•   
  •   

Monde Pourquoi l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent dans le Haut-Karabakh

21:15  28 septembre  2020
21:15  28 septembre  2020 Source:   lemonde.fr

Des combats ouverts éclatent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh

  Des combats ouverts éclatent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh Des civils et des militaires ont été tués dans de violents combats qui ont éclaté dimanche dans la région du Haut-Karabakh, ont déclaré l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens, s'accusant mutuellement d'avoir lancé les hostilités. Alors que cette région séparatiste soutenue par Erevan a décrété "la mobilisation générale", le président azerbaïdjanais a promis de "vaincre". Ce pourrait être un nouveau conflit ouvert. Des combats violents ont éclaté dimanche 27 septembre dans le Haut-Karabakh, région frontalière disputée depuis des décennies entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ont déclaré les deux parties, s’accusant mutuellement d’avoir

Cette province arménienne rattachée à l’Azerbaïdjan a proclamé son indépendance à la chute de l’Union soviétique, en 1991. Elle est désormais au centre d’un conflit régional.

Des civils dans un abri de Stepanakert, la capitale de la république du Haut-Karabagh, le 28 septembre 2020. © Fournis par Le Monde Des civils dans un abri de Stepanakert, la capitale de la république du Haut-Karabagh, le 28 septembre 2020.

Pour le troisième jour consécutif, des combats meurtriers ont eu lieu, lundi 28 septembre, entre les forces du Haut-Karabakh, soutenues par l’Arménie, et les troupes d’Azerbaïdjan dans la région séparatiste du Haut-Karabakh, peuplée de 150 000 habitants, majoritairement arméniens.

Combats dans le Karabakh : Arménie et Azerbaïdjan instaurent la loi martiale

  Combats dans le Karabakh : Arménie et Azerbaïdjan instaurent la loi martiale Les affrontements ont fait au moins une vingtaine de morts, selon les belligérants, qui se rejettent la responsabilité des hostilités. View on euronews © Images du ministère arménien de la Défense. Combats dans le Haut Karabakh, dimanche 27/09/20. La spectre d'une guerre, aux portes de l'Europe. Ce dimanche, de violents combats ont éclaté dans le Haut Karabakh (ou Nagorny Karabakh), une région sécessionniste d'Azerbaïdjan, peuplée majoritairement d'Arméniens et soutenue par Erevan.Selon les deux parties, les affrontements ont fait au moins un vingtaine de morts, dont des civils.

Comme lors des flambées de violence de ces dernières années (2008, 2010, 2012, 2014, 2016 et 2018), ni l’Arménie ni l’Azerbaïdjan, qui se disputent ce territoire montagneux enclavé dans la République d’Azerbaïdjan, n’ont donné de détails sur les affrontements.

Malgré les appels à la retenue, aucun signe d’apaisement n’apparaît entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, deux anciennes républiques soviétiques qui s’opposent depuis des décennies au sujet de cette zone de 4 400 km2, grande comme la Haute-Savoie.

  Pourquoi l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent dans le Haut-Karabakh © Fournis par Le Monde Haut-Karabakh : les combats entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont fait au moins 58 morts en vingt-quatre heures
    Conflit ethnique de la fin de l’URSS

L’Azerbaïdjan rejoint l’URSS en avril 1920, l’Arménie en novembre 1920. Staline décide alors du rattachement du Haut-Karabakh, peuplé en majorité d’Arméniens chrétiens, à l’Azerbaïdjan, à majorité musulmane, le 4 juillet 1921.

Combats meurtriers au Haut-Karabakh, l'UE appelle au calme

  Combats meurtriers au Haut-Karabakh, l'UE appelle au calme Les combats se poursuivent dans le Haut-Karabakh, et le ton continue de monter entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. L’inquiétude est vive, car les deux pays pourraient basculer dans une guerre meurtrière avec pour enjeu ce territoire montagneux, disputé depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Ce lundi 28 septembre, vingt-sept soldats séparatistes ont été tués dans les combats avec l'Azerbaïdjan. De notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot De part et d’autre de la ligne de front, ce sont des moyens considérables qui sont déployés : aviation, blindés, artillerie lourde.

A la faveur de la perestroïka, l’« ouverture » entamée par Mikhaïl Gorbatchev en 1985, qui offre plus d’autonomie aux Républiques soviétiques, les dirigeants du Karabakh votent, en 1998, l’unification de la région avec l’Arménie. Ils dénoncent notamment la tentative de la part des autorités d’Azerbaïdjan d’augmenter leur influence au Haut-Karabakh. Pendant des mois, les escarmouches se multiplient, forçant la majorité des Arméniens d’Azerbaïdjan à se réfugier en Arménie et la majorité des Azéris d’Arménie à en faire de même en Azerbaïdjan.

A la fin de l’été 1991, la désintégration de l’Union soviétique devient une réalité et l’Azerbaïdjan déclare son indépendance, le 30 août 1991. Elle supprime les pouvoirs exercés par le gouvernement de la région sur l’enclave. Le 2 septembre 1991, la majorité arménienne vote sa séparation de l’Azerbaïdjan et proclame la République du Haut-Karabakh. Indépendance qui n’est reconnue par aucun Etat membre de l’ONU.

