•   
  •   

Monde Brexit : dernier cycle de négociations sur la future relation commerciale

11:10  29 septembre  2020
11:10  29 septembre  2020 Source:   lexpress.fr

Brexit : pour ménager la finance, l’UE fait un geste pour les marchés européens

  Brexit : pour ménager la finance, l’UE fait un geste pour les marchés européens Les banques et établissements financiers de l'UE pourront faire appel aux chambres de compensation de la City pendant 18 mois à partir du 1er janvier 2021, quand le Royaume-Uni cessera d'appliquer les règles européennes. Bonne nouvelle pour la finance européenne, menacée par l'aléa du Brexit. Afin d'éviter des perturbations, les marchés financiers européens pourront continuer à utiliser temporairement les chambres de compensation de Londres, au delà de la de la période de transition post-Brexit, a décidé Bruxelles.

Londres menace de quitter la table des négociations s'il n'y a pas de progrès d'ici juin. Les points d'achoppement : la pêche et l'alignement sur les lois européennes. La Grande-Bretagne et l'Union européenne arriveront-elles à se mettre d'accord sur leur future relation commerciale ?

Londres menace de quitter la table des négociations s'il n'y a pas de progrès d'ici juin. Les points d'achoppement : la pêche et l'alignement sur les lois européennes.View on euronews.

Alors que Londres veut toujours changer l'accord, les discussions sur la future relation commerciale entre le Royaume-Uni et le continent reprennent ce mardi à Bruxelles.

L'objectif est de laisser suffisamment de temps pour la ratification du texte, afin qu'il entre en vigueur le 1er janvier 2021. © PHILIPPE HUGUEN / AFP L'objectif est de laisser suffisamment de temps pour la ratification du texte, afin qu'il entre en vigueur le 1er janvier 2021.

Les ultimes négociations s'annoncent tendues. Les Britanniques ont réitéré lundi leur volonté de modifier les termes de l'accord de divorce avec l'UE, au risque de peser sur une semaine décisive de négociations avec les Européens à Bruxelles sur la future relation commerciale. "La position du Royaume-Uni est très éloignée de ce que l'UE peut accepter", a déclaré le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, à l'issue d'une réunion avec le ministre d'Etat britannique Michael Gove dans la capitale belge.

« Fini de jouer ». L’Union européenne demande à Londres de renoncer à revenir sur l’accord du Brexit

  « Fini de jouer ». L’Union européenne demande à Londres de renoncer à revenir sur l’accord du Brexit Jugé inacceptable par les institutions européennes, le projet de loi remettant en cause l’accord trouvé sur le Brexit doit être retiré par le gouvernement de Boris Johnson, a demandé mardi la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Michel Barnier, le négociateur européen, se rend à Londres mercredi. Les Européens ont prié mardi 22 septembre 2020 le Royaume-Uni de retirer son projet de loi inacceptable remettant en cause certains de ses engagements sur le Brexit, arguant que le temps presse pour s’entendre sur un accord commercial avant la fin de l’année.

Les principales étapes du Brexit . de peser sur une semaine décisive de négociations avec les Européens à Bruxelles sur la future relation commerciale . continent reprennent mardi à Bruxelles, pour ce qui constitue le neuvième cycle de discussion depuis mars et le dernier pour l'instant inscrit

Le Brexit , où en est-on ? Les négociateurs de l’Union européenne et du Royaume-Uni se sont entendus le 17 octobre 2019 sur un projet d’accord de retrait du Des négociations , pouvant aboutir partiellement, sont en cours sur la future relation commerciale entre l’UE et le Royaume-Uni.

"Nous avons tous deux été clairs sur le fait que nous étions encore à une certaine distance l'un de l'autre. Mais nous avons également tous deux été clairs sur le fait que nous voulions combler ce fossé", lui a répondu Michael Gove, via la télévision britannique.

Menace d'un recours en justice

Au coeur de leurs échanges, le très controversé projet de loi en cours d'examen au Parlement britannique, qui remet en cause certains engagements pris par le Royaume-Uni dans l'accord encadrant son départ de l'UE le 31 janvier dernier. Le texte revient sur certaines dispositions pour la province britannique d'Irlande du Nord, prévues afin d'éviter le retour d'une frontière avec la République d'Irlande, un garde-fou jugé essentiel au maintien de la paix sur l'île.

«Fini de jouer», l'ultime appel de l'UE pour un Brexit avec accord

  «Fini de jouer», l'ultime appel de l'UE pour un Brexit avec accord «Nous sommes déterminés à mettre en œuvre (l'accord) intégralement et en temps voulu - ni plus, ni moins», a martelé le vice-président de la Commission européenne. Mais Londres, à nouveau, ne pourrait ne pas l'entendre de cette oreille.Dès mercredi, le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, sera à Londres pour rencontrer son homologue britannique David Frost. Objectif: débloquer les discussions sur l'accord commercial post-Brexit que les deux responsables tentent non sans mal de conclure depuis des mois.

à quelques heures d’intervalle quant à la nature de la future relation commerciale entre les deux parties. «Le Brexit a conduit à tout détricoter», et les Britanniques vont sortir de 650 accords Le niveau des droits de douane et volumes importés sera donc fixé en fonction des négociations qui

Les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE) sur leur relation future n’ont pas démarré Près de 200 opposants au Brexit ont marché de Downing Street à la Maison de l'Europe, le siège de Ce message s’affichera sur l ’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

LIRE AUSSI>> Von der Leyen :"Les violations de l'accord sur le Brexit ont été une surprise désagréable"

Furieux de ce revirement, qui enfreindrait de l'aveu même du gouvernement britannique le droit international, les Européens avaient donné à Londres jusqu'à la fin du mois - c'est-à-dire mercredi - pour retirer leur projet, sous peine d'un recours en justice. Maros Sefcovic n'a pas hésité à réitérer cette menace lundi, maintenant que le texte britannique "s'il était adopté sous sa forme actuelle, constituerait une violation extrêmement grave" de ce protocole.

Dans ce contexte tendu, les discussions sur la future relation commerciale entre le Royaume-Uni et le continent reprennent ce mardi à Bruxelles, pour ce qui constitue le neuvième cycle de discussion depuis mars et le dernier pour l'instant inscrit à l'agenda.

"Un accord est possible"

De sources concordantes, aucune percée n'est attendue. Mais "la voie vers un accord devra être identifiée", estime un diplomate européen. "Si nous n'avons aucun mouvement, le processus sera en grande difficulté", alerte-t-il. Et le spectre d'un "no deal" (absence d'accord), qui ébranlerait un peu plus des économies déjà fragilisées par la pandémie de Covid-19, viendrait à nouveau hanter les esprits.

Brexit. Jusqu’à 7 000 camions bloqués et deux jours de retard en cas de « no-deal »

  Brexit. Jusqu’à 7 000 camions bloqués et deux jours de retard en cas de « no-deal » Si le Royaume-Uni et l’Union européenne ne parviennent pas à un accord commercial d’ici le 31 décembre, le gouvernement britannique affirme qu’il y aura des milliers de camions bloqués en Angleterre à cause des « nouvelles normes européennes » auxquelles les entreprises n’auront pas eu le temps de se préparer. Le gouvernement britannique a estimé ce mercredi 22 septembre que jusqu’à 7 000 camions pourraient se retrouver bloqués dans le Kent avec jusqu’à deux jours d’attente pour traverser la Manche au 1er janvier si Londres et Bruxelles ne parviennent à conclure un accord de libre-échange.

Déclaration de Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE pour la relation future avec le Royaume-Uni, à l'issue du cycle de négociations s'étant tenu Et ce, malgré la flexibilité dont nous avons fait preuve de notre côté, ces derniers mois, pour prendre en compte et pour travailler sur les trois lignes

Le Monsieur Brexit européen Michel Barnier et son homologue britannique David Davis doivent se rencontrer en début de semaine à Bruxelles pour Brexit : Les négociations sur la future relation commerciale s'annoncent mal - Продолжительность: 1:33 euronews (en français) 3 586 просмотров.

"Pour être honnête, je ne suis pas optimiste" sur les chances d'accord, a affirmé lundi le Premier ministre irlandais Micheal Martin dans le journal gratuit i, jugeant que le projet de loi britannique avait "érodé la confiance" entre les deux partenaires.

LIRE AUSSI>> Avec le Brexit, le retour d'une "vraie" frontière à Calais

"Il reste beaucoup à faire", mais "un accord est toujours possible", considère à l'inverse un porte-parole du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui appelle pour cela l'UE à adopter "des positions politiques plus réalistes". Un même reproche que font les Européens à Londres.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se veut elle aussi optimiste : "Nous voulons un accord et je suis toujours convaincue qu'un accord est possible", a-t-elle affirmé lundi à Lisbonne, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre portugais Antonio Costa. "Je lance un appel à la responsabilité (...) car nos économies, des deux côtés de la Manche, sont sévèrement touchées par la pandémie et nous devons tout faire pour parvenir à un accord raisonnable", a-t-elle souligné.

Brexit pourparlers entrent dans la semaine clé avec le temps et la confiance qui s'épuisent

 Brexit pourparlers entrent dans la semaine clé avec le temps et la confiance qui s'épuisent Photographe: Cyril Marcilhacy / Bloomberg Si les deux parties progressent suffisamment d'ici vendredi, elles pourraient se lancer dans une période de deux semaines de discussions intenses - le soi-disant Bruxelles «Tunnel» - pour conclure un accord à temps pour un sommet des dirigeants de l'UE le 15 octobre, date limite auto-imposée par Johnson pour conclure un accord.

Fermer la bandeau d’une raison de s’abonner au journal Le Monde. Négociations , frontière irlandaise, régime douanier : nos journalistes ont répondu à Ce que contient l'accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit . Aval des autorités nord-irlandaises, douane, TVA, future relation commerciale

Les négociations officielles sur les futures relations entre la Grande-Bretagne et l'UE Ce dernier a au contraire assuré devant la presse que les clauses problématiques de ce projet de loi, présentées L'accord sur le Brexit signé en janvier par Boris Johnson prévoit des dispositions particulières pour

Calendrier particulièrement serré

Les discussions commerciales, menées par Michel Barnier côté européen et David Frost côté britannique, doivent s'achever vendredi, au moment même où les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE seront réunis à Bruxelles, pour un sommet de deux jours, qui aura débuté jeudi. Elles se tiennent dans un calendrier particulièrement serré : Boris Johnson a fixé la date du 15 octobre, jour d'un sommet européen à Bruxelles, pour un accord. Les Européens se sont eux donnés jusqu'à fin octobre.

LIRE AUSSI>> Le cas de l'Irlande du Nord empoisonne à nouveau les négociations de Brexit

L'objectif est de laisser suffisamment de temps pour la ratification du texte, afin qu'il entre en vigueur le 1er janvier 2021, quand aura pris fin la période de transition pendant laquelle le Royaume-Uni continue d'appliquer les normes européennes.

Les pourparlers butent toujours sur plusieurs sujets sensibles, dont l'éternelle question des garanties exigées par l'UE en matière fiscale, sociale, environnementale et surtout d'aides d'Etat, pour éviter de voir surgir de l'autre côté de la Manche une économie dérégulée, qui la concurrencerait de manière déloyale. Des compromis sur la pêche et sur la "gouvernance" du futur accord, en particulier la manière dont Londres et Bruxelles résoudront leurs futurs différends commerciaux, doivent également être trouvés.

Brexit : un « no-deal » pénaliserait les services de renseignements européens

  Brexit : un « no-deal » pénaliserait les services de renseignements européens Les données britanniques sur la sécurité devraient être supprimées des systèmes européens, avertit un ancien commissaire de l'UE, selon « The Guardian ».Selon lui, les données des services de renseignement britanniques seraient tout simplement supprimées des systèmes européens. Cela aurait un "impact immédiat" dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité à travers l'Europe, a-t-il ajouté.


Vidéo: Brexit: «un accord est possible» selon la présidente de la Commission européenne (Le Figaro)

UK met en garde contre une ligne de 7 000 camions dans le pire scénario du Brexit .
Jouez à notre jeu sur le Brexit: les difficultés des échanges dans le Royaume-Uni post-Brexit «La principale cause potentielle de perturbation est que les commerçants ne sont pas prêts pour les contrôles mis en œuvre par les États membres de l'UE le 1er janvier 2021 », a écrit Gove dans une lettre datée de mardi, vue par Bloomberg News. «Il est essentiel que les commerçants agissent maintenant et se préparent à de nouvelles formalités.» La préparation des contrôles douaniers sur le commerce ave

usr: 1
C'est intéressant!