amy Coney Barrett succéder à Ruth Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis, après le décès de cette dernière le 18 septembre.

Le président Donald Trump a annoncé samedi qu'il nommait la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême , ancrant encore un peu plus dans le conservatisme l'institution RFI n'est pas responsable des contenus provenant de sites Internet externes. Fréquentation certifiée par l'ACPM/OJD.

Samedi soir, Donald Trump a proposé la nomination de la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour suprême , en remplacement de Ruth Bader Ginsburg. Une décision que doit encore valider le Sénat, à majorité républicaine. Dans la foulée, Joe Biden, le candidat démocrate à la Maison Blanche

Vent debout

Le choix de Trump promet de galvaniser sa base conservatrice, mais peut également mobiliser l’opposition pour l’élection. Barrett est décrite comme l’héritière d’Antonin Scalia, juge à la Cour suprême mort en 2016 et révéré par les conservateurs, dont elle fut l’assistante à la fin des années 90. Comme lui, elle défend «l’originalisme», cette théorie juridique qui affirme que la Constitution doit être interprétée selon le sens qu’elle avait à l’époque de sa proclamation. «Un juge doit appliquer la loi telle qu’elle est écrite, a-t-elle rappelé samedi depuis la Maison Blanche. Les juges ne sont pas des décideurs politiques.»

Trump ne pouvait guère trouver profil plus éloigné de Ruth Bader Ginsburg, pionnière de la défense des droits des femmes. La confirmation d’Amy Coney Barrett ferait nettement basculer l’institution à droite, avec six juges conservateurs face à trois progressistes. Lors d’un discours en 2006 devant des élèves de l’université catholique Notre-Dame, où elle fut diplômée et enseigne le droit constitutionnel depuis près de vingt ans, elle avait rappelé que l'«objectif fondamental» de ces futurs juristes devait être «de connaître, aimer et servir Dieu».

Qui est Amy Coney Barrett, la candidate de Trump à la Cour suprême?

 Qui est Amy Coney Barrett, la candidate de Trump à la Cour suprême? © Amy Coney Barrett est une juriste conservatrice possédant à la fois des diplômes universitaires et des diplômes de cour d'appel [Fichier: R ... Amy Coney Barrett est une juriste conservatrice détenant à la fois des diplômes universitaires et de la cour d'appel [Fichier: Rachel Malehorn / Wikipedia] Washington, DC - Peu de gens aux États-Unis ont peut-être entendu le nom d'Amy Coney Barrett avant cette semaine.

Le choix de Donald Trump pour succéder à Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des Etats-Unis, s'est porté sur la juge conservatrice Amy Coney Barrett . «D'une loyauté inflexible à la Constitution» : Trump nomme Amy Coney Barrett à la Cour suprême . 26 sept.

Le nom d’ Amy Coney Barrett , dévoilé samedi 26 septembre au terme d’un faux suspens destiné à ragaillardir la droite américaine à un peu plus de six semaines de la présidentielle, n’a surpris personne. Une icône conservatrice devrait remplacer dans quelques semaines une figure du progressisme à la

«Dogme religieux»

«Le dogme religieux vit bruyamment en vous», lui avait reproché la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, lors de son audition au Sénat pour siéger à la cour d’appel, en 2017. Amy Coney Barrett avait rétorqué qu’elle savait faire la distinction entre sa foi et «ses responsabilités de juge». La confrontation, réduite par les conservateurs à une critique de sa foi catholique, avait rapidement fait de cette universitaire inconnue une célébrité auprès de la droite religieuse.

Ses nombreux articles, comme son bilan de juge, la révèlent favorable à une interprétation élargie du deuxième amendement, qui garantit le droit à porter des armes. Ses positions sur l’avortement, qui divise l’opinion américaine depuis près d’un demi-siècle, sont également scrutées. Lors d’un discours sur Roe v. Wade, cet arrêt qui a légalisé de facto l’avortement aux Etats-Unis, elle avait affirmé, au diapason des opposants à l’IVG, que la vie commençait dès la conception. L’universitaire avait publiquement critiqué l’administration Obama, qui avait contraint les assurances santé privées à rembourser la contraception, considérant qu’il s’agissait d’une «grave atteinte à la liberté religieuse».

Amy Coney Barrett, "un excellent choix" pour la Cour suprême, selon les partisans de Donald Trump

  Amy Coney Barrett, Juste après avoir annoncé son choix pour la Cour suprême, samedi soir, Donald Trump s'est envolé pour la Pennsylvanie où il a tenu un meeting de campagne. Ses partisans sont ravis de la nomination de la juge Amy Coney Barrett, qu'ils considèrent comme une championne de la droite conservatrice et une garante de la Constitution. C'est en faisant la queue pour entrer au meeting de leur candidat favori à Middletown, en Pennsylvanie, que les partisans de Donald Trump ont reçu la nouvelle : le président a choisi la juge conservatrice Amy Coney Barrett pour succéder à la progressiste Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême.

Cour suprême Trump : « Nous allons annoncer quelqu’un de fantastique ! » (Newport News) Donald Trump a choisi la juge conservatrice Amy Coney Barrett pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis, rapportent vendredi les grands médias américains, avançant des

Forte de quinze ans d'expérience universitaire, Amy Coney Barrett n'est cependant juge fédérale que depuis le mois d'octobre 2017, après avoir été nommée directement par Donald Trump . Un an plus tard, Amy Coney Barrett figurait déjà parmi les candidats favoris pour un poste à la Cour suprême .

La juge s’est également dite défavorable à une décision de la Cour suprême qui avait permis en 2012 le sauvetage d’Obamacare. L’institution doit, au lendemain de l’élection, à nouveau statuer sur la réforme de l’assurance-santé du président démocrate. Un détricotage du texte priverait potentiellement des millions d’Américains de leur couverture santé, en pleine pandémie de Covid-19. «Confirmer Coney Barrett serait un obstacle insurmontable au futur» d’Obamacare, déplore le groupe progressiste Indivisible. Pour l’organisation, cette confirmation «offrirait à Trump l’élection à venir, si celle-ci doit être tranchée par une décision judiciaire». Le Président dénonce depuis des mois, sans preuve, des «fraudes massives» lors du scrutin, accusant les démocrates de vouloir «voler l’élection». Il refuse de s’engager à un transfert pacifique du pouvoir, quel que soit le résultat de son duel avec Joe Biden. En cas de dispute, le temple du droit américain pourrait jouer un rôle décisif en novembre.


Vidéo: Donald Trump nomme la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour Suprême (Le Figaro)

5 participants à la nomination SCOTUS à Rose Garden ont été testés positifs pour COVID-19 .
Il y a moins d'une semaine, plusieurs hauts responsables de la Maison Blanche se sont mêlés à des invités dans le Rose Garden alors que le président Donald Trump a officiellement nommé Amy Coney Barrett pour remplacer la juge Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême.

usr: 0
C'est intéressant!