Les combats s'intensifient dans le Haut-Karabakh, la Turquie met en garde l'Arménie

  Les combats s'intensifient dans le Haut-Karabakh, la Turquie met en garde l'Arménie Au moins 95 personnes ont été tuées dans les combats opposant les séparatistes arméniens du Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan, selon le dernier bilan publié lundi soir. Le président turc, soutien de Bakou, a appelé Erevan à mettre fin à ce qu'il a qualifié d'"occupation" tandis que d'autres pays, dont la Russie, réclament une cessation immédiate des hostilités. Des combats toujours plus meurtriers ont fait rage lundi 28 septembre entre l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens du Haut-Karabakh.

L’Arménie lance une procédure pour la reconnaissance de l’indépendance du Haut-Karabakh

De sporadiques, les incidents entre Arméniens et Azéris s’intensifient. Entre 1992 et 1994, des combats de grande ampleur vont faire près de 30 000 morts. Les forces arméniennes s’approprient des régions à l’extérieur de l’enclave, soulevant des menaces d’intervention d’autres pays de la région.

En mai 1994, un cessez-le-feu est obtenu, des négociations pour la résolution du conflit sont organisées dans le cadre du Groupe de Minsk, une instance créée en 1992 par l’OSCE et coprésidée par la France, la Russie et les Etats-Unis. Sur le terrain, les violences cessent, exceptées quelques accrochages, notamment du 2 au 5 avril 2016, lors de guerre des Quatre-Jours, causée par une attaque azerbaïdjanaise.

Mais après plusieurs mois de montée des tensions ponctués d’incidents le long de la frontière, des combats éclatent le 27 septembre 2020, provoquant la mobilisation générale et l’instauration de la loi martiale dans ces pays.

Dans la guerre sans fin du Haut-Karabakh
    Affrontements par procuration

Ces affrontements font craindre une déstabilisation de cette région du sud du Caucase, zone traversée par des oléoducs essentiels à l’approvisionnement des marchés mondiaux du pétrole et du gaz.

Karabakh: Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes

  Karabakh: Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes L'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh affirment mardi s'être infligé de lourdes pertes, au troisième jour de combats meurtriers les opposant dans cette enclave, malgré des efforts internationaux pour y mettre fin. Plusieurs dirigeants étrangers, dont la chancelière allemande Angela Merkel, ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence mardi soir, pour tenter d'éviter unePlusieurs dirigeants étrangers, dont la chancelière allemande Angela Merkel, ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence mardi soir, pour tenter d'éviter une guerre ouverte entre Erevan et Bakou qui risquerait de déstabi

Parmi les nombreuses réactions diplomatiques, la France, médiatrice dans ce conflit dans le cadre du Groupe de Minsk, qu’elle copréside avec la Russie et les Etats-Unis, a appelé à une cessation immédiate des hostilités. A Washington, Donald Trump a déclaré qu’il regardait la situation de très près. L’escalade des combats au Haut-Karabakh est « très préoccupante » et toute ingérence est « inacceptable », a déclaré le porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

Un conflit majeur impliquant l’Arménie et l’Azerbaïdjan pourrait entraîner l’intervention des puissances en concurrence dans la région du Caucase, la Russie et la Turquie. Le porte-parole Josep Borrell a dit avoir pris connaissance des accusations sur l’implication de « milices syriennes » proches de la Turquie et « d’autres forces » au Haut-Karabakh, prenant soin d’ajouter : « Nous n’avons pas vu des faits pour justifier ou soutenir ces allégations. »

Le Kremlin, qui se positionne en arbitre dans la région, livre des armes aux deux pays et, depuis près de trente ans, est jusqu’ici parvenu à éviter une guerre ouverte. Le président russe, Vladimir Poutine, s’est entretenu par téléphone avec le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, tandis que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a parlé avec son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliyev.

Conflit au Karabakh: le jeu des puissances étrangères

  Conflit au Karabakh: le jeu des puissances étrangères Les combats meurtriers opposant l'Azerbaïdjan et les séparatistes du Nagorny Karabakh, soutenus par l'Arménie, se déroulent dans une région à la jonction de zones d'influences de puissances concurrentes. Le point sur les acteurs internationaux et leur rôle éventuel dans la résolution de la crise. - La Turquie - Depuis la reprise des affrontements, Ankara a exprimé un soutien total à son allié azerbaïdjanais, laissant craindre une intervention directe de l'armée turque.

La Turquie a annoncé qu’elle soutiendrait l’Azerbaïdjan, son allié traditionnel. L’ambassadeur d’Arménie en Russie, cité lundi par les agences de presse russes, a accusé la Turquie d’avoir déplacé environ 4 000 combattants du nord de la Syrie vers l’Azerbaïdjan pour prendre part aux affrontements dans le Haut-Karabakh. L’Azerbaïdjan a démenti cette affirmation.

AUSSI SUR MSN: Melbourne en termine avec deux mois de couvre-feu nocturne

Pas de répit au Karabakh, inquiétude croissante pour les civils .
Les affrontements se poursuivent au Nagorny Karabakh, au lendemain de bombardements ayant fait des victimes civiles. 1/12 DIAPOSITIVES © Aziz Karimov / Reuters A Barda, dans le Nagorny Karabakh, le 5 octobre 2020. A Barda, dans le Nagorny Karabakh, le 5 octobre 2020. 2/12 DIAPOSITIVES © Aziz Karimov / Reuters A Barda, dans le Nagorny Karabakh, le 5 octobre 2020. A Barda, dans le Nagorny Karabakh, le 5 octobre 2020. 3/12 DIAPOSITIVES © Aziz Karimov / Reuters A Barda, dans le Nagorny Karabakh, le 5 octobre 2020.

usr: 2
C'est intéressant